Archives par étiquette : sacrifices humains

41 – Meurtres mystérieux au Dahomey

   Exemple d’un joli document de 1937, trouvé aux archives de Dakar. La plume austère des fonctionnaires coloniaux – ici un chef de section chargé du renseignement dans la colonie – pouvait, à l’occasion, emprunter les accents du journalisme à sensation. On appréciera tout particulièrement la notion de « chaîne télédynamique ».

Des morts mystérieuses à Ouidah

   La chronique de la ville enregistre des morts suspectes… On parle sans préciser d’empoisonnements, de vengeances perpétrées avec une telle habileté qu’il serait dit-on difficile de découvrir leurs auteurs…

Ces temps derniers dans la ville de Ouidah, au quartier Tové, un nommé Cocou Sonon est mort subitement dans des circonstances qui faisaient croire à un empoisonnement. La semaine dernière, la population a été fort émue d’apprendre le décès plus que mystérieux du jeune et affable cuisinier Nicolas Wandgi, demeurant au quartier Fonsalamé.

Le père de Nicolas aurait été empoisonné il y a quelques années, et maintenant le fils reçoit dit-on les mêmes coups que son père.

Dans les milieux indigènes, il se passe des choses, des drames, des règlements, des comptes funestes.

Mais nous laissons à la police, non celle de Ouidah mais la Sûreté, elle-même, d’enlever le voile qui couvre la face de ces malfaiteurs liés par la chaîne télédynamique dont les maillons sont les hommes et les femmes qui ont contracté le pacte du sang au sein de la ville de Ouidah.

 

Pour copie conforme

Le chef de section

 

[Rapport au gouverneur du Dahomey, « Rapts d’enfants à Silinta le 13 avril 1937 – Crimes rituels au Dahomey », Archives nationales du Sénégal, Série 8G20]

 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

37 – Labouret et les sacrifices humains (2/2)

Suite du billet précédent — n° 37 : Article d’Henri Labouret, « Les sacrifices humains en Afrique occidentale », Journal des Africanistes, 1941.

   […] «  Troisième fait — mai ou juin 1920. Le nommé Ankorogo Wologuemi, frère ou cousin ou peut-être seulement client ou serviteur du brigadier des gardes de cercle, Yambo Wologuem, disparaît mystérieusement. Toutes les recherches opérées pour le retrouver restent vaines, elles sont d’ailleurs sérieusement entravées par l’action de ce gradé, de Nayéré Tembeli, déjà cité, et des parents de ces deux hommes. L’affaire est classée.

  Quatrième fait — 13 juillet 1925. Le vendredi 13 juillet, le garde de cercle de 1re classe Sagaba Taraoré, se rend dans la soirée du camp des gardes à la place du marché. Il disparaît. L’enquête, ouverte dès le lendemain à la première heure, révèle qu’il est entré dans la maison de Nayéré Tembeli et n’en est pas sorti. Nayéré et ses parents essaient par tous les moyens en leur pouvoir de dénaturer les faits et de corrompre les témoins. Le chef de famille, ses neveux et son gendre sont arrêtés sous l’inculpation d’assassinat et de complicité. On fouille la maison de Nayéré ; son champ, situé à 600 m. de la ville, est retourné. Près d’un rocher, cette opération met à jour, à une profondeur d’une quarantaine de centimètres, de nombreux ossements humains, identifiés sans peine par le médecin auxiliaire du poste, qui les attribue à une douzaine d’adultes et d’enfants des deux sexes. Nayéré reconnu coupable est condamné à la prison perpétuelle, ses complices sont incarcérés pour 10 et 5 ans. Cette sanction ne devait pas porter ses fruits.

© Coll. partic.

Cinquième fait — 2 juin 1927. L’hivernage de 1927 fut tardif et les Diseurs de Choses Cachées annoncèrent que les divinités protectrices réclamaient des sacrifices particuliers qui devaient êtres offerts aux dieux du village de Sokolo, dont l’autel se trouve non loin de Bandiagara, à proximité du camp des gardes de cercle. Le bruit se répandit aussitôt qu’il était dangereux de sortir après le coucher du soleil.

   Le 2 juin à 6 h du matin le brigadier des gardes annonce à l’administrateur que le garde de cercle Dian Sidibé a quitté le camp la veille au soir vers 18 h. 30 ; il était habillé en civil, il se dirigeait vers le village. Depuis ce moment il a disparu. L’administrateur connaissait parfaitement son cercle, ses ressortissants et leurs habitudes, il avait lu les archives. Faisant preuve d’une initiative et d’une autorité également remarquables, il décide :

  1° d’isoler et de mettre en surveillance les gardes, les fonctionnaires et domestiques de langue dogon en service dans le poste ;

  2° de mobiliser sur l’heure tous les cavaliers Foulbé disponibles, il leur donne l’ordre de s’armer et de rallier au plus vite les bâtiments administratifs.

   Deux heures après, il dispose d’une cavalerie assez nombreuse pour cerner la ville indigène de Bandiagara. Il réunit alors les notables, s’assure de leur personne et déclare qu’il entend retrouver le garde Dian Sidibé. Ils serviront d’otages jusqu’au retour de ce dernier. Ayant pris ces dispositions, l’administrateur fait opérer dans toutes les maisons des recherches minutieuses qu’il conduit en personne. À 18 h., au moment du coucher du soleil cette gigantesque perquisition n’a donné aucun résultat, elle continue le lendemain et le surlendemain. Le 4 dans l’après-midi un messager annonce que Dian Sidibé a été retrouvé aux environs du village de Songo à 8 km. de Bandiagara. Peu après, le garde lui-même paraît. Il est au dernier degré de l’épuisement, semble hébété et ne répond pas aux questions qui lui sont posées. Envoyé à l’hôpital, il en est sorti guéri, mais s’est toujours refusé à dire ce qui lui était arrivé du 2 au 4 juin. Sans l’action rapide et énergique de l’administrateur, il aurait subi le sort de Sagaba Taraoré.

   Conclusions — Si l’on interprète ces faits avec la prudence qui s’impose en pareille matière, on constate que les attentats contre les personnes dont il est question ici se sont tous produits entre le mois de mai et le mois d’août, c’est-à-dire en saison de pluies. De plus les informateurs signalent que l’on a redouté la sécheresse en 1904, 1907, 1920, 1925 et 1927.

   Sauf les deux individus de 1904, la mère et l’enfant sur lesquels on possède peu de renseignements, sauf la disparition de 1920 qui porte sur un Dogon, toutes les autres personnes enlevées sont étrangères. Or les Dogon reconnaissent sans trop de peine que leurs ancêtres sacrifiaient autrefois des hommes à leurs dieux. Ils choisissaient leurs victimes parmi les Foulbé et les Mossi établis dans leur pays ou le traversant. On peut penser qu’ils agissent encore ainsi, lorsque les circonstances l’exigent et qu’ils le peuvent.

   Le cas du jeune Amet Si, capturé, puis relâché, illustre la position très particulière des membres de la caste des forgerons parmi ces populations. On sait que ces artisans, considérés partout comme des frères, sont les intermédiaires obligés en cas de guerre pour conclure la paix, en cas de rixe pour rétablir l’harmonie entre les adversaires. Ils font figure de bienfaiteurs dans la collectivité, on ne saurait les insulter, les molester sans péril et à plus forte raison les mettre à mort.

  Quant aux trois Dogon (un homme, une femme, un enfant) présumés, sacrifiés en 1904 et en 1920, il s’agit peut-être d’individus coupables et expulsés de la société. »

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

36 – Labouret et les sacrifices humains (1/2)

    Henri Labouret (1878-1959), ancien militaire et ancien administrateur colonial en Afrique occidentale française, devient en 1926 directeur de l’École nationale de la France d’Outre-Mer – la fameuse « École coloniale » où il assure aussi des cours de civilisation africaine – et enseignant de langues soudanaises à l’École des langues orientales (« Langues O »). Il dirige également, à partir de 1927, l’Institut international africain puis participe en  juillet 1930 à la création de la Société des Africanistes.

   Labouret incarne à merveille l’« africanisme » de l’entre-deux-guerres, ce champ scientifique hybride aux contours très flous, dont les principaux animateurs portent souvent la casquette (le casque colonial…) de l’homme d’action tout en maniant la plume du savant. De fait, Labouret est l’auteur de nombreux ouvrages salués par les cénacles de l’ethnographie européenne : Le royaume d’Arda et son évangélisation au XVIIe siècle (en collaboration avec Paul Rivet, 1929), Les tribus du rameau Lobi (1931), Les Manding et leur langue (1933), Paysans d’Afrique occidentale (1941), Histoire des noirs d’Afrique (1946), La langue des Peuls ou Foulbé (1955), Nouvelles notes sur les Lobi. Migrations et évolution (1958), etc., ainsi que de nombreux articles dans des revues scientifiques. Il rédige par ailleurs à l’intention des administrateurs coloniaux une grille d’enquête détaillée afin que soient réalisées des monographies ethnographiques dans les différents cercles (circonscriptions) de l’Afrique française.

   C’est donc en spécialiste internationalement reconnu, et jouissant d’une position institutionnelle inexpugnable, qu’il publie en 1941 un article sur les sacrifices humains dans une revue ethnographique qui fait autorité dans le petit monde des africanistes. Henri Labouret s’appuie sur son expérience de terrain, à partir de cas repérés dans le registre des jugements du tribunal indigène de Bandiagara entre 1904 et 1927.

   Pourtant, malgré toutes les apparences de sérieux déployées par l’auteur, on est frappé par le flou artistique du texte. Les affaires judiciaires évoquées ne semblent pas avoir de fondements assez solides pour que l’on puisse les faire entrer à coup sûr dans la catégorie des « sacrifices humains » – ceux-là même qui donnent leur titre à l’article. L’affaire n° 1 relève visiblement de l’acte suicidaire ; l’affaire n° 2 s’arrête à l’étape du kidnapping ; l’affaire n° 3 est peut-être une simple disparition (en tous les cas, aucun corps n’a été retrouvé) ; quant à l’affaire n° 5, elle a un épilogue des plus énigmatiques. Mais on le verra (cf. billet n° 39),  la logique du « pas de fumée sans feu », même en l’absence de preuves tangibles, prévaut très souvent en défaveur des colonisés…

Henri Labouret © webpulaaku.net

 Henri Labouret, « Sacrifices humains en Afrique occidentale » 

Journal de la Société des Africanistes, 1941, tome 11, p. 193-196.

   Dès le XVIe siècle, les voyageurs européens signalèrent en Afrique occidentale la pratique des sacrifices humains. Elle est attestée jusqu’à une époque récente dans la zone guinéenne, notamment chez les Agni, les Ashanti, les Yoruba, les Ibo ; on l’a observée chez certains peuples voltaïques, chez les Manding. Des légendes, comme celle du « Serpent du Wagadou », bien connue parmi les Soninké ou Sarakollé du Sahel en détaillent les péripéties ordinaires.

   Les sacrifices humains dans cette partie de l’Afrique semblent correspondre à deux besoins. Dans certains cas, ils sont offerts aux ancêtres défunts pour les honorer et leur procurer des serviteurs dans l’autre monde ; ils interviennent alors à l’occasion des funérailles. Mais le plus souvent ils ont pour but de se concilier les puissances surnaturelles afin d’en obtenir fertilité et fécondité dans le pays, et ils sont accomplis en principe au moment de l’équinoxe de printemps; au contraire, s’ils représentent un don de remerciement pour une bonne récolte, ils ont lieu au cours des fêtes encadrant celle-ci. Nous ne nous occupons dans cette note que des sacrifices humains de la seconde catégorie.

   La documentation qui existe à ce sujet représente volontiers les futures victimes comme satisfaites de leur sort et entourées de soins et d’honneurs. On peut ajouter à ces traits particuliers qu’au Soudan occidental, la victime est toujours un étranger. Ce choix est imposé, aux dires des informateurs, par le désir de ne pas irriter la Terre qui reçoit cette offrande, on sait que cette divinité interdit et sanctionne le meurtre, commis sur un membre du groupement qu’elle protège. C’est pourquoi un pasteur peul ou bien un colporteur étranger est généralement choisi pour jouer ce rôle.

   Les sacrifices humains ont certainement été pratiqués de façon régulière parmi toutes les populations du Soudan occidental ; ils se produisent encore aujourd’hui dans certaines circonstances exceptionnelles, malgré la surveillance exercée par les autorités administratives, comme le montrent quelques faits relevée par nous au cours d’une enquête chez les Dogon du cercle de Bandiagara (Soudan Français). Ces recherches ont été provoquées par la lecture du registre des jugements du tribunal indigène, elles permettent de reconstituer certains événements caractéristiques au cours d’une période de vingt-trois années (1904-1927).

Premier fait — mai 1904. La rumeur publique et une dénonciation formelle avisent le commandant du cercle qu’une femme et un enfant ont été mis à mort dans le quartier, du nommé Nayéré Tembeli, prêtre et sacrificateur du Hogon Saydou Tembeli. Un administrateur stagiaire, envoyé sur place pour établir les causes de ce double décès, est mis en présence du cadavre d’une femme âgée de vingt-cinq ans environ et du corps d’un enfant de deux ou trois ans. Tous deux portent à la gorge une blessure profonde. Des assistants nombreux et prolixes expliquent comment la morte, jalouse du mariage de son mari avec une nouvelle épouse, a tué son enfant puis s’est coupé la carotide. Les témoignages concordent. L’affaire est classée.

 Deuxième fait — juin 1907. Un jeune forgeron de race peule, nommé Aimet Si, âgé de huit ans, joue avec ses camarades dans le quartier de Nayéré Tembeli à Bandiagara. Il est enlevé par deux inconnus qui l’emmènent dans une caverne, située à deux heures de marche de la ville. Des vieillards y sont réunis autour de plusieurs autels en glaise modelée, couverts de sang, de plumes, et surmontés de crânes d’hommes et d’animaux. Ils interrogent l’enfant qui se nomme et se réclame de la caste des forgerons à laquelle il appartient. Sa déclaration provoque un trouble marqué dans l’assemblée, les assistants se consultent longuement et finissent par relâcher Amet Si. Les parents de ce dernier sont invités à garder le silence. Ils se taisent.

[à suivre…]

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts