36 – Labouret et les sacrifices humains (1/2)

    Henri Labouret (1878-1959), ancien militaire et ancien administrateur colonial en Afrique occidentale française, devient en 1926 directeur de l’École nationale de la France d’Outre-Mer – la fameuse « École coloniale » où il assure aussi des cours de civilisation africaine – et enseignant de langues soudanaises à l’École des langues orientales (“Langues O”). Il dirige également, à partir de 1927, l’Institut international africain puis participe en  juillet 1930 à la création de la Société des Africanistes.

   Labouret incarne à merveille l’« africanisme » de l’entre-deux-guerres, ce champ scientifique hybride aux contours très flous, dont les principaux animateurs portent souvent la casquette (le casque colonial…) de l’homme d’action tout en maniant la plume du savant. De fait, Labouret est l’auteur de nombreux ouvrages salués par les cénacles de l’ethnographie européenne : Le royaume d’Arda et son évangélisation au XVIIe siècle (en collaboration avec Paul Rivet, 1929), Les tribus du rameau Lobi (1931), Les Manding et leur langue (1933), Paysans d’Afrique occidentale (1941), Histoire des noirs d’Afrique (1946), La langue des Peuls ou Foulbé (1955), Nouvelles notes sur les Lobi. Migrations et évolution (1958), etc., ainsi que de nombreux articles dans des revues scientifiques. Il rédige par ailleurs à l’intention des administrateurs coloniaux une grille d’enquête détaillée afin que soient réalisées des monographies ethnographiques dans les différents cercles (circonscriptions) de l’Afrique française.

   C’est donc en spécialiste internationalement reconnu, et jouissant d’une position institutionnelle inexpugnable, qu’il publie en 1941 un article sur les sacrifices humains dans une revue ethnographique qui fait autorité dans le petit monde des africanistes. Henri Labouret s’appuie sur son expérience de terrain, à partir de cas repérés dans le registre des jugements du tribunal indigène de Bandiagara entre 1904 et 1927.

   Pourtant, malgré toutes les apparences de sérieux déployées par l’auteur, on est frappé par le flou artistique du texte. Les affaires judiciaires évoquées ne semblent pas avoir de fondements assez solides pour que l’on puisse les faire entrer à coup sûr dans la catégorie des « sacrifices humains » – ceux-là même qui donnent leur titre à l’article. L’affaire n° 1 relève visiblement de l’acte suicidaire ; l’affaire n° 2 s’arrête à l’étape du kidnapping ; l’affaire n° 3 est peut-être une simple disparition (en tous les cas, aucun corps n’a été retrouvé) ; quant à l’affaire n° 5, elle a un épilogue des plus énigmatiques. Mais on le verra (cf. billet n° 39),  la logique du « pas de fumée sans feu », même en l’absence de preuves tangibles, prévaut très souvent en défaveur des colonisés…

Henri Labouret © webpulaaku.net

 Henri Labouret, « Sacrifices humains en Afrique occidentale » 

Journal de la Société des Africanistes, 1941, tome 11, p. 193-196.

   Dès le XVIe siècle, les voyageurs européens signalèrent en Afrique occidentale la pratique des sacrifices humains. Elle est attestée jusqu’à une époque récente dans la zone guinéenne, notamment chez les Agni, les Ashanti, les Yoruba, les Ibo ; on l’a observée chez certains peuples voltaïques, chez les Manding. Des légendes, comme celle du « Serpent du Wagadou », bien connue parmi les Soninké ou Sarakollé du Sahel en détaillent les péripéties ordinaires.

   Les sacrifices humains dans cette partie de l’Afrique semblent correspondre à deux besoins. Dans certains cas, ils sont offerts aux ancêtres défunts pour les honorer et leur procurer des serviteurs dans l’autre monde ; ils interviennent alors à l’occasion des funérailles. Mais le plus souvent ils ont pour but de se concilier les puissances surnaturelles afin d’en obtenir fertilité et fécondité dans le pays, et ils sont accomplis en principe au moment de l’équinoxe de printemps; au contraire, s’ils représentent un don de remerciement pour une bonne récolte, ils ont lieu au cours des fêtes encadrant celle-ci. Nous ne nous occupons dans cette note que des sacrifices humains de la seconde catégorie.

   La documentation qui existe à ce sujet représente volontiers les futures victimes comme satisfaites de leur sort et entourées de soins et d’honneurs. On peut ajouter à ces traits particuliers qu’au Soudan occidental, la victime est toujours un étranger. Ce choix est imposé, aux dires des informateurs, par le désir de ne pas irriter la Terre qui reçoit cette offrande, on sait que cette divinité interdit et sanctionne le meurtre, commis sur un membre du groupement qu’elle protège. C’est pourquoi un pasteur peul ou bien un colporteur étranger est généralement choisi pour jouer ce rôle.

   Les sacrifices humains ont certainement été pratiqués de façon régulière parmi toutes les populations du Soudan occidental ; ils se produisent encore aujourd’hui dans certaines circonstances exceptionnelles, malgré la surveillance exercée par les autorités administratives, comme le montrent quelques faits relevée par nous au cours d’une enquête chez les Dogon du cercle de Bandiagara (Soudan Français). Ces recherches ont été provoquées par la lecture du registre des jugements du tribunal indigène, elles permettent de reconstituer certains événements caractéristiques au cours d’une période de vingt-trois années (1904-1927).

Premier fait — mai 1904. La rumeur publique et une dénonciation formelle avisent le commandant du cercle qu’une femme et un enfant ont été mis à mort dans le quartier, du nommé Nayéré Tembeli, prêtre et sacrificateur du Hogon Saydou Tembeli. Un administrateur stagiaire, envoyé sur place pour établir les causes de ce double décès, est mis en présence du cadavre d’une femme âgée de vingt-cinq ans environ et du corps d’un enfant de deux ou trois ans. Tous deux portent à la gorge une blessure profonde. Des assistants nombreux et prolixes expliquent comment la morte, jalouse du mariage de son mari avec une nouvelle épouse, a tué son enfant puis s’est coupé la carotide. Les témoignages concordent. L’affaire est classée.

 Deuxième fait — juin 1907. Un jeune forgeron de race peule, nommé Aimet Si, âgé de huit ans, joue avec ses camarades dans le quartier de Nayéré Tembeli à Bandiagara. Il est enlevé par deux inconnus qui l’emmènent dans une caverne, située à deux heures de marche de la ville. Des vieillards y sont réunis autour de plusieurs autels en glaise modelée, couverts de sang, de plumes, et surmontés de crânes d’hommes et d’animaux. Ils interrogent l’enfant qui se nomme et se réclame de la caste des forgerons à laquelle il appartient. Sa déclaration provoque un trouble marqué dans l’assemblée, les assistants se consultent longuement et finissent par relâcher Amet Si. Les parents de ce dernier sont invités à garder le silence. Ils se taisent.

[à suivre…]

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.