7 – Vrai diamant…

   Plus j’avance et plus j’en viens à penser qu’il sera difficile de dissocier faits d’anthropophagie et meurtres rituels dans ce travail. Les deux choses paraissent étroitement liées dans les représentations et les discours de l’époque, dénoncées avec la même horreur comme les deux faces de la même monnaie, et réprimées avec la même fermeté. Souvent, les condamnés pour meurtres rituels sont aussi soupçonnés de faits d’anthropophagie, et vice versa. Dès la fin du XIXe siècle, la plupart des études  portant sur la sorcellerie et sur les « sociétés secrètes » africaines considèrent que les deux phénomènes se recoupent. Il me semble de plus en plus évident que cette enquête a tout intérêt à s’élargir.

   L’affaire suivante, datant de 1923-24, ne met pas en cause une affaire d’anthropophagie stricto sensu, mais des « mangeurs d’âme ». En voici le premier épisode, avec deux protagonistes intéressants : un missionnaire spiritain et un homme politique au bras long, Hyacinthe de Gailhard-Bancel, député de l’Ardèche, tendance droite modérée et catholicisme social.

   N.B. Les amateurs du Corniaud (Gérard Oury, 1965) se souviendront que Youkounkoun était le nom donné au diamant dont Bourvil était, bien malgré lui (!), le convoyeur. Il s’agit d’une petite ville du nord de la Guinée, près de la frontière sénégalaise.

Copie d’une lettre [extrait] adressée à M. de Gailhard-Bancel, député, par un père du Saint Esprit, missionnaire en pays coniagui.

                                                                    Papier à en-tête de la chambre des Députés

                                                                                                                29 novembre 1923

   Je crois vous avoir entretenu de certaines sociétés secrètes du pays coniagui ; la condition d’admission était l’immolation de plusieurs membres de sa famille. Je les ai découvertes il y a bientôt deux ans. On doutait de mes affirmations. Or, en juillet dernier, l’administrateur de Youkounkoun, cercle de Gaoual (Guinée française) a été prévenu qu’un ancien du village d’Oural venait de sacrifier sa nièce. De leurs aveux et d’autres renseignements il résulte que, dans le seul pays coniagui, en 10 ans, ces sociétés secrètes auraient même immolé, au minimum, un millier de victimes.

   L’affaire est portée devant le tribunal de cercle, mais on semble craindre que le fameux mot d’ordre : « Pas d’histoires », qui influe trop souvent sur les affaires coloniales, ne porte ses fruits. Ce serait un désastre pour la cause de la civilisation. Tout le pays sait que les Français sont au courant et si un châtiment exemplaire ne s’ensuivait pas, si des mesures sévères n’étaient pas prises, l’audace de ces criminels en serait accrue et la vie des Européens menacée.

   La population nous serait reconnaissante si nous la débarrassions de la tyrannie de ces sectes. Si l’on savait le Ministre au courant, on donnerait à cette affaire toute l’importance qu’elle mérite et la civilisation ferait un grand pas en avant.


Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.