Archives par étiquette : sens commun

18 – Un écheveau à démêler

   © Longo Maï

   Pour le juge colonial qui doit examiner une affaire de cannibalisme, pour l’anthropologue enquêtant sur les sociétés secrètes dans l’entre-deux-guerres ou pour le missionnaire désireux d’éradiquer les superstitions, le doute n’a guère de place : l’anthropophagie est une donnée, un fait établi. D’ailleurs, tout le monde l’évoque – les chansonniers, les romanciers, les dramaturges, les caricaturistes (ah ! la fameuse marmite…). L’anthropophagie est l’épice indispensable à la littérature et à la presse populaires de la fin du XIXe siècle et du début du XXe dès qu’il s’agit d’évoquer l’Afrique et les Africains.

   Mais que sait-on alors de tangible sur le phénomène ? Sur quoi peut-on appuyer ses connaissances quand on préside un tribunal de 2e niveau tranchant sur des « meurtres rituels » et des « faits d’anthropophagie » ? Quelle est la documentation disponible ? Qu’enseigne-t-on par exemple à ce sujet à l’École coloniale ?

   Par ailleurs, quand et comment s’est établi un consensus scientifique sur ces questions ? Qu’en disent des revues sérieuses comme L’Anthropologie ou le Journal des Africanistes ? Comment le « savoir savant » se diffuse-t-il, et comment influence-t-il le « savoir pratique », celui des acteurs de terrain (administrateurs, magistrats, membres des congrégations religieuses, etc.) ? Et d’ailleurs, se diffuse-t-il réellement, ou entre-t-il en contradiction avec un « sens commun » tenant pour omniprésente l’anthropophagie en Afrique ?

   Le questionnaire s’allonge et s’allongera encore. C’est une banalité de le souligner : lorsqu’un chercheur avance, il tire doucement sur un fil, puis sur deux, puis sur trois – et l’écheveau s’avère toujours plus compliqué à dénouer qu’il n’y paraissait au départ.

   La question des représentations guidant l’action coloniale constituera donc un axe important de cette recherche. Elle conduit inévitablement à s’intéresser à la production et à la diffusion des connaissances (notamment anthropologiques) sur le cannibalisme. Ne souhaitant pas – et au fond, le voudrais-je que cela ne serait pas possible – travailler sur la « réalité » anthropophage, qui échappe définitivement, je dois essayer d’entrer dans la logique d’un système de pensée dont les codes se sont en partie effacés. Il faudra appréhender au mieux l’état des savoirs de ce temps si proche – un siècle, un siècle et demi, c’est-à-dire hier pour la majorité des historiens – et pourtant déjà si lointain. C’est l’une des clés indispensables pour écrire l’histoire de la répression de l’anthropophagie en situation coloniale.

    Fin des travaux de démêlage dans un an ou deux ?

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts