Archives par étiquette : représentations

32 – L’exhibition du sauvage

Male and female Australian cannibals - 1885 (c) S. Dulucq

   Reproduction d’une affiche de 1885, aperçue au musée du Quai Branly en visitant l’exposition Exhibitions. L’invention du sauvage (mai 2012).

Cartel

Troupes d’aborigènes d’Australie :

« Cannibales australiens, hommes et femmes »
Leo Krause et Ewerlien (éd.), 1885
Affiche lithographiée
N° Inv. C3470
Historisches Museum Frankfurt, Frankfurt-sur-le-Main.

   Il s’agit vraisemblablement d’une publicité pour un « village indigène », une de ces mises en scène réalisées dans la plupart des expositions coloniales de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Le spectacle était assuré par d' »authentiques sauvages », recrutés et salariés par des entrepreneurs ès spectacles exotiques. Le texte accompagnant l’affiche était sans nul doute destiné à faire frémir le chaland :

   MALE AND FEMALE AUSTRALIAN CANNIBALS — The first and only obtained colony of these strange savages, disfigured and most brutal race ever lured from the remote interior wilds, where they indulge in ceaseless bloody feuds and forays, to feast upon each others flesh.  The very lowest order of mankind, and beyond conception most curious to look upon.

   [CANNIBALES AUSTRALIENS, HOMMES ET FEMMES — La première et unique colonie de sauvages étranges — race hideuse et extrêmement brutale — à avoir été attirée du fin fond des lointaines contrées de l’intérieur où ils se livrent à des raids incessants et à des combats sanglants, se repaissant de la chair les uns des autres. L’ordre le plus bas de l’espèce humaine, excessivement curieux à observer.]


Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

30 – L’anthropophagie selon Larousse (2/2)

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique littéraire, artistique, scientifique, 17 volumes, Paris, Larousse, 1866.

[Suite. Voir les billets 28 Semé à tout vent et 29 L’anthropophagie selon Larousse (1/2)]

III. Origine et caractères divers de la coutume anthropophagique.

   L’anthropophagie, chez les divers peuples où elle a été observée, se présente avec des caractères variés et quelquefois fort différents. Il est probable que partout son origine a été toute physiologique. L’homme est un être omnivore ; pour se nourrir, il lui faut des aliments tirés et du règne végétal et du règne animal ; il lui faut de la chair. Or, sous un climat rigoureux qui ne laisse croître spontanément qu’un petit nombre de plantes alimentaires, et où la chasse n’offre que des ressources tout à fait insuffisantes, on comprend que le besoin de manger de la viande, exalté jusqu’à la frénésie, ait fini par vaincre la répugnance instinctive de l’homme pour la chair de l’homme. Du reste, quand, remontant le cours des âges, on suit la décroissance successive de l’idée de fraternité humaine, et qu’on arrive, en traversant le vasselage le servage, l’esclavage, à cet état de nature où de misérables tribus, en guerre continuelle les unes contre les autres, se disputent la place à ce qui est alors le banquet de la vie, on s’explique facilement que, dans cet état, l’homme n’ait vu que bien peu de différence entre son ennemi de la tribu voisine et la bête qu’il poursuivait. « Il est évident, dit spirituellement M. Toussenel, que l’anthropophagie est née d’une excessive fringale combinée avec l’habitude du régime de la viande. Il arriva que deux hordes de chasseurs se rencontrèrent à la poursuite du même animal, un jour que la proie était rare, et que la faim mugissait dans leurs entrailles, et il y eut guerre entre elles. On se battit, on se tua, et les cadavres des vaincus remplacèrent naturellement au foyer les cadavres du gibier absent. Puis la fureur de la vengeance sanguinaire s’en mêla, l’ivresse de la victoire aussi ; le fait consacré par la tradition s’incrusta dans les mœurs, et l’on sait ce qu’il en coûte pour déraciner les mauvaises habitudes. »

   Ici se place une observation ingénieuse de l’écrivain que nous venons de citer. L’état pastoral est incompatible avec l’anthropophagie, parce que le lait et la chair des troupeaux préservent les peuples pasteurs des tentations criminelles de la faim. Or pas de chien, pas de troupeau, pas d’état pastoral, donc l’anthropophagie est incompatible avec la possession du chien. Vous ne rencontrez pas l’anthropophagie chez le Chaldéen, l’Égyptien, l’Arabe, Le Mongol, le Tatare, c’est-à-dire chez tous le peuples à qui le chien a fait le don du troupeau, et qui ont cessé d’être réduits de demander toute leur subsistance à la chasse. Vous la voyez, au contraire, déployer ses fureurs sanguinaires chez tous les peuples privés du chien, chez les indigènes de l’Amérique, dans les îles de Bornéo, de Célèbes, de Timor, etc. « La preuve, dit M. Toussenel, que c’est l’absence du chien qui a livré les populations de l’Amérique au démon de l’anthropophagie, c’ets que l’horrible coutume n’a jamais envahi la hutte de l’Esquimau, qui habite cependant la contrée la plus septentrionale, le climat le plus rigoureux du nouveau continent.  Je ne vois qu’une raison pour expliquer l’anomalie monstrueuse que présente la comparaison des mœurs de l’Esquimau avec celle du Caraïbe : L’Esquimau a joui de l’existence du chien de temps immémorial, le Caraïbe n’a pas eu le bonheur de le connaître. »

   Née de la faim, l’anthropophagie a dû, chez plusieurs peuples, tout son développement à l‘esprit de vengeance et au goût contracté pour la chair humaine. Certaines tribus ne mangent que les ennemis faits prisonniers ; les vaincus que le sort livre aux plus heureux sont rôtis vivants et déchirés par la dent du vainqueur. Ailleurs, les voyageurs ont remarqué que la gourmandise jouait le principal rôle ; la chair humaine est préférée à celle des animaux, la chair du blanc à celle du nègre, celle des enfants à celle des adultes, et certaines parties du corps, telles que la plante des pieds et la paume des mains, à toutes les autres. « On assure, dit M. Bory de Saint-Vincent, que chez la race africaine des Jagas, des quartiers d’hommes et de femmes, des membres proprement dépecés, se voient fréquemment exposés en vente, comme de la viande de boucherie, sur les places qui servent de marchés dans leurs campements. » Le même goût pour la chair humaine a été observé dans les îles Viti ; naguère encore, les habitants de ces îles, qui savent cependant demander à la terre d’autres aliments, étaient dans l’usage de cuire ouvertement la chair de leurs semblables dans des fours communs, et de la distribuer en public ; ces fours étaient dressés sur la place avec un assortiment de vases de diverses grandeurs, lesquels ne devaient plus servir qu’à cuire des porcs. Ajoutons que, tandis que toute autre nourriture se prenait avec les doigts, la chair humaine ne se mangeait qu’avec des fourchettes de boit, conservées dans les familles de génération en génération. Il faut noter que l’hygiène ne paraît pas, comme la gourmandise, trouver son compte à l’anthropophagie. La chair humaine est, dit-on, indigeste ; elle produit des maladies de peau.

   Une fois entrée dans les habitudes, l’anthropophagie devait naturellement et promptement devenir une des manifestations du droit de la force, une forme monstrueuse du despotisme et du privilège. Chez les peuples anthropophages, c’est toujours parmi les pauvres et les faibles que les victimes sont choisies. Les missionnaires ont pu remarquer aux îles Viti, que ce sont, en général, les chefs, les riches, les forts, ceux qui appartiennent à ce qu’on peut appeler les classes élevées, qui renoncent le plus difficilement aux repas de chair humaine. Attachés au vieil usage, ils forment le parti de la résistance à l’adoucissement des mœurs. Autre considération : la fureur de la guerre a produit l’anthropophagie ; voilà qu’à son tour l’effet devient cause, et la cause effet ; l’anthropophagie donne à la guerre un but, et en lui donnant un but, l’éternise, en fait une chasse à l’homme, la constante préoccupation de la tribu (homo homini lupus), le mode unique de l’activité sociale. On mangeait des prisonniers afin de satisfaire les passions féroces qu’avait allumées la guerre ; on fait la guerre afin d’avoir des prisonniers à manger. On peut, sous ce rapport, rapprocher l’anthropophagie de l’esclavage, qu’elle précède dans la série des crimes sociaux.

Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Larousse, 1866-1878.

   Dans certains pays, nous voyons l’anthropophagie s’étendre et se consolider par la superstition, prendre une forme religieuse ; elle n’est plus seulement un fait physiologique ; elle n’est plus une passion, elle devient une idée. Les habitants de la Nouvelle-Zélande pensent, en mangeant l’œil et le cœur de l’ennemi, s’assimiler sa vie, s’approprier ses qualités, sa force son courage, lui voler jusqu’à la protection des ses dieux, et par là rayer tout à la fois son nom du livre de vie et s’y inscrire en double. Chez les Capanaguas (Amérique du Sud), l’anthropophagie remplace, pour ainsi dire, l’enterrement : c’est un mode de sépulture ; chaque famille fait rôtir ses morts et les mange. Les Rhinderwas (Inde), pour se rendre agréables à la déesse Kali, tuent et mangent ceux de leurs parents qui sont attaqués d’une maladie grave et incurable, ou que la vieillesse a rendus infirmes. Membres de la famille et amis sont, dans ces occasions, invités à partager le festin.

   Chez les Battas de Sumatra, l’anthropophagie fait partie du système judiciaire : c’est une sanction. Le code de ce peuple condamne à être mangé vivant 1°) ceux qui se rendent coupables d’adultère ; 2° ceux qui commettent un vol au milieu de la nuit ; 3°) les prisonniers faits lors des guerres importantes ; 4°) ceux qui étant de la même tribu se marient ensemble ; 5°) ceux qui attaquent traitreusement un village, une maison ou une personne. Quiconque a commis un des ces crimes est condamné par un tribunal compétent. Après les débats, la sentence est prononcée, et on laisse passer deux ou trois jours pour donner au peuple le temps de s’assembler. Au jour fixé, le condamné est amené, attaché à un poteau les bras étendus ; la partie offensée (le mari, quand il s’agit d’adultère) s’avance et choisit le premier morceau, ordinairement les oreilles ; les autres viennent ensuite dans l’ordre que leur assigne la hiérarchie sociale, et coupent eux-mêmes les morceaux qu’ils préfèrent. Quand chacun s’est servi, le chef de l’assemblée s’approche de la victime, lui coupe la tête et l’emporte chez lui comme un trophée. C’est sur le lieu même du supplice que la chair du condamné doit être mangée ;  le supplice est public pour les hommes, mais les femmes ne doivent pas y assister, la chair humaine leur étant interdite. Ces monstrueuses exécutions se font d’ailleurs, paraît-il, avec le calme de la justice et non avec la fureur de la vengeance.

   II nous reste à parler du rapport que présente l’anthropophagie avec les sacrifices humains. Ces deux pratiques se montrent liées l’une à l’autre, « et si bien, dit M. Ch. Renouvier, que cet antique rapport a laissé des traces jusque dans des cultes de formation très avancée, et qu’au premier abord on croirait exempts de toute barbarie. » Dans tout sacrifice, il y a la manducation de la victime qui, consacré par l’acte du sacrifice et partagée, pour ainsi dire, avec le dieu, devient un aliment précieux auquel l’imagination accorde toutes sortes de propriétés bienfaisantes. La manducation de la victime dans les sacrifices humains n’a-t-elle point été souvent le point de départ des habitudes anthropophagiques ? En d’autres termes, n’est-ce pas en imaginant, en adorant des dieux anthropophages que telle ou telle peuplade l’est devenue ? Une preuve, dit-on, que chez plus d’un peuple cette origine peut être assignée au cannibalisme, se trouve dans les cérémonies religieuses des Taïtiens. À Taïti, on ne trouva point l’usage de l’anthropophagie, mais les sacrifices humains y existaient et l’on put remarquer dans ces sacrifices l’oblation simulée de l’œil de la victime humaine au grand prêtre, qui ouvrait la bouche comme pour la manger. La manducation réelle avait évidemment dû précéder cette manducation fictive. « Le simulacre de l’anthropophagie, dit M. de Quatrefages, s’était conserve là où l’anthropophagie avait pris naissance. » Nous croyons qu’on peut voir dans les sacrifices tout aussi bien l’effet que la cause de l’anthropophagie. L’homme se fait toujours des dieux à son image ; ses conceptions religieuses ne sont autre chose que ses habitudes et ses passions idéalisées ; l’homme anthropophage a dû naturellement se faire des dieux anthropophages. Nous ajouterons que si la religion n’a pas produit l’anthropophagie, elle a dû en prolonger la durée, en lui donnant une sorte de consécration, en lui communiquant la stabilité, la longévité propre aux institutions religieuses. On comprend que les sacrifices humains aient survécu à l’anthropophagie, et que celle-ci se soit conservée dans le culte, d’abord réelle, puis à l’état de fiction, longtemps après avoir disparu du régime habituel.
   Terminons ce chapitre un peu grave par l’anecdote suivante : Un général, qui revenait de la Nouvelle-Calédonie, avoua que, dans un moment d’extrême nécessité, il avait mangé de la chair humaine, et même qu’il n’avait pas trouvé cela mauvais. « Quelle horreur ! s’écria quelqu’un, de la chair humaine ! – Sans doute, de la chair humaine, reprit le général. En avez-vous mangé, vous ? – Moi ? Jamais ! – Eh bien ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas. »

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

29 – L’anthropophagie selon Larousse (1/2)

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique littéraire, artistique, scientifique, 17 volumes, Paris, Larousse, 1866.

ANTHROPOPHAGIE
s. f. (an-tro-po-fa-jî — rad. anthropophage).

Habitude de se nourrir de chair humaine. Sans aller chercher en Chine des exemples d’ANTHROPOPHAGIE, nous en avons un dans notre patrie ; il est est attesté par notre vainqueur, par notre maître, Jules César. (Volt.) L’ANTHROPOPHAGIE se rencontre au berceau de presque tous les peuples. (Barbaste.) La famine a conduit plus d’une fois à l’ANTHROPOPHAGIE (Barbaste.) L’ANTHROPOPHAGIE a existé et existe encore comme moyen de subsistance. (Mich. Chev.) L’anthropophagie n’est pas une invention des temps fabuleux. (Mich. Chev.) L’anthropophagie et la fraternité sont les deux extrêmes de l’évolution économique. (Proudh.) Abstiens-toi de l’oisiveté comme du vol et de l’anthropophagie, car tout homme qui consomme sans produire exploite et mange son prochain. (Ch. Fauvety.)

— Encycl.

I. Faits accidentels d’anthropophagie. Quand on parle de l’anthropophagie, il convient de distinguer tout d’abord le fait particulier, accidentel, et le fait social, la coutume. Pendant certains sièges, tels que ceux de Jérusalem, de Paris, etc., on a vu des parents affamés dévorer leurs enfants. On sait l’histoire d’Ugolin, celle des malheureux naufragés de la Méduse, etc. De semblables faits doivent inspirer autant de pitié que d’horreur. « J’excuse tous les coupables qui ont faim, dit M. Toussenel, parce que la première loi pour tous les êtres est de vivre. » D’autres actes particuliers d’anthropophagie, commis au sein d’une société civilisée mais corrompue, dans un temps de décadence morale, s’expliquent ou par une férocité monstrueuse, ou par un raffinement horrible dans le luxe de la gourmandise. Galien rapporte qu’au temps de l’empereur Commode, des Romains allèrent jusqu’à goûter de la chair humaine. Védius Pollion, qui engraissait les murènes de ses viviers de la chair de ses esclaves, n’aurait sans doute pas eu de scrupule à s’en nourrir lui-même. Rappelons enfin, avec Virey, ces dépravations criminelles ou plutôt maladives du goût, qui portent des personnes nerveuses, la plupart aliénées, à des actes forcenés d’anthropophagie. La médecine légale et les annales judiciaires ont recueilli de sanglantes pages sur des faits de ce genre.

II. Coutume anthropophagique. La manducation de l’homme par l’homme, élevée à l’état de coutume, et même, on peut le dire d’institution, a régné et règne encore chez un grand nombre de peuples sauvages. Les relations unanimes des voyageurs et des missionnaires qui ont connu les races indigènes des deux Amériques, constatent que cette coutume était en pleine vigueur dans tout le nouveau monde. Rien de plus connu que le cannibalisme des Hurons, des Iroquois, des Caraïbes. En nous apprenant que les Acadiens n’étaient pas anthropophages, Charlevoix cite ce peuple au milieu des Peaux-Rouges comme une exception. Les navigateurs modernes ont trouvé l’anthropophagie dans la Nouvelle-Zélande et dans toute la Polynésie. On l’a observée dans les îles de la Malaisie, dans l’intérieur de l’Afrique, et même dans l’Inde.

Ici des questions intéressantes se posent à l’esprit. L’anthropophagie appartient-elle à la fatalité, c’est-à-dire à la nature humaine, ou au libre arbitre, c’est-à-dire qu’a l’homme d’agir sur sa propre nature, soit l’élever, soit pour la dégrader ? Si c’est un fait d’ordre fatal, devons-nous accuser la fatalité ethnique, c’est-à-dire les instincts particuliers à certaines races inferieures, ou la fatalité générale du développement humain ? L’état des peuples ou règne l’anthropophagie peut-il s’expliquer par une sorte d’arrêt de développement ? Nous présente-t-il comme un échantillon conservé sous nos yeux, de l’humanité primitive ? Est-ce là le point d’où nous sommes partis ? Quelques philosophes, sans en être humiliés, acceptent ce démenti à la noblesse de notre origine. L’âge d’or, disent-ils, est devant nous, non derrière nous ; non dans ses ancêtres, dans son avenir, non dans son passé ; l’humanité a commencé par l’anthropophagie, elle doit finir par la justice et la fraternité. « Si nous nous « portons vers les monuments de l’antiquité, dit l’Encyclopédie nouvelle, nous trouvons l’existence et les traces de l’anthropophagie chez presque tous les peuples qui renversèrent l’empire romain. Pline la constate chez les peuplades des Scythes et Sarmates ; Strabon chez les Massagètes. Les Scandinaves buvaient l’hydromel dans le crâne de leurs ennemis. Saint Jérôme nous dit qu’il a vu une horde bretonne tonne, qui s’était jetée sur la Gaule, manger les cuisses des bergers et les mamelles des femme, quand ces prisonniers leur tombaient dans las mains… Si l’anthropophagie ne se trouve pas dans l’histoire des Juifs et des Grecs, elle a retenti dans leur tradition. Le livre d’Enoch, cité par Saint Jude, dit que les géants issus du commerce des anges et des filles des hommes furent les premiers anthropophages. On connaît  les Lestringons et les Cyclopes de l’Odyssée ; on se rappelle l’histoire de Lycaon, rapportée par Ovide ; celle de Tantale, qui servit aux dieux les membres de son fils Pélops. Les vers attribués à Orphée disent qu’avant lui les hommes se dévoraient les uns les autres… Ainsi l’anthropophagie n’est pas particulière à telle ou telle race, elle a régné chez toutes les races d’hommes noirs ou blanches, basanées ou cuivrées. Elle a été un temps, une époque, dans le mouvement de la perfectibilité humaine. Et, d’après ce que nous pouvons remarquer chez les peuples historiques, il semblerait que cette époque est celle qui précéda à peu près immédiatement l’invention de l’écriture.

D’autres penseurs refusent d’admettre que l’anthropophagie telle qu’on l’observe dans certains pays, c’est-à-dire érigée en système, consacrée par la religion, soit quelque chose d’inhérent à la nature humaine abandonnée à ses premiers instincts. Ils y voient non la spontanéité de l’homme primitif, mais un état de déchéance morale, l’effet d’une direction perverse de la volonté par suite des premiers crimes et de leur action perturbatrice sur la conscience. « Entre les insulaires anthropophages et les animaux féroces, dit M. Ch. Renouvier, il y a cette différence, que ceux-ci obéissent à leur nature et ne se la sont pas donnée, tandis que les anthropophages se sont fait la leur. Si nous voulons contester qu’ils se la soient faite, il faudra nier la morale ou professer que l’homme est venu sur la terre non dans cet état neutre encore indéterminé, qu’on appelle l’innocence, mais avec une conscience préalablement corrompue, et des doctrines à la fois naturelles et perverses. » En d’autres termes, dans l’échelle de la moralité sociale, l’anthropophagie systématisée se place évidemment au-dessous de zéro ; or, il répugne de croire qu’il faille abaisser à ce degré négatif le point de départ de nos progrès moraux. Il est vrai que ceux qui nous montrent l’anthropophagie à l’origine de notre race ont soin de distinguer les formes successives qu’elle a prises, les influences diverses qui ont présidé au développement de cette affreuse coutume. Pour qui se place à ce point de vue, l’anthropophagie primitive ne serait qu’un effet de la disette primitive ; elle aurait constitué ensuite une habitude à laquelle les hommes, au premier éveil de la conscience, auraient appliqué leurs facultés réflexives et morales, les uns pour la repousser, les autres pour lui donner une sorte d’organisation.

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

28 – Semé à tout vent

Grand dictionnaire universel Larousse du XIXe siècle (c) Wikinade, CC BY-SA 3.0

     Feuilleter un dictionnaire encyclopédique est indispensable pour qui s’intéresse à l’histoire culturelle  moderne et contemporaine. Outil de vulgarisation, un ouvrage de ce type propose un état général des connaissances et embrasse, en un tour d’horizon ambitieux, le monde connu et l’univers scientifique d’une époque. En France, le « grand Larousse » publié entre 1866 et 1878 (dictionnaire encyclopédique en 15 volumes et 2 suppléments) constitue un point d’entrée passionnant dans les représentations — savantes et popularisées — du cannibalisme. Avec son Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Pierre Larousse, lexicographe et pédagogue hors pair, a souhaité mettre à la disposition du public une somme de savoirs sur tous les sujets possibles et imaginables, compilant les travaux, recourant aux auteurs les plus contemporains, aux études les plus récentes. C’est le tout premier tome, paru en 1866, qui nous offre, par la grâce de l’ordre alphabétique, les entrées ANTHROPOPHAGE et ANTHROPOPHAGIE. 

     Si ANTHROPOPHAGE réserve finalement peu de surprises — sauf peut-être à constater le recours fréquent à ce vocable que font divers philosophes du politique –, la longue entrée ANTHROPOPHAGIE recèle des richesses qui feront l’objet des deux prochaines livraisons de ce carnet numérique (billet n°29 et billet n°30). Mais contentons-nous pour l’instant de la première définition laroussienne :

ANTHROPOPHAGE adj. (an-tro-po-fa-ge — du gr. anthrôpos, homme ; phagô, je mange). Qui mange de la chair humaine : Peuple ANTHROPOPHAGE. Nation ANTHROPOPHAGE. Il n’existe plus que quelques peuplades ANTHROPOPHAGES dans le monde connuQuelques races caraïbes et quelques insulaires de la Polynésie sont encore ANTHROPOPHAGES. Tous les peuples de l’Amérique septentrionale étaient ANTHROPOPHAGES. (Volt.). Son maître lui donna les cavales ANTHROPOPHAGES à garder. (Val. Parisot)

— S’empl. substantiv. : Les anthropophages. Le boa est un terrible ANTHROPOPHAGE. Les géants nés du commerce des anges et des filles des hommes furent les premiers ANTHROPOPHAGES. On dit qu’il y a eu des ANTHROPOPHAGES ; je ne sais, mais cela n’a pas dû être long : ils ont dû mourir empoisonnés. (Lamenn.). Les ANTHROPOPHAGES de Sumatra et des îles, de la Sonde mangent les condamnés à mort. (Marlès.) Les Cyclopes eux-mêmes, ces grossiers et féroces ANTHROPOPHAGES, se confiaient en la providence des dieux. (Portalis.).— Par exag. : Les ANTHROPOPHAGES du peuple sont ceux qui vivent à ses dépens. (B. Const.) Jamais homme n’a été victime d’autant d’exécration que je le suis devenu pour cela seulement que je fais la guerre aux ANTHROPOPHAGES. (Proudh.).— Syn. Anthropophage, cannibale. Dans l’origine, ces deux mots avaient à peu près la même signification. Les habitants des îles Caraïbes, qui étaient anthropophages, furent nommés cannibales. Mais aujourd’hui, anthropophage signifie simplement : qui se nourrit de chair humaine, qui en a contracté en quelque sorte l’habitude. Cannibale ajoute à cette idée celle de cruauté, d’inhumanité, de férocité. Les cannibales peuvent ne pas être anthropophages entre eux, et ne l’être qu’envers des ennemis vaincus.

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

25 – Bouffer du Boche

   Jean-Yves Le Naour, historien de la Première Guerre mondiale, étudie dans un article de 2006 les représentations, éminemment avilissantes, des Allemands dans les dessins de presse en 1914-1918. On découvre au détour de son corpus la figure ambivalente du combattant noir – cannibale, forcément cannibale – qui autorise, par procuration, la dévoration de l’ennemi tout en renvoyant dos à dos la sauvagerie du « Boche » et celle de l’« indigène ».

 « Enfin, à plusieurs reprises, Guillaume II est mis à la broche au-dessus d’un feu nourri par les caricaturistes. Les cuisiniers sont divers, ce sont des Français, des alliés, mais souvent des coloniaux et plus exactement des Noirs. Ici, il semble bien que l’on atteigne les limites de la métaphore ou de la symbolique car la croyance en l’anthropophagie des Noirs court encore parmi les contemporains, au moins dans les milieux populaires qui découvrent les indigènes de l’Empire à l’occasion de la Première Guerre mondiale. Les dessinateurs font de la confrontation de l’Allemand et du Noir un thème fréquent de leurs productions car cela leur permet de montrer que le plus sauvage des deux n’est pas celui qu’on pense : même le plus arriéré des cannibales de la brousse a trouvé son maître en la personne du Kaiser qui dépasse tous les humains en sauvagerie. Ce n’est pas très compliqué puisque Guillaume II et les Allemands sont à la marge de l’humanité. »

[Jean-Yves Le Naour, « Bouffer du Boche. Animalisation, scatologie et cannibalisme dans la caricature française de la Grande Guerre », in Quasimodo, n° 8, « Corps en guerre. Imaginaires, idéologies, destructions », tome 1, printemps 2006, Montpellier, p. 255-261.]

Texte complet disponible sur le site de la revue Quasimodo

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

18 – Un écheveau à démêler

   © Longo Maï

   Pour le juge colonial qui doit examiner une affaire de cannibalisme, pour l’anthropologue enquêtant sur les sociétés secrètes dans l’entre-deux-guerres ou pour le missionnaire désireux d’éradiquer les superstitions, le doute n’a guère de place : l’anthropophagie est une donnée, un fait établi. D’ailleurs, tout le monde l’évoque – les chansonniers, les romanciers, les dramaturges, les caricaturistes (ah ! la fameuse marmite…). L’anthropophagie est l’épice indispensable à la littérature et à la presse populaires de la fin du XIXe siècle et du début du XXe dès qu’il s’agit d’évoquer l’Afrique et les Africains.

   Mais que sait-on alors de tangible sur le phénomène ? Sur quoi peut-on appuyer ses connaissances quand on préside un tribunal de 2e niveau tranchant sur des « meurtres rituels » et des « faits d’anthropophagie » ? Quelle est la documentation disponible ? Qu’enseigne-t-on par exemple à ce sujet à l’École coloniale ?

   Par ailleurs, quand et comment s’est établi un consensus scientifique sur ces questions ? Qu’en disent des revues sérieuses comme L’Anthropologie ou le Journal des Africanistes ? Comment le « savoir savant » se diffuse-t-il, et comment influence-t-il le « savoir pratique », celui des acteurs de terrain (administrateurs, magistrats, membres des congrégations religieuses, etc.) ? Et d’ailleurs, se diffuse-t-il réellement, ou entre-t-il en contradiction avec un « sens commun » tenant pour omniprésente l’anthropophagie en Afrique ?

   Le questionnaire s’allonge et s’allongera encore. C’est une banalité de le souligner : lorsqu’un chercheur avance, il tire doucement sur un fil, puis sur deux, puis sur trois – et l’écheveau s’avère toujours plus compliqué à dénouer qu’il n’y paraissait au départ.

   La question des représentations guidant l’action coloniale constituera donc un axe important de cette recherche. Elle conduit inévitablement à s’intéresser à la production et à la diffusion des connaissances (notamment anthropologiques) sur le cannibalisme. Ne souhaitant pas – et au fond, le voudrais-je que cela ne serait pas possible – travailler sur la « réalité » anthropophage, qui échappe définitivement, je dois essayer d’entrer dans la logique d’un système de pensée dont les codes se sont en partie effacés. Il faudra appréhender au mieux l’état des savoirs de ce temps si proche – un siècle, un siècle et demi, c’est-à-dire hier pour la majorité des historiens – et pourtant déjà si lointain. C’est l’une des clés indispensables pour écrire l’histoire de la répression de l’anthropophagie en situation coloniale.

    Fin des travaux de démêlage dans un an ou deux ?

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

17 – Le dîner de c…

Extrait de Georges Guille-Escuret, Sociologie comparée du cannibalisme,  t. 1. Proies et captifs en AfriquePUF, 2010, p. 10-12.

  [La scène se passe dans les années 1980, quelque part en République centrafricaine. Georges Guille-Escuret vient de débarquer en RCA pour une enquête auprès de populations de la Lambaye.]

    Il y eut en premier lieu le dîner de coopérants. Les expatriés [français] ont l’habitude d’accueillir un nouvel arrivant en l’invitant à une série de repas, certains à la bonne franquette, d’autres nettement plus conventionnels, qui permettent de lui fournir une multitude hétéroclite d’informations utiles (les impairs à ne pas commettre, les « trucs » commodes de la vie quotidienne, etc.), puis de l’inscrire dans le réseau établi des solidarités qui unissent puissamment les Européens dans telle grande ville ou telle région d’Afrique. Le dîner en question réunissait sept ou huit personnes chez un personnage éminent de la communauté française autour d’une nappe blanche avec des couverts rutilants : bref, une présentation officielle. Dans un tel cadre, le visiteur fraîchement débarqué peut être assuré, si le cannibalisme imprègne un tant soit peu l’héritage colonial local, que, bon gré mal gré, il se verra infliger une leçon d’histoire à ce sujet. Truffée, bien entendu, de détails sanguinolents.

   Je m’attendais à ce bizutage officieux où s’infiltre un désir de faire comprendre au novice qu’il ne devra jamais se leurrer sur sa capacité à pénétrer le milieu autochtone : l’anthropophagie symbolise à merveille la persistance d’une barrière infranchissable. En revanche, malgré un parti pris de docilité, je ne pus réprimer totalement ma surprise devant la kyrielle d’invraisemblances qui m’étaient assénées. Le professeur improvisé évoquait ainsi l’installation de villages entièrement composés d’esclaves, lesquels étaient engraissés par de terribles voisins qui les saisissaient les uns après les autres pour les besoins périodiques de festivités carnassières. Le fantasme provoque un trouble insondable en associant le pénitencier et l’élevage, le geôlier et le fauve, le mirador et l’abattoir, la sauvagerie du prédateur et la domestication de la proie, bref en imaginant la conjonction cauchemardesque de contraires également terrorisants. J’émis donc sur un ton très neutre un doute sur la compatibilité d’un système répressif aussi puissant avec une organisation sociale acéphale fondée sur l’horticulture itinérante.

   Le déferlement de rage qui répondit à ma timide objection embarrassa tous les convives tant la haine larvée qui l’animait s’était soudain dépouillée de toute enveloppe argumentaire. Affirmations martelées d’une voix cassante qui refusaient à l’avance de se soumettre à l’insanité d’un examen. L’enseignant s’était métamorphosé en procureur intraitable. Prenant finalement conscience du malaise ambiant, il acheva sa diatribe en baissant le nez sur son assiette et en marmonnant un verdict auquel la récente “affaire des diamants” donnait en Centrafrique une tournure quelque peu surréaliste :

   “Ils en croquent, quoi, c’est tout.”

[J’ai graissé les passages révélateurs de la persistance des représentations et des pratiques sociales en vogue, de l’époque coloniale à l’ère post-coloniale, au sein des milieux d’expatriés européens en Afrique.

 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

16 – Le juge et les mangeurs d’hommes

  Ancien conseiller à la Cour d’Appel de Dakar, Éric Rau publie en 1958, soit deux ans à peine avant les indépendances, un opuscule d’une trentaine de pages intitulé Le juge et le sorcier. Les mangeurs d’hommes. Il fait suite à une première livraison de la même eau l’année précédente : Le juge et le sorcier. Les sacrifices humains. C’est la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Dakar qui édite ces ouvrages, travaux d’un de ses membres éminents — un magistrat qui se pique d’ethnologie juridique et a, par ailleurs, déjà commis quelques travaux sur les Wallisiens (sa thèse de 1935 porte sur leurs coutumes ) et sur les Kanaks.

 La courte notice sur Wikipedia qui est lui consacrée (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Rau) signale bien sûr Le juge et le sorcier, mais dans une  édition de 1976 (le milieu des années 1970 !!), dont on s’est visiblement contenté de reproduire la 4e de couverture :

Sorciers « mangeurs d’hommes », hommes-panthères, homme-caïmans, hommes-serpent…. Que peut un juge quand il est confronté, en Afrique, en Martinique, à Tahiti, à Madagascar, à des coutumes, à des rites d’une insoutenable atrocité ? Que peut le juge face au sorcier ? C’est un document de premier ordre. L’un de ceux qui, haletants comme une enquête policière, sont aussi une interrogation sur d’autres civilisations, leurs mystères et leurs pouvoirs.

   Il faudra aller voir cette édition augmentée de 1976. En attendant, l’opuscule de 1958 que j’ai entre les mains ne se distingue ni par la sobriété, ni par la mise à distance. Rau affirme ainsi, sur des bases qui semblent bien fragiles, qu’« [e]n Afrique Noire, fort répandue, naguère, au Congo, au Gabon et dans les régions sylvestres du Golfe de Guinée, l’anthropophagie, sévèrement traquée par l’Autorité, ne se manifeste plus guère — autant qu’on en puisse juger en ces sortes d’affaires où, toujours, sévit la conspiration du silence — que d’une façon sporadique. »

   Si partiale et si partielle que soit la source, elle fournit néanmoins quelques renseignements apparemment fiables sur la législation aofienne (à confirmer). Dans un raisonnement en grande partie tautologique, l’auteur avance l’idée selon laquelle « la plus solide preuve que l’anthropophagie reste vivace dans tout l’Occident africain, c’est que le législateur français a été amené, en 1947, à redire: « sera… puni de mort quiconque se sera rendu coupable d’un meurtre commis dans un but (sic) d’anthropophagie ». » Une note précise qu’il s’agit du décret du 19 novembre 1947, qui reprend les termes du décret du 26 avril 1923 statuant en matière de justice répressive indigène.

   Les questions juridiques constitueront un fil rouge de ce travail de recherche. Si l’existence d’une législation ne fournit bien sûr aucune preuve de la vivacité de l’anthropophagie — on sait bien, notamment, la nature normative du droit –, elle est en revanche la preuve de l’intérêt persistant du législateur colonial, et de la poursuite au-delà de la Seconde Guerre mondiale des actions en justice intentées pour ces motifs.

jugesorcier

  © S. Dulucq

 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

15 – Cannibalisme et humour noir (années 1880-1900)

Anthropophages. — Égoïstes qui aiment les gens, pour eux-mêmes.

Arsène Arüss, Le Sottisier, 1886.

Y a-t-il encore des anthropophages dans ce pays ? Non, car nous avons mangé le dernier la semaine dernière.

Citation attribuée à Georges Feydeau (référence précise : ?)

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

13 – Clemenceau et les anthropophages

   Au XIXe siècle, l’anthropophage reprend du service. En métropole, il hante les discours publics, les romans populaires, la presse illustrée. Aux colonies, il cristallise l’attention des acteurs de terrain — administrateurs, missionnaires, magistrats, voyageurs, juges — qui y trouvent matière à légitimer la « mission civilisatrice ».

  Clemenceau lui-même convoque son inquiétante figure pour rédiger une parabole fantasmagorique qui n’est pas sans rappeler, de loin, Jonathan Swift et sa Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public (1729) — encore une histoire de cannibalisme, by the way !

   Un grand merci à Francis de m’avoir signalé ce chapitre de La mêlée sociale, ouvrage paru en 1895 alors que Clemenceau est encore un leader d’opposition intransigeant, député radical siégeant à l’extrême-gauche du Parlement. Le texte s’intitule « Pour quelques anthropophages » et est disponible en ligne sur le site de la BnF (gallica) dans une réédition de 1907.

clemenceau.jpg

    © Assemblée nationale

   Un « Révérend Père » a visité, en septembre dernier, des villages de la rive droite de l’Oubangui (limite du Congo français), et voici le récit de ce qu’il a vu :

On amène des esclaves sur le marché, et celui qui ne peut pas se payer le luxe d’un esclave entier achète seulement un membre qu’il choisit à son goût. S’il choisit le bras, le client fait une marque longitudinale avec une sorte de craie blanche, et le propriétaire attend qu’un autre client choisisse un autre bras et lui fasse la même marque.

Chacun choisit ainsi les bras, les jambes, la poitrine, etc. ; et lorsque tous les membres ont été marqués, on coupe tout simplement la tête du pauvre esclave, qui est immédiatement dévoré sur place.

   Ces scènes sont atroces, mais s’expliquent, après tout, par la nécessité de satisfaire le plus respectable de tous les besoins : la faim. Et puis ce sont les mœurs des ancêtres. Quoi de plus vénérable que les traditions de famille ? Tous les jours, dans les villages de cette immense Afrique noire, défendue contre la civilisation blanche par un soleil homicide, des scènes analogues se répètent inlassablement depuis tant de milliers d’années qu’on n’en peut dire le nombre.

   Les autres continents de la planète, pendant cette interminable durée, ont offert des spectacles, sans cesse renouvelés, qui n’ont guère  différé que par la forme de ceux dont le récit nous paraît si choquant aujourd’hui. Ce qu’il y a de curieux, c’est que nous ayons attendu jusqu’à nos jours pour éprouver cette louable répugnance. Ce qui est plus surprenant encore, c’est que l’horreur de ces atrocités ne nous révolte vraiment que si nous y sommes étrangers.

   Je conviens qu’elles doivent être lamentables, les réflexions du pauvre nègre, délicatement palpé par un camarade aux yeux luisants, aux dents aiguës, qui conclut en lui dessinant à la craie, sur la poitrine, le carré de côtelettes qu’il se réserve dans la boucherie de tout à l’heure. […] Le pauvre cannibale, marqué d’avance à son tour pour le prochain massacre, peut très bien être un rêveur, un être doux et bon, un poète, un altruiste attendri partageant avec un moins fortuné le morceau de filet humain qui est sa propriété légitime, risquant sa vie pour un compagnon de misère, dévoué, désintéressé, exquis. Quel droit aurions-nous au monopole de ces sentiments, nous qui vivons de sang comme l’anthropophage, nous qui massacrons sans relâche des frères inférieurs pour nous repaître de leur souffrance ? Souffrent-ils moins que le nègre, en recevant le coup fatal ? Ce n’est pas sûr. Ils se lamentent plus bruyamment. Pensent-ils moins ? Que cette réflexion nous rende indulgents pour l’antique anthropophagie de nos pères, continuée de nécessité  par nos frères noirs.

   Quelles leçons leur donnons-nous, d’ailleurs, qui nous permettent de le prendre de si haut avec eux ? Qui est allé chercher des hommes sur la côte d’Afrique pour les enchaîner à la file et les livrer — contre argent — au fouet des planteurs d’Amérique ? Quelle torture leur fut épargnée ? Lisez dans les journaux des États-Unis, avant 1860, les avis descriptifs des esclaves en fuite. Ce ne sont que marques au fer rouge, mâchoires fracassées, yeux crevés, membres mutilés ou sciés. N’est-ce pas l’œuvre des blancs, des civilisés, des chrétiens ? […] Qui donc a fait un grand charnier de la terre, sinon le blanc civilisateur ? […]

  C’est une leçon de choses qui révolterait sans doute de dégoût et d’horreur les anthropophages de l’Oubangui. Des deux boucheries humaines, la plus explicable est assurèment celle de l’homme qui a faim. Nos cannibales pensifs ne comprendront jamais les 30 000 Parisiens de la semaine de mai, abattus sans que Galliffet, lui-même, y ait mis la dent. On aura beau leur dire que c’est pour le plaisir des yeux, pour la pure satisfaction des âmes chrétiennes, ils répondront, eux les barbares, que c’est pure sauvagerie. Voyez comme il est difficile de s’entendre.

   On va sans doute détruire prochainement la boucherie humaine de l’Oubangui. Les noirs, au lieu d’être mangés, seront bientôt étendus dans la brousse, les mains liées derrière le dos, pourrissant fraternellement à côté de ceux qui, sans cet accident, seraient occupés peut-être à les dépecer. C’est l’homme blanc qui passe, marquant sa route  d’inutiles charniers.

   Qui fera le compte de la douleur humaine accumulée dans toute l’étendue de la terre depuis l’apparition de la vie ? Qui sondera l’inépuisable réserve de souffrance dont l’humanité se prépare à faire l’avenir ?

   Mangez-vous les uns les autres, frères de l’Oubangui ! Après vous, il y aura encore des mangeurs et des mangés.

 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts