Archives par étiquette : politique

13 – Clemenceau et les anthropophages

   Au XIXe siècle, l’anthropophage reprend du service. En métropole, il hante les discours publics, les romans populaires, la presse illustrée. Aux colonies, il cristallise l’attention des acteurs de terrain — administrateurs, missionnaires, magistrats, voyageurs, juges — qui y trouvent matière à légitimer la « mission civilisatrice ».

  Clemenceau lui-même convoque son inquiétante figure pour rédiger une parabole fantasmagorique qui n’est pas sans rappeler, de loin, Jonathan Swift et sa Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public (1729) — encore une histoire de cannibalisme, by the way !

   Un grand merci à Francis de m’avoir signalé ce chapitre de La mêlée sociale, ouvrage paru en 1895 alors que Clemenceau est encore un leader d’opposition intransigeant, député radical siégeant à l’extrême-gauche du Parlement. Le texte s’intitule « Pour quelques anthropophages » et est disponible en ligne sur le site de la BnF (gallica) dans une réédition de 1907.

clemenceau.jpg

    © Assemblée nationale

   Un « Révérend Père » a visité, en septembre dernier, des villages de la rive droite de l’Oubangui (limite du Congo français), et voici le récit de ce qu’il a vu :

On amène des esclaves sur le marché, et celui qui ne peut pas se payer le luxe d’un esclave entier achète seulement un membre qu’il choisit à son goût. S’il choisit le bras, le client fait une marque longitudinale avec une sorte de craie blanche, et le propriétaire attend qu’un autre client choisisse un autre bras et lui fasse la même marque.

Chacun choisit ainsi les bras, les jambes, la poitrine, etc. ; et lorsque tous les membres ont été marqués, on coupe tout simplement la tête du pauvre esclave, qui est immédiatement dévoré sur place.

   Ces scènes sont atroces, mais s’expliquent, après tout, par la nécessité de satisfaire le plus respectable de tous les besoins : la faim. Et puis ce sont les mœurs des ancêtres. Quoi de plus vénérable que les traditions de famille ? Tous les jours, dans les villages de cette immense Afrique noire, défendue contre la civilisation blanche par un soleil homicide, des scènes analogues se répètent inlassablement depuis tant de milliers d’années qu’on n’en peut dire le nombre.

   Les autres continents de la planète, pendant cette interminable durée, ont offert des spectacles, sans cesse renouvelés, qui n’ont guère  différé que par la forme de ceux dont le récit nous paraît si choquant aujourd’hui. Ce qu’il y a de curieux, c’est que nous ayons attendu jusqu’à nos jours pour éprouver cette louable répugnance. Ce qui est plus surprenant encore, c’est que l’horreur de ces atrocités ne nous révolte vraiment que si nous y sommes étrangers.

   Je conviens qu’elles doivent être lamentables, les réflexions du pauvre nègre, délicatement palpé par un camarade aux yeux luisants, aux dents aiguës, qui conclut en lui dessinant à la craie, sur la poitrine, le carré de côtelettes qu’il se réserve dans la boucherie de tout à l’heure. […] Le pauvre cannibale, marqué d’avance à son tour pour le prochain massacre, peut très bien être un rêveur, un être doux et bon, un poète, un altruiste attendri partageant avec un moins fortuné le morceau de filet humain qui est sa propriété légitime, risquant sa vie pour un compagnon de misère, dévoué, désintéressé, exquis. Quel droit aurions-nous au monopole de ces sentiments, nous qui vivons de sang comme l’anthropophage, nous qui massacrons sans relâche des frères inférieurs pour nous repaître de leur souffrance ? Souffrent-ils moins que le nègre, en recevant le coup fatal ? Ce n’est pas sûr. Ils se lamentent plus bruyamment. Pensent-ils moins ? Que cette réflexion nous rende indulgents pour l’antique anthropophagie de nos pères, continuée de nécessité  par nos frères noirs.

   Quelles leçons leur donnons-nous, d’ailleurs, qui nous permettent de le prendre de si haut avec eux ? Qui est allé chercher des hommes sur la côte d’Afrique pour les enchaîner à la file et les livrer — contre argent — au fouet des planteurs d’Amérique ? Quelle torture leur fut épargnée ? Lisez dans les journaux des États-Unis, avant 1860, les avis descriptifs des esclaves en fuite. Ce ne sont que marques au fer rouge, mâchoires fracassées, yeux crevés, membres mutilés ou sciés. N’est-ce pas l’œuvre des blancs, des civilisés, des chrétiens ? […] Qui donc a fait un grand charnier de la terre, sinon le blanc civilisateur ? […]

  C’est une leçon de choses qui révolterait sans doute de dégoût et d’horreur les anthropophages de l’Oubangui. Des deux boucheries humaines, la plus explicable est assurèment celle de l’homme qui a faim. Nos cannibales pensifs ne comprendront jamais les 30 000 Parisiens de la semaine de mai, abattus sans que Galliffet, lui-même, y ait mis la dent. On aura beau leur dire que c’est pour le plaisir des yeux, pour la pure satisfaction des âmes chrétiennes, ils répondront, eux les barbares, que c’est pure sauvagerie. Voyez comme il est difficile de s’entendre.

   On va sans doute détruire prochainement la boucherie humaine de l’Oubangui. Les noirs, au lieu d’être mangés, seront bientôt étendus dans la brousse, les mains liées derrière le dos, pourrissant fraternellement à côté de ceux qui, sans cet accident, seraient occupés peut-être à les dépecer. C’est l’homme blanc qui passe, marquant sa route  d’inutiles charniers.

   Qui fera le compte de la douleur humaine accumulée dans toute l’étendue de la terre depuis l’apparition de la vie ? Qui sondera l’inépuisable réserve de souffrance dont l’humanité se prépare à faire l’avenir ?

   Mangez-vous les uns les autres, frères de l’Oubangui ! Après vous, il y aura encore des mangeurs et des mangés.

 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts