Archives par étiquette : Muchembled

3 – L’anthropophage au village

   Il est des références écrasantes : Robert Muchembled, La sorcière au village (1978) ; Alain Corbin, Le village des “cannibales” (1990)… Et bien d’autres sur la liste (ouverte) des ouvrages de référence qui jalonneront cette enquête.

   Car on n’entre pas, bien sûr, dans une recherche historique sans s’adosser à une bibliographie déjà bien ébauchée. Pas de travail sans problématique – la fameuse histoire-problème de Lucien Febvre – ou sans un début de réflexion sur la « position » du chercheur. Et cette exigence est d’autant plus forte que le sujet est épineux ou qu’il peut prêter à malentendus et à controverses. La question des lectures préalables est donc fondamentale, et le contact avec les travaux des grands historiens une condition sine qua non pour aborder, avec un minimum de munitions, des terrains potentiellement minés. Je reparlerai de bibliographie d’ici quelque temps, mais arrêtons-nous un instant sur les deux ouvrages emblématiques évoqués ci-dessus.

   Pour envisager l’anthropophagie aux colonies, la lecture de La sorcière au village constitue un prérequis indispensable, une boussole, un vade-mecum. Pour Robert Muchembled, la question n’était pas de croire (ou de ne pas croire) au sabbat des sorcières et à l’efficacité de leurs sortilèges. De même, mon problème ne sera pas de savoir s’il y avait véritablement des anthropophages en AOF et en AEF, mais  d’étudier le fonctionnement d’une société coloniale où tous – les communautés villageoises africaines, les administrateurs coloniaux et, semble-t-il, les accusés eux-mêmes – croyaient au cannibalisme, au meurtre rituel, à la sorcellerie, à la magie. Dans ces conditions, l’anthropophage existait puisque tout le monde était persuadé qu’il existait. En d’autres termes, et pour paraphraser Sartre, l’existence de l’anthropophage précède son essence… Ce sont les contours de cette réalité culturelle et sociale que je dois tâcher de saisir – et non la réalité (ou l’irréalité) des repas de chair humaine.

   Mon deuxième instrument de navigation, fourni par Alain Corbin, sera tout aussi précieux que le premier. Le fait divers d’Hautefaye, en 1870, est certes en complet décalage avec mon sujet : ces « cannibales »-là ont bien peu à voir avec ces « anthropophages »-ci. Mais l’idée forte de Corbin – à ne pas perdre de vue ! –, c’est que derrière l’incongru, le repoussant, le difficile-à-penser, se cache du sens social, culturel, anthropologique, et parfois même politique.

 

Muchembled.gif

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts