Archives par étiquette : missionnaires

13 – Clemenceau et les anthropophages

   Au XIXe siècle, l’anthropophage reprend du service. En métropole, il hante les discours publics, les romans populaires, la presse illustrée. Aux colonies, il cristallise l’attention des acteurs de terrain — administrateurs, missionnaires, magistrats, voyageurs, juges — qui y trouvent matière à légitimer la « mission civilisatrice ».

  Clemenceau lui-même convoque son inquiétante figure pour rédiger une parabole fantasmagorique qui n’est pas sans rappeler, de loin, Jonathan Swift et sa Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public (1729) — encore une histoire de cannibalisme, by the way !

   Un grand merci à Francis de m’avoir signalé ce chapitre de La mêlée sociale, ouvrage paru en 1895 alors que Clemenceau est encore un leader d’opposition intransigeant, député radical siégeant à l’extrême-gauche du Parlement. Le texte s’intitule « Pour quelques anthropophages » et est disponible en ligne sur le site de la BnF (gallica) dans une réédition de 1907.

clemenceau.jpg

    © Assemblée nationale

   Un « Révérend Père » a visité, en septembre dernier, des villages de la rive droite de l’Oubangui (limite du Congo français), et voici le récit de ce qu’il a vu :

On amène des esclaves sur le marché, et celui qui ne peut pas se payer le luxe d’un esclave entier achète seulement un membre qu’il choisit à son goût. S’il choisit le bras, le client fait une marque longitudinale avec une sorte de craie blanche, et le propriétaire attend qu’un autre client choisisse un autre bras et lui fasse la même marque.

Chacun choisit ainsi les bras, les jambes, la poitrine, etc. ; et lorsque tous les membres ont été marqués, on coupe tout simplement la tête du pauvre esclave, qui est immédiatement dévoré sur place.

   Ces scènes sont atroces, mais s’expliquent, après tout, par la nécessité de satisfaire le plus respectable de tous les besoins : la faim. Et puis ce sont les mœurs des ancêtres. Quoi de plus vénérable que les traditions de famille ? Tous les jours, dans les villages de cette immense Afrique noire, défendue contre la civilisation blanche par un soleil homicide, des scènes analogues se répètent inlassablement depuis tant de milliers d’années qu’on n’en peut dire le nombre.

   Les autres continents de la planète, pendant cette interminable durée, ont offert des spectacles, sans cesse renouvelés, qui n’ont guère  différé que par la forme de ceux dont le récit nous paraît si choquant aujourd’hui. Ce qu’il y a de curieux, c’est que nous ayons attendu jusqu’à nos jours pour éprouver cette louable répugnance. Ce qui est plus surprenant encore, c’est que l’horreur de ces atrocités ne nous révolte vraiment que si nous y sommes étrangers.

   Je conviens qu’elles doivent être lamentables, les réflexions du pauvre nègre, délicatement palpé par un camarade aux yeux luisants, aux dents aiguës, qui conclut en lui dessinant à la craie, sur la poitrine, le carré de côtelettes qu’il se réserve dans la boucherie de tout à l’heure. […] Le pauvre cannibale, marqué d’avance à son tour pour le prochain massacre, peut très bien être un rêveur, un être doux et bon, un poète, un altruiste attendri partageant avec un moins fortuné le morceau de filet humain qui est sa propriété légitime, risquant sa vie pour un compagnon de misère, dévoué, désintéressé, exquis. Quel droit aurions-nous au monopole de ces sentiments, nous qui vivons de sang comme l’anthropophage, nous qui massacrons sans relâche des frères inférieurs pour nous repaître de leur souffrance ? Souffrent-ils moins que le nègre, en recevant le coup fatal ? Ce n’est pas sûr. Ils se lamentent plus bruyamment. Pensent-ils moins ? Que cette réflexion nous rende indulgents pour l’antique anthropophagie de nos pères, continuée de nécessité  par nos frères noirs.

   Quelles leçons leur donnons-nous, d’ailleurs, qui nous permettent de le prendre de si haut avec eux ? Qui est allé chercher des hommes sur la côte d’Afrique pour les enchaîner à la file et les livrer — contre argent — au fouet des planteurs d’Amérique ? Quelle torture leur fut épargnée ? Lisez dans les journaux des États-Unis, avant 1860, les avis descriptifs des esclaves en fuite. Ce ne sont que marques au fer rouge, mâchoires fracassées, yeux crevés, membres mutilés ou sciés. N’est-ce pas l’œuvre des blancs, des civilisés, des chrétiens ? […] Qui donc a fait un grand charnier de la terre, sinon le blanc civilisateur ? […]

  C’est une leçon de choses qui révolterait sans doute de dégoût et d’horreur les anthropophages de l’Oubangui. Des deux boucheries humaines, la plus explicable est assurèment celle de l’homme qui a faim. Nos cannibales pensifs ne comprendront jamais les 30 000 Parisiens de la semaine de mai, abattus sans que Galliffet, lui-même, y ait mis la dent. On aura beau leur dire que c’est pour le plaisir des yeux, pour la pure satisfaction des âmes chrétiennes, ils répondront, eux les barbares, que c’est pure sauvagerie. Voyez comme il est difficile de s’entendre.

   On va sans doute détruire prochainement la boucherie humaine de l’Oubangui. Les noirs, au lieu d’être mangés, seront bientôt étendus dans la brousse, les mains liées derrière le dos, pourrissant fraternellement à côté de ceux qui, sans cet accident, seraient occupés peut-être à les dépecer. C’est l’homme blanc qui passe, marquant sa route  d’inutiles charniers.

   Qui fera le compte de la douleur humaine accumulée dans toute l’étendue de la terre depuis l’apparition de la vie ? Qui sondera l’inépuisable réserve de souffrance dont l’humanité se prépare à faire l’avenir ?

   Mangez-vous les uns les autres, frères de l’Oubangui ! Après vous, il y aura encore des mangeurs et des mangés.

 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

8 – … ou camelote ?

       Suite de l’affaire soulevée par le père spiritain…

   Le ministre des Colonies, interpellé par le député Gailhard-Bancel, active la chaîne de commandement (le gouverneur général de l’AOF saisit à son tour le gouverneur de Guinée) — provoquant la réponse suivante qui ne manque pas de sel.

   L’affaire de Youkounkoun suscite un ensemble de questions  sur le rôle des missionnaires dans la dénonciation des meurtres rituels, sur l’amplification et la déformation de certains faits, sur la grande sensibilité politique de ces questions, sur les procédures d’enquête sur le terrain, sur la qualité des aveux extorqués à des prisonniers malmenés par leurs propres communautés, etc., etc.

Extrait d’une lettre de Georges Poiret, gouverneur de Guinée, au gouverneur général de l’AOF, 26 janvier 1924.

   Sous le n° 11 du 7 janvier vous m’avez transmis copie d’une lettre de M. le Ministre des Colonies concernant une communication faite par M. le député Gailhard-Bancel au sujet de meurtres rituels qui auraient été commis en pays coniagui et demandant quelles mesures étaient prises par l’Administration locale pour réprimer ces actes de barbarie.

   J’ai l’honneur de vous faire connaître que, tout en étant en régression, le meurtre rituel subsiste encore chez plusieurs peuplades fétichistes et même islamisées de la Guinée. Divers cas vous ont été signalés dans les rapports politiques du 3e et 4e trimestre 1922 et 3e trimestre 1923. Des sanctions impitoyables ont toujours été prononcées par les tribunaux de cercle mais, pour que la répression soit efficace, il est indispensable que la culpabilité des accusés soit nettement établie, ce qui est souvent fort délicat en raison de confusions fréquentes provoquées par les plaignants.

   Il convient en effet de distinguer les meurtres rituels généralement suivis d’anthropophagie et certaines superstitions locales attribuant au pouvoir occulte de sorciers mangeurs d’âme tous les décès résultant de maladies dont les indigènes ne savent pas déterminer l’origine, ce qui est le plus généralement le cas. Un autre motif de confusion est que le même terme désigne dans presque tous les dialectes (comme le grec, d’ailleurs) un médicament, un poison, ou un fétiche redouté quoique parfaitement inoffensif.

   Les plaignants ne font jamais ces distinctions et c’est au fonctionnaire enquêteur de discerner s’il se trouve en présence de faits criminels ou de superstitions ridicules. Il n’est pas rare, lorsque plusieurs habitants d’une localité meurent à des dates rapprochées, que le Commandant de cercle soit saisi d’une série de dénonciations auxquelles aucune suite judiciaire n’est donnée, l’origine épidémique des décès étant invariablement établie. Et cependant, sous l’influence de certaines suggestions, des indigènes ont pu en pareil cas se déclarer coupables de crimes qu’une enquête judicieusement menée a reconnus comme parfaitement imaginaires.

   Je ne veux pas douter de la bonne foi du correspondant de M. de Gailhard-Bancel ; dans le cas présent, elle semble avoir été surprise, les nombreux décès du pays coniagui signalés par lui représentant seulement une mortalité normale dans une population qui compte environ 10 000 habitants.

   En ce qui concerne plus précisément les derniers faits qui se seraient produits dans ce pays, d’une étude minutieuse à laquelle j’ai procédé depuis déjà quelques mois, il ressort ceci :

   Au mois de juillet dernier, une fillette coniagui, nommé Afolé, mourait dans le village d’Ourack pour des causes demeurées encore indéterminées. Des soupçons se portèrent sur plusieurs indigènes. Trois successivement arrêtés au début de l’enquête ouverte par l’Administrateur-adjoint, chef de la subdivision d’Youkounkoun, nièrent énergiquement avoir provoqué ce décès. Un quatrième, au préalable copieusement maltraité par les habitants de son village et conduit en assez piteux état à la résidence, s’avoua coupable et dénonça ses coaccusés comme ayant participé à une scène de sorcellerie ayant eu pour but de manger l’âme d’Afolé, et ultérieurement avoir empoisonné la jeune fille. Après diverses confrontations les trois premiers indigènes arrêtés également finirent par se reconnaître coupables.

   Telles sont les bases de l’inculpation, aucun témoin n’étant présent au moment où les faits se seraient produits. Convient-il de considérer les aveux ainsi obtenus comme ayant une réelle valeur ? La lecture des procès-verbaux permet d’en douter. […]

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

7 – Vrai diamant…

   Plus j’avance et plus j’en viens à penser qu’il sera difficile de dissocier faits d’anthropophagie et meurtres rituels dans ce travail. Les deux choses paraissent étroitement liées dans les représentations et les discours de l’époque, dénoncées avec la même horreur comme les deux faces de la même monnaie, et réprimées avec la même fermeté. Souvent, les condamnés pour meurtres rituels sont aussi soupçonnés de faits d’anthropophagie, et vice versa. Dès la fin du XIXe siècle, la plupart des études  portant sur la sorcellerie et sur les « sociétés secrètes » africaines considèrent que les deux phénomènes se recoupent. Il me semble de plus en plus évident que cette enquête a tout intérêt à s’élargir.

   L’affaire suivante, datant de 1923-24, ne met pas en cause une affaire d’anthropophagie stricto sensu, mais des « mangeurs d’âme ». En voici le premier épisode, avec deux protagonistes intéressants : un missionnaire spiritain et un homme politique au bras long, Hyacinthe de Gailhard-Bancel, député de l’Ardèche, tendance droite modérée et catholicisme social.

   N.B. Les amateurs du Corniaud (Gérard Oury, 1965) se souviendront que Youkounkoun était le nom donné au diamant dont Bourvil était, bien malgré lui (!), le convoyeur. Il s’agit d’une petite ville du nord de la Guinée, près de la frontière sénégalaise.

Copie d’une lettre [extrait] adressée à M. de Gailhard-Bancel, député, par un père du Saint Esprit, missionnaire en pays coniagui.

                                                                    Papier à en-tête de la chambre des Députés

                                                                                                                29 novembre 1923

   Je crois vous avoir entretenu de certaines sociétés secrètes du pays coniagui ; la condition d’admission était l’immolation de plusieurs membres de sa famille. Je les ai découvertes il y a bientôt deux ans. On doutait de mes affirmations. Or, en juillet dernier, l’administrateur de Youkounkoun, cercle de Gaoual (Guinée française) a été prévenu qu’un ancien du village d’Oural venait de sacrifier sa nièce. De leurs aveux et d’autres renseignements il résulte que, dans le seul pays coniagui, en 10 ans, ces sociétés secrètes auraient même immolé, au minimum, un millier de victimes.

   L’affaire est portée devant le tribunal de cercle, mais on semble craindre que le fameux mot d’ordre : « Pas d’histoires », qui influe trop souvent sur les affaires coloniales, ne porte ses fruits. Ce serait un désastre pour la cause de la civilisation. Tout le pays sait que les Français sont au courant et si un châtiment exemplaire ne s’ensuivait pas, si des mesures sévères n’étaient pas prises, l’audace de ces criminels en serait accrue et la vie des Européens menacée.

   La population nous serait reconnaissante si nous la débarrassions de la tyrannie de ces sectes. Si l’on savait le Ministre au courant, on donnerait à cette affaire toute l’importance qu’elle mérite et la civilisation ferait un grand pas en avant.

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts