Archives par étiquette : Larousse

30 – L’anthropophagie selon Larousse (2/2)

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique littéraire, artistique, scientifique, 17 volumes, Paris, Larousse, 1866.

[Suite. Voir les billets 28 Semé à tout vent et 29 L’anthropophagie selon Larousse (1/2)]

III. Origine et caractères divers de la coutume anthropophagique.

   L’anthropophagie, chez les divers peuples où elle a été observée, se présente avec des caractères variés et quelquefois fort différents. Il est probable que partout son origine a été toute physiologique. L’homme est un être omnivore ; pour se nourrir, il lui faut des aliments tirés et du règne végétal et du règne animal ; il lui faut de la chair. Or, sous un climat rigoureux qui ne laisse croître spontanément qu’un petit nombre de plantes alimentaires, et où la chasse n’offre que des ressources tout à fait insuffisantes, on comprend que le besoin de manger de la viande, exalté jusqu’à la frénésie, ait fini par vaincre la répugnance instinctive de l’homme pour la chair de l’homme. Du reste, quand, remontant le cours des âges, on suit la décroissance successive de l’idée de fraternité humaine, et qu’on arrive, en traversant le vasselage le servage, l’esclavage, à cet état de nature où de misérables tribus, en guerre continuelle les unes contre les autres, se disputent la place à ce qui est alors le banquet de la vie, on s’explique facilement que, dans cet état, l’homme n’ait vu que bien peu de différence entre son ennemi de la tribu voisine et la bête qu’il poursuivait. « Il est évident, dit spirituellement M. Toussenel, que l’anthropophagie est née d’une excessive fringale combinée avec l’habitude du régime de la viande. Il arriva que deux hordes de chasseurs se rencontrèrent à la poursuite du même animal, un jour que la proie était rare, et que la faim mugissait dans leurs entrailles, et il y eut guerre entre elles. On se battit, on se tua, et les cadavres des vaincus remplacèrent naturellement au foyer les cadavres du gibier absent. Puis la fureur de la vengeance sanguinaire s’en mêla, l’ivresse de la victoire aussi ; le fait consacré par la tradition s’incrusta dans les mœurs, et l’on sait ce qu’il en coûte pour déraciner les mauvaises habitudes. »

   Ici se place une observation ingénieuse de l’écrivain que nous venons de citer. L’état pastoral est incompatible avec l’anthropophagie, parce que le lait et la chair des troupeaux préservent les peuples pasteurs des tentations criminelles de la faim. Or pas de chien, pas de troupeau, pas d’état pastoral, donc l’anthropophagie est incompatible avec la possession du chien. Vous ne rencontrez pas l’anthropophagie chez le Chaldéen, l’Égyptien, l’Arabe, Le Mongol, le Tatare, c’est-à-dire chez tous le peuples à qui le chien a fait le don du troupeau, et qui ont cessé d’être réduits de demander toute leur subsistance à la chasse. Vous la voyez, au contraire, déployer ses fureurs sanguinaires chez tous les peuples privés du chien, chez les indigènes de l’Amérique, dans les îles de Bornéo, de Célèbes, de Timor, etc. « La preuve, dit M. Toussenel, que c’est l’absence du chien qui a livré les populations de l’Amérique au démon de l’anthropophagie, c’ets que l’horrible coutume n’a jamais envahi la hutte de l’Esquimau, qui habite cependant la contrée la plus septentrionale, le climat le plus rigoureux du nouveau continent.  Je ne vois qu’une raison pour expliquer l’anomalie monstrueuse que présente la comparaison des mœurs de l’Esquimau avec celle du Caraïbe : L’Esquimau a joui de l’existence du chien de temps immémorial, le Caraïbe n’a pas eu le bonheur de le connaître. »

   Née de la faim, l’anthropophagie a dû, chez plusieurs peuples, tout son développement à l‘esprit de vengeance et au goût contracté pour la chair humaine. Certaines tribus ne mangent que les ennemis faits prisonniers ; les vaincus que le sort livre aux plus heureux sont rôtis vivants et déchirés par la dent du vainqueur. Ailleurs, les voyageurs ont remarqué que la gourmandise jouait le principal rôle ; la chair humaine est préférée à celle des animaux, la chair du blanc à celle du nègre, celle des enfants à celle des adultes, et certaines parties du corps, telles que la plante des pieds et la paume des mains, à toutes les autres. « On assure, dit M. Bory de Saint-Vincent, que chez la race africaine des Jagas, des quartiers d’hommes et de femmes, des membres proprement dépecés, se voient fréquemment exposés en vente, comme de la viande de boucherie, sur les places qui servent de marchés dans leurs campements. » Le même goût pour la chair humaine a été observé dans les îles Viti ; naguère encore, les habitants de ces îles, qui savent cependant demander à la terre d’autres aliments, étaient dans l’usage de cuire ouvertement la chair de leurs semblables dans des fours communs, et de la distribuer en public ; ces fours étaient dressés sur la place avec un assortiment de vases de diverses grandeurs, lesquels ne devaient plus servir qu’à cuire des porcs. Ajoutons que, tandis que toute autre nourriture se prenait avec les doigts, la chair humaine ne se mangeait qu’avec des fourchettes de boit, conservées dans les familles de génération en génération. Il faut noter que l’hygiène ne paraît pas, comme la gourmandise, trouver son compte à l’anthropophagie. La chair humaine est, dit-on, indigeste ; elle produit des maladies de peau.

   Une fois entrée dans les habitudes, l’anthropophagie devait naturellement et promptement devenir une des manifestations du droit de la force, une forme monstrueuse du despotisme et du privilège. Chez les peuples anthropophages, c’est toujours parmi les pauvres et les faibles que les victimes sont choisies. Les missionnaires ont pu remarquer aux îles Viti, que ce sont, en général, les chefs, les riches, les forts, ceux qui appartiennent à ce qu’on peut appeler les classes élevées, qui renoncent le plus difficilement aux repas de chair humaine. Attachés au vieil usage, ils forment le parti de la résistance à l’adoucissement des mœurs. Autre considération : la fureur de la guerre a produit l’anthropophagie ; voilà qu’à son tour l’effet devient cause, et la cause effet ; l’anthropophagie donne à la guerre un but, et en lui donnant un but, l’éternise, en fait une chasse à l’homme, la constante préoccupation de la tribu (homo homini lupus), le mode unique de l’activité sociale. On mangeait des prisonniers afin de satisfaire les passions féroces qu’avait allumées la guerre ; on fait la guerre afin d’avoir des prisonniers à manger. On peut, sous ce rapport, rapprocher l’anthropophagie de l’esclavage, qu’elle précède dans la série des crimes sociaux.

Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Larousse, 1866-1878.

   Dans certains pays, nous voyons l’anthropophagie s’étendre et se consolider par la superstition, prendre une forme religieuse ; elle n’est plus seulement un fait physiologique ; elle n’est plus une passion, elle devient une idée. Les habitants de la Nouvelle-Zélande pensent, en mangeant l’œil et le cœur de l’ennemi, s’assimiler sa vie, s’approprier ses qualités, sa force son courage, lui voler jusqu’à la protection des ses dieux, et par là rayer tout à la fois son nom du livre de vie et s’y inscrire en double. Chez les Capanaguas (Amérique du Sud), l’anthropophagie remplace, pour ainsi dire, l’enterrement : c’est un mode de sépulture ; chaque famille fait rôtir ses morts et les mange. Les Rhinderwas (Inde), pour se rendre agréables à la déesse Kali, tuent et mangent ceux de leurs parents qui sont attaqués d’une maladie grave et incurable, ou que la vieillesse a rendus infirmes. Membres de la famille et amis sont, dans ces occasions, invités à partager le festin.

   Chez les Battas de Sumatra, l’anthropophagie fait partie du système judiciaire : c’est une sanction. Le code de ce peuple condamne à être mangé vivant 1°) ceux qui se rendent coupables d’adultère ; 2° ceux qui commettent un vol au milieu de la nuit ; 3°) les prisonniers faits lors des guerres importantes ; 4°) ceux qui étant de la même tribu se marient ensemble ; 5°) ceux qui attaquent traitreusement un village, une maison ou une personne. Quiconque a commis un des ces crimes est condamné par un tribunal compétent. Après les débats, la sentence est prononcée, et on laisse passer deux ou trois jours pour donner au peuple le temps de s’assembler. Au jour fixé, le condamné est amené, attaché à un poteau les bras étendus ; la partie offensée (le mari, quand il s’agit d’adultère) s’avance et choisit le premier morceau, ordinairement les oreilles ; les autres viennent ensuite dans l’ordre que leur assigne la hiérarchie sociale, et coupent eux-mêmes les morceaux qu’ils préfèrent. Quand chacun s’est servi, le chef de l’assemblée s’approche de la victime, lui coupe la tête et l’emporte chez lui comme un trophée. C’est sur le lieu même du supplice que la chair du condamné doit être mangée ;  le supplice est public pour les hommes, mais les femmes ne doivent pas y assister, la chair humaine leur étant interdite. Ces monstrueuses exécutions se font d’ailleurs, paraît-il, avec le calme de la justice et non avec la fureur de la vengeance.

   II nous reste à parler du rapport que présente l’anthropophagie avec les sacrifices humains. Ces deux pratiques se montrent liées l’une à l’autre, « et si bien, dit M. Ch. Renouvier, que cet antique rapport a laissé des traces jusque dans des cultes de formation très avancée, et qu’au premier abord on croirait exempts de toute barbarie. » Dans tout sacrifice, il y a la manducation de la victime qui, consacré par l’acte du sacrifice et partagée, pour ainsi dire, avec le dieu, devient un aliment précieux auquel l’imagination accorde toutes sortes de propriétés bienfaisantes. La manducation de la victime dans les sacrifices humains n’a-t-elle point été souvent le point de départ des habitudes anthropophagiques ? En d’autres termes, n’est-ce pas en imaginant, en adorant des dieux anthropophages que telle ou telle peuplade l’est devenue ? Une preuve, dit-on, que chez plus d’un peuple cette origine peut être assignée au cannibalisme, se trouve dans les cérémonies religieuses des Taïtiens. À Taïti, on ne trouva point l’usage de l’anthropophagie, mais les sacrifices humains y existaient et l’on put remarquer dans ces sacrifices l’oblation simulée de l’œil de la victime humaine au grand prêtre, qui ouvrait la bouche comme pour la manger. La manducation réelle avait évidemment dû précéder cette manducation fictive. « Le simulacre de l’anthropophagie, dit M. de Quatrefages, s’était conserve là où l’anthropophagie avait pris naissance. » Nous croyons qu’on peut voir dans les sacrifices tout aussi bien l’effet que la cause de l’anthropophagie. L’homme se fait toujours des dieux à son image ; ses conceptions religieuses ne sont autre chose que ses habitudes et ses passions idéalisées ; l’homme anthropophage a dû naturellement se faire des dieux anthropophages. Nous ajouterons que si la religion n’a pas produit l’anthropophagie, elle a dû en prolonger la durée, en lui donnant une sorte de consécration, en lui communiquant la stabilité, la longévité propre aux institutions religieuses. On comprend que les sacrifices humains aient survécu à l’anthropophagie, et que celle-ci se soit conservée dans le culte, d’abord réelle, puis à l’état de fiction, longtemps après avoir disparu du régime habituel.
   Terminons ce chapitre un peu grave par l’anecdote suivante : Un général, qui revenait de la Nouvelle-Calédonie, avoua que, dans un moment d’extrême nécessité, il avait mangé de la chair humaine, et même qu’il n’avait pas trouvé cela mauvais. « Quelle horreur ! s’écria quelqu’un, de la chair humaine ! – Sans doute, de la chair humaine, reprit le général. En avez-vous mangé, vous ? – Moi ? Jamais ! – Eh bien ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas. »

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

29 – L’anthropophagie selon Larousse (1/2)

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique littéraire, artistique, scientifique, 17 volumes, Paris, Larousse, 1866.

ANTHROPOPHAGIE
s. f. (an-tro-po-fa-jî — rad. anthropophage).

Habitude de se nourrir de chair humaine. Sans aller chercher en Chine des exemples d’ANTHROPOPHAGIE, nous en avons un dans notre patrie ; il est est attesté par notre vainqueur, par notre maître, Jules César. (Volt.) L’ANTHROPOPHAGIE se rencontre au berceau de presque tous les peuples. (Barbaste.) La famine a conduit plus d’une fois à l’ANTHROPOPHAGIE (Barbaste.) L’ANTHROPOPHAGIE a existé et existe encore comme moyen de subsistance. (Mich. Chev.) L’anthropophagie n’est pas une invention des temps fabuleux. (Mich. Chev.) L’anthropophagie et la fraternité sont les deux extrêmes de l’évolution économique. (Proudh.) Abstiens-toi de l’oisiveté comme du vol et de l’anthropophagie, car tout homme qui consomme sans produire exploite et mange son prochain. (Ch. Fauvety.)

— Encycl.

I. Faits accidentels d’anthropophagie. Quand on parle de l’anthropophagie, il convient de distinguer tout d’abord le fait particulier, accidentel, et le fait social, la coutume. Pendant certains sièges, tels que ceux de Jérusalem, de Paris, etc., on a vu des parents affamés dévorer leurs enfants. On sait l’histoire d’Ugolin, celle des malheureux naufragés de la Méduse, etc. De semblables faits doivent inspirer autant de pitié que d’horreur. « J’excuse tous les coupables qui ont faim, dit M. Toussenel, parce que la première loi pour tous les êtres est de vivre. » D’autres actes particuliers d’anthropophagie, commis au sein d’une société civilisée mais corrompue, dans un temps de décadence morale, s’expliquent ou par une férocité monstrueuse, ou par un raffinement horrible dans le luxe de la gourmandise. Galien rapporte qu’au temps de l’empereur Commode, des Romains allèrent jusqu’à goûter de la chair humaine. Védius Pollion, qui engraissait les murènes de ses viviers de la chair de ses esclaves, n’aurait sans doute pas eu de scrupule à s’en nourrir lui-même. Rappelons enfin, avec Virey, ces dépravations criminelles ou plutôt maladives du goût, qui portent des personnes nerveuses, la plupart aliénées, à des actes forcenés d’anthropophagie. La médecine légale et les annales judiciaires ont recueilli de sanglantes pages sur des faits de ce genre.

II. Coutume anthropophagique. La manducation de l’homme par l’homme, élevée à l’état de coutume, et même, on peut le dire d’institution, a régné et règne encore chez un grand nombre de peuples sauvages. Les relations unanimes des voyageurs et des missionnaires qui ont connu les races indigènes des deux Amériques, constatent que cette coutume était en pleine vigueur dans tout le nouveau monde. Rien de plus connu que le cannibalisme des Hurons, des Iroquois, des Caraïbes. En nous apprenant que les Acadiens n’étaient pas anthropophages, Charlevoix cite ce peuple au milieu des Peaux-Rouges comme une exception. Les navigateurs modernes ont trouvé l’anthropophagie dans la Nouvelle-Zélande et dans toute la Polynésie. On l’a observée dans les îles de la Malaisie, dans l’intérieur de l’Afrique, et même dans l’Inde.

Ici des questions intéressantes se posent à l’esprit. L’anthropophagie appartient-elle à la fatalité, c’est-à-dire à la nature humaine, ou au libre arbitre, c’est-à-dire qu’a l’homme d’agir sur sa propre nature, soit l’élever, soit pour la dégrader ? Si c’est un fait d’ordre fatal, devons-nous accuser la fatalité ethnique, c’est-à-dire les instincts particuliers à certaines races inferieures, ou la fatalité générale du développement humain ? L’état des peuples ou règne l’anthropophagie peut-il s’expliquer par une sorte d’arrêt de développement ? Nous présente-t-il comme un échantillon conservé sous nos yeux, de l’humanité primitive ? Est-ce là le point d’où nous sommes partis ? Quelques philosophes, sans en être humiliés, acceptent ce démenti à la noblesse de notre origine. L’âge d’or, disent-ils, est devant nous, non derrière nous ; non dans ses ancêtres, dans son avenir, non dans son passé ; l’humanité a commencé par l’anthropophagie, elle doit finir par la justice et la fraternité. « Si nous nous « portons vers les monuments de l’antiquité, dit l’Encyclopédie nouvelle, nous trouvons l’existence et les traces de l’anthropophagie chez presque tous les peuples qui renversèrent l’empire romain. Pline la constate chez les peuplades des Scythes et Sarmates ; Strabon chez les Massagètes. Les Scandinaves buvaient l’hydromel dans le crâne de leurs ennemis. Saint Jérôme nous dit qu’il a vu une horde bretonne tonne, qui s’était jetée sur la Gaule, manger les cuisses des bergers et les mamelles des femme, quand ces prisonniers leur tombaient dans las mains… Si l’anthropophagie ne se trouve pas dans l’histoire des Juifs et des Grecs, elle a retenti dans leur tradition. Le livre d’Enoch, cité par Saint Jude, dit que les géants issus du commerce des anges et des filles des hommes furent les premiers anthropophages. On connaît  les Lestringons et les Cyclopes de l’Odyssée ; on se rappelle l’histoire de Lycaon, rapportée par Ovide ; celle de Tantale, qui servit aux dieux les membres de son fils Pélops. Les vers attribués à Orphée disent qu’avant lui les hommes se dévoraient les uns les autres… Ainsi l’anthropophagie n’est pas particulière à telle ou telle race, elle a régné chez toutes les races d’hommes noirs ou blanches, basanées ou cuivrées. Elle a été un temps, une époque, dans le mouvement de la perfectibilité humaine. Et, d’après ce que nous pouvons remarquer chez les peuples historiques, il semblerait que cette époque est celle qui précéda à peu près immédiatement l’invention de l’écriture.

D’autres penseurs refusent d’admettre que l’anthropophagie telle qu’on l’observe dans certains pays, c’est-à-dire érigée en système, consacrée par la religion, soit quelque chose d’inhérent à la nature humaine abandonnée à ses premiers instincts. Ils y voient non la spontanéité de l’homme primitif, mais un état de déchéance morale, l’effet d’une direction perverse de la volonté par suite des premiers crimes et de leur action perturbatrice sur la conscience. « Entre les insulaires anthropophages et les animaux féroces, dit M. Ch. Renouvier, il y a cette différence, que ceux-ci obéissent à leur nature et ne se la sont pas donnée, tandis que les anthropophages se sont fait la leur. Si nous voulons contester qu’ils se la soient faite, il faudra nier la morale ou professer que l’homme est venu sur la terre non dans cet état neutre encore indéterminé, qu’on appelle l’innocence, mais avec une conscience préalablement corrompue, et des doctrines à la fois naturelles et perverses. » En d’autres termes, dans l’échelle de la moralité sociale, l’anthropophagie systématisée se place évidemment au-dessous de zéro ; or, il répugne de croire qu’il faille abaisser à ce degré négatif le point de départ de nos progrès moraux. Il est vrai que ceux qui nous montrent l’anthropophagie à l’origine de notre race ont soin de distinguer les formes successives qu’elle a prises, les influences diverses qui ont présidé au développement de cette affreuse coutume. Pour qui se place à ce point de vue, l’anthropophagie primitive ne serait qu’un effet de la disette primitive ; elle aurait constitué ensuite une habitude à laquelle les hommes, au premier éveil de la conscience, auraient appliqué leurs facultés réflexives et morales, les uns pour la repousser, les autres pour lui donner une sorte d’organisation.

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

28 – Semé à tout vent

Grand dictionnaire universel Larousse du XIXe siècle (c) Wikinade, CC BY-SA 3.0

     Feuilleter un dictionnaire encyclopédique est indispensable pour qui s’intéresse à l’histoire culturelle  moderne et contemporaine. Outil de vulgarisation, un ouvrage de ce type propose un état général des connaissances et embrasse, en un tour d’horizon ambitieux, le monde connu et l’univers scientifique d’une époque. En France, le « grand Larousse » publié entre 1866 et 1878 (dictionnaire encyclopédique en 15 volumes et 2 suppléments) constitue un point d’entrée passionnant dans les représentations — savantes et popularisées — du cannibalisme. Avec son Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Pierre Larousse, lexicographe et pédagogue hors pair, a souhaité mettre à la disposition du public une somme de savoirs sur tous les sujets possibles et imaginables, compilant les travaux, recourant aux auteurs les plus contemporains, aux études les plus récentes. C’est le tout premier tome, paru en 1866, qui nous offre, par la grâce de l’ordre alphabétique, les entrées ANTHROPOPHAGE et ANTHROPOPHAGIE. 

     Si ANTHROPOPHAGE réserve finalement peu de surprises — sauf peut-être à constater le recours fréquent à ce vocable que font divers philosophes du politique –, la longue entrée ANTHROPOPHAGIE recèle des richesses qui feront l’objet des deux prochaines livraisons de ce carnet numérique (billet n°29 et billet n°30). Mais contentons-nous pour l’instant de la première définition laroussienne :

ANTHROPOPHAGE adj. (an-tro-po-fa-ge — du gr. anthrôpos, homme ; phagô, je mange). Qui mange de la chair humaine : Peuple ANTHROPOPHAGE. Nation ANTHROPOPHAGE. Il n’existe plus que quelques peuplades ANTHROPOPHAGES dans le monde connuQuelques races caraïbes et quelques insulaires de la Polynésie sont encore ANTHROPOPHAGES. Tous les peuples de l’Amérique septentrionale étaient ANTHROPOPHAGES. (Volt.). Son maître lui donna les cavales ANTHROPOPHAGES à garder. (Val. Parisot)

— S’empl. substantiv. : Les anthropophages. Le boa est un terrible ANTHROPOPHAGE. Les géants nés du commerce des anges et des filles des hommes furent les premiers ANTHROPOPHAGES. On dit qu’il y a eu des ANTHROPOPHAGES ; je ne sais, mais cela n’a pas dû être long : ils ont dû mourir empoisonnés. (Lamenn.). Les ANTHROPOPHAGES de Sumatra et des îles, de la Sonde mangent les condamnés à mort. (Marlès.) Les Cyclopes eux-mêmes, ces grossiers et féroces ANTHROPOPHAGES, se confiaient en la providence des dieux. (Portalis.).— Par exag. : Les ANTHROPOPHAGES du peuple sont ceux qui vivent à ses dépens. (B. Const.) Jamais homme n’a été victime d’autant d’exécration que je le suis devenu pour cela seulement que je fais la guerre aux ANTHROPOPHAGES. (Proudh.).— Syn. Anthropophage, cannibale. Dans l’origine, ces deux mots avaient à peu près la même signification. Les habitants des îles Caraïbes, qui étaient anthropophages, furent nommés cannibales. Mais aujourd’hui, anthropophage signifie simplement : qui se nourrit de chair humaine, qui en a contracté en quelque sorte l’habitude. Cannibale ajoute à cette idée celle de cruauté, d’inhumanité, de férocité. Les cannibales peuvent ne pas être anthropophages entre eux, et ne l’être qu’envers des ennemis vaincus.

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts