Archives par étiquette : histoire de l’anthropologie

20 – Consuming doubts

   Les sources historiques sont par essence opaques. De fait, le chercheur n’a accès au passé qu’à travers des documents construits dans un temps donné, avec des préjugés et une vision du monde révolus, et pour des finalités qui sont tout autres que celles de la connaissance historique : lorsqu’ils évoquent le cannibalisme dans leurs écrits, le greffier du tribunal, le voyageur-écrivain ou le savant anthropologue se moquent comme d’une guigne du futur historien qui viendra les lire quelques décennies plus tard. En matière d’anthropophagie comme dans bien d’autres domaines, il est parfois malaisé de prendre du recul face à des phénomènes anciens, mal documentés et, last but not least, produits par des Européens dans un contexte de domination. Tout concourt à biaiser la perception que l’on peut avoir des faits eux-mêmes, de leur réalité, de leur occurrence, de leur nombre, et de leur signification éventuelle.

   Dans un article de 1998 intitulé Consuming Doubts – traduction possible : Des doutes dévorants, Dévoré par le doute… – et consacré au cannibalisme supposé des Aborigènes australiens, l’anthropologue Michael Pickering (alors conservateur au musée des cultures indigènes de Victoria) évoque précisément la fragilité de cette base documentaire coloniale :

   « L’une des caractéristiques de toutes les études portant sur le cannibalisme (y compris celle-ci), c’est qu’elles reposent sur les sources décrivant l’anthropophagie plutôt que sur celles qui n’en font pas mention, voire qui en contestent l’existence. C’est particulièrement visible lorsque la documentation est produite en réponse à des questionnaires d’enquête – un moyen habituel pour collecter des données à la fin du XIXe siècle et au début du XXe […]. De tels questionnaires étaient envoyés aux éleveurs, aux forces de l’ordre, aux missionnaires, etc. Un exemple typique est le questionnaire de Curr (1886), qui demandait explicitement :

35 – Est-ce que vos noirs sont cannibales ? Indiquez s’il vous plaît les éléments sur lesquels s’appuient votre opinion ou vos croyances sur ce sujet.

36 – S’il y a des cannibales, dans quelle proportion ? Et quelles sont leurs pratiques en matière de cannibalisme ?

37 – Prière de relater tout fait que vous connaîtriez sur le sujet. » 

[Ma traduction]

   Or, poursuit Michael Pickering, pour la plupart, les réponses à ces questionnaires coloniaux sur le cannibalisme présumé des aborigènes australiens étaient soit négatives, soit inexistantes (les personnes pressenties ne prenaient pas la peine de répondre). Pour autant, les autorités australiennes restèrent persuadées de l’existence d’une anthropophagie endémique chez les Aborigènes, conviction partagée par les anthropologues eux-mêmes – et pour certains d’entre eux jusqu’aux années 1970-80. Et ne parlons même pas de la presse et de la littérature populaire australiennes, qui associèrent durablement Aborigènes et cannibalisme…

   Sans aller nécessairement jusqu’au scepticisme intégral de Pickering, l’appel à une critique serrée de la documentation ne peut que sonner agréablement aux oreilles des historiens. 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

19 – La mentalité cannibale

  © Flammarion

   Dans la continuité du billet précédent (consacré à la nécessité de saisir l’état des connaissances anthropo-ethnographiques de l’époque coloniale), je m’attarderai un instant sur l’exemple d’un savant dont la curiosité pour le cannibalisme en Afrique occidentale est attestée par les archives coloniales. Il s’agit de Lévy-Bruhl. L’auteur de La mentalité primitive (1922), de L’âme primitive (1927) et de quelques ouvrages importants d’anthropologie de l’entre-deux-guerres – ouvrages contestés dont, soit dit en passant, il récusa une grande partie des analyses dès les années 1930 – est repérable dans les sources que j’ai consultées à Aix en février.

   Lorsque le gouvernement de Front Populaire constitue en 1937 une commission parlementaire chargée d’enquêter sur « les aspirations des indigènes » de l’Empire français, il en confie la direction à Henri Guernut. (Voir le dossier en ligne qui est consacré à la commission Guernut sur le site des Archives Nationales d’Outre-mer, dans la rubrique « Les dossiers du mois :

 http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anom/fr/Action-culturelle/Dossiers-du-mois.html#)

   Au sein de cette commission siège Lucien Lévy-Bruhl, « membre de l’Institut ». Dans un courrier en date du 25 octobre 1937, adressé par Henri Guernut lui-même au gouverneur général de l’AOF, il apparaît que « M. Lévy-Bruhl demande à consulter un certain nombre de procès dans lesquels ont été inculpés des ressortissants de votre gouvernement général pour faits de sorcellerie, d’anthropophagie rituelle ou pour des actes répréhensibles commis dans le cadre des sociétés dites secrètes ». Le gouverneur général de l’époque, Marcel de Coppet, griffonne en marge : « Il faudrait demander cela à chacune des colonies et avertir M. Guernut que les recherches seront longues ».

   Je n’ai hélas pas retrouvé (pour l’instant ?) les documents qui furent envoyés avec diligence au professeur Lévy-Bruhl, mais seulement les bordereaux des pièces expédiées en France.

   De Guinée arrivent les documents suivants :

– jugement  du 2 mars 1924 rendu par le tribunal de cercle de Boké contre Momo Soumbouyah et consorts ;

– rapport établi par le commandant de cercle sur cette affaire ;

– jugement du 26 octobre 1927 rendu par le tribunal du 2e degré de Conakry contre Bokari Camara et consorts ;

– rapport établi par le commandant de cercle sur cette affaire ;

­– PV de constations médicales effectuées par le docteur Suzor ;

­– rapport du membre fonctionnaire du tribunal colonial d’homologation de Ckry sur le complément d’enquête ordonné dans ladite affaire.

  Le 31 janvier 1938, tout un lot de dossiers est expédié à Paris par « M. le Procureur général, Chef du Service judiciaire » : il s’agit des dossiers complets de 25 affaires criminelles.

    Par missive du 28 février 1938, les services centraux de l’AOF envoient trois études à Guernut, qui les communique très certainement à l’éminent anthropologue :

– « une synthèse par l’administrateur Merlo de l’activité fétichiste au Bas-Togo et au Dahomey », « dans laquelle sont particulièrement étudiés les moyens légaux de réprimer les crimes rituels. » ;

– une « étude sur les poisons indigènes du Bas-Cavally (Côte d’Ivoire) », en date du 1er décembre 1927, « en conclusion de laquelle l’auteur, dont la signature est illisible, exprime son opinion personnelle à l’égard des pratiques d’empoisonnement réputées si répandues dans une région qu’il semble bien connaître. » ;

– « une étude plus théorique que les précédentes de M. L’Administrateur Blanc sur les crimes rituels, l’anthropophagie et les associations secrètes en Afrique occidentale française. Cet essai, rédigé uniquement sur pièces, définit objectivement la question, telle qu’elle a pu être dégagée de l’ensemble des documents centralisés, à l’époque, au Gouvernement général. » ;

– le « dossier de l’affaire Fodé Camara et autres, assassinat et anthropophagie, terminée, sur jugement du tribunal criminel de Boffa (Guinée), du 21 février 1933, par arrêt de la Chambre d’annulation de Dakar, en date du 15 février 1934. » ;

– la documentation sur « 7 jugements rendus dans les affaires Niokoto Isse, Kohouy Ala et consorts, Kourai Pierre dit Jaboro, Table Ouandie et consorts, Bedio Polianhine (peu lisible), Gnamo Pari et consorts, Petioni Koné [noms très peu lisibles] » ainsi que divers jugements datant des années 1900-1910, envoyés par le Parquet général de l’AOF.

   Le 29 mars 1938, un courrier d’Henri Guernut est répertorié dans les archives aofiennes : il renvoie 25 dossiers d’affaires criminelles. Le bordereau précise les dates et le nombre de ces affaires jugées : 1913 (1), 1922 (1), 1924 (9), 1925 (1), 1926 (1), 192, 1928 (6), 1931 (2) et 1935 (1).

   Où se trouve aujourd’hui toute cette documentation ? Dispersée entre les différents centres d’archives nationaux des pays de l’ex-Afrique occidentale française ? Accessible quelque part aux ANOM à Aix, mais sous quelles cotes, et dans quelles séries ?

   Et qu’en fait exactement Lévy-Bruhl ? C’est difficile à dire. La commission Guernut s’autodissout en effet à l’été 1938, faute de moyens et de volonté politique (il serait trop long d’expliquer ici les tenants et les aboutissants de cet épisode). Le résultat est que la commission d’enquête parlementaire ne publie aucun rapport final et qu’à ma connaissance (épluchage de l’inventaire complet du fonds Guernut et dépouillement de plusieurs cartons), Lévy-Bruhl semble n’avoir produit aucun texte de synthèse sur ses trouvailles éventuelles. On peut même se demander si la nature des envois qu’il réclame au gouvernement général correspond véritablement aux finalités de l’enquête de la commission qui – rappelons-le – est chargée d’identifier les dysfonctionnements du système colonial et de répertorier les « aspirations » des populations indigènes. Je soupçonne même Lévy-Bruhl d’utiliser sa position pour accéder à une documentation de premier choix sur les sujets qui le passionnent depuis une bonne vingtaine d’années. On trouve trace dans la Nouvelle Revue française de 1939 d’un article (« Un procès en sorcellerie en 1929 ») qui s’inspire sans doute de la documentation aofienne.

   Il me reste donc à lire les productions lévybruhliennes elles-mêmes, quelques travaux sur son œuvre ainsi que les deux biographies récentes qui lui ont été consacrées. Quand je disais qu’il suffisait de tirer un fil de l’écheveau…

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

18 – Un écheveau à démêler

   © Longo Maï

   Pour le juge colonial qui doit examiner une affaire de cannibalisme, pour l’anthropologue enquêtant sur les sociétés secrètes dans l’entre-deux-guerres ou pour le missionnaire désireux d’éradiquer les superstitions, le doute n’a guère de place : l’anthropophagie est une donnée, un fait établi. D’ailleurs, tout le monde l’évoque – les chansonniers, les romanciers, les dramaturges, les caricaturistes (ah ! la fameuse marmite…). L’anthropophagie est l’épice indispensable à la littérature et à la presse populaires de la fin du XIXe siècle et du début du XXe dès qu’il s’agit d’évoquer l’Afrique et les Africains.

   Mais que sait-on alors de tangible sur le phénomène ? Sur quoi peut-on appuyer ses connaissances quand on préside un tribunal de 2e niveau tranchant sur des « meurtres rituels » et des « faits d’anthropophagie » ? Quelle est la documentation disponible ? Qu’enseigne-t-on par exemple à ce sujet à l’École coloniale ?

   Par ailleurs, quand et comment s’est établi un consensus scientifique sur ces questions ? Qu’en disent des revues sérieuses comme L’Anthropologie ou le Journal des Africanistes ? Comment le « savoir savant » se diffuse-t-il, et comment influence-t-il le « savoir pratique », celui des acteurs de terrain (administrateurs, magistrats, membres des congrégations religieuses, etc.) ? Et d’ailleurs, se diffuse-t-il réellement, ou entre-t-il en contradiction avec un « sens commun » tenant pour omniprésente l’anthropophagie en Afrique ?

   Le questionnaire s’allonge et s’allongera encore. C’est une banalité de le souligner : lorsqu’un chercheur avance, il tire doucement sur un fil, puis sur deux, puis sur trois – et l’écheveau s’avère toujours plus compliqué à dénouer qu’il n’y paraissait au départ.

   La question des représentations guidant l’action coloniale constituera donc un axe important de cette recherche. Elle conduit inévitablement à s’intéresser à la production et à la diffusion des connaissances (notamment anthropologiques) sur le cannibalisme. Ne souhaitant pas – et au fond, le voudrais-je que cela ne serait pas possible – travailler sur la « réalité » anthropophage, qui échappe définitivement, je dois essayer d’entrer dans la logique d’un système de pensée dont les codes se sont en partie effacés. Il faudra appréhender au mieux l’état des savoirs de ce temps si proche – un siècle, un siècle et demi, c’est-à-dire hier pour la majorité des historiens – et pourtant déjà si lointain. C’est l’une des clés indispensables pour écrire l’histoire de la répression de l’anthropophagie en situation coloniale.

    Fin des travaux de démêlage dans un an ou deux ?

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts