Archives par étiquette : de Coppet

19 – La mentalité cannibale

  © Flammarion

   Dans la continuité du billet précédent (consacré à la nécessité de saisir l’état des connaissances anthropo-ethnographiques de l’époque coloniale), je m’attarderai un instant sur l’exemple d’un savant dont la curiosité pour le cannibalisme en Afrique occidentale est attestée par les archives coloniales. Il s’agit de Lévy-Bruhl. L’auteur de La mentalité primitive (1922), de L’âme primitive (1927) et de quelques ouvrages importants d’anthropologie de l’entre-deux-guerres – ouvrages contestés dont, soit dit en passant, il récusa une grande partie des analyses dès les années 1930 – est repérable dans les sources que j’ai consultées à Aix en février.

   Lorsque le gouvernement de Front Populaire constitue en 1937 une commission parlementaire chargée d’enquêter sur « les aspirations des indigènes » de l’Empire français, il en confie la direction à Henri Guernut. (Voir le dossier en ligne qui est consacré à la commission Guernut sur le site des Archives Nationales d’Outre-mer, dans la rubrique « Les dossiers du mois :

 http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anom/fr/Action-culturelle/Dossiers-du-mois.html#)

   Au sein de cette commission siège Lucien Lévy-Bruhl, « membre de l’Institut ». Dans un courrier en date du 25 octobre 1937, adressé par Henri Guernut lui-même au gouverneur général de l’AOF, il apparaît que « M. Lévy-Bruhl demande à consulter un certain nombre de procès dans lesquels ont été inculpés des ressortissants de votre gouvernement général pour faits de sorcellerie, d’anthropophagie rituelle ou pour des actes répréhensibles commis dans le cadre des sociétés dites secrètes ». Le gouverneur général de l’époque, Marcel de Coppet, griffonne en marge : « Il faudrait demander cela à chacune des colonies et avertir M. Guernut que les recherches seront longues ».

   Je n’ai hélas pas retrouvé (pour l’instant ?) les documents qui furent envoyés avec diligence au professeur Lévy-Bruhl, mais seulement les bordereaux des pièces expédiées en France.

   De Guinée arrivent les documents suivants :

– jugement  du 2 mars 1924 rendu par le tribunal de cercle de Boké contre Momo Soumbouyah et consorts ;

– rapport établi par le commandant de cercle sur cette affaire ;

– jugement du 26 octobre 1927 rendu par le tribunal du 2e degré de Conakry contre Bokari Camara et consorts ;

– rapport établi par le commandant de cercle sur cette affaire ;

­– PV de constations médicales effectuées par le docteur Suzor ;

­– rapport du membre fonctionnaire du tribunal colonial d’homologation de Ckry sur le complément d’enquête ordonné dans ladite affaire.

  Le 31 janvier 1938, tout un lot de dossiers est expédié à Paris par « M. le Procureur général, Chef du Service judiciaire » : il s’agit des dossiers complets de 25 affaires criminelles.

    Par missive du 28 février 1938, les services centraux de l’AOF envoient trois études à Guernut, qui les communique très certainement à l’éminent anthropologue :

– « une synthèse par l’administrateur Merlo de l’activité fétichiste au Bas-Togo et au Dahomey », « dans laquelle sont particulièrement étudiés les moyens légaux de réprimer les crimes rituels. » ;

– une « étude sur les poisons indigènes du Bas-Cavally (Côte d’Ivoire) », en date du 1er décembre 1927, « en conclusion de laquelle l’auteur, dont la signature est illisible, exprime son opinion personnelle à l’égard des pratiques d’empoisonnement réputées si répandues dans une région qu’il semble bien connaître. » ;

– « une étude plus théorique que les précédentes de M. L’Administrateur Blanc sur les crimes rituels, l’anthropophagie et les associations secrètes en Afrique occidentale française. Cet essai, rédigé uniquement sur pièces, définit objectivement la question, telle qu’elle a pu être dégagée de l’ensemble des documents centralisés, à l’époque, au Gouvernement général. » ;

– le « dossier de l’affaire Fodé Camara et autres, assassinat et anthropophagie, terminée, sur jugement du tribunal criminel de Boffa (Guinée), du 21 février 1933, par arrêt de la Chambre d’annulation de Dakar, en date du 15 février 1934. » ;

– la documentation sur « 7 jugements rendus dans les affaires Niokoto Isse, Kohouy Ala et consorts, Kourai Pierre dit Jaboro, Table Ouandie et consorts, Bedio Polianhine (peu lisible), Gnamo Pari et consorts, Petioni Koné [noms très peu lisibles] » ainsi que divers jugements datant des années 1900-1910, envoyés par le Parquet général de l’AOF.

   Le 29 mars 1938, un courrier d’Henri Guernut est répertorié dans les archives aofiennes : il renvoie 25 dossiers d’affaires criminelles. Le bordereau précise les dates et le nombre de ces affaires jugées : 1913 (1), 1922 (1), 1924 (9), 1925 (1), 1926 (1), 192, 1928 (6), 1931 (2) et 1935 (1).

   Où se trouve aujourd’hui toute cette documentation ? Dispersée entre les différents centres d’archives nationaux des pays de l’ex-Afrique occidentale française ? Accessible quelque part aux ANOM à Aix, mais sous quelles cotes, et dans quelles séries ?

   Et qu’en fait exactement Lévy-Bruhl ? C’est difficile à dire. La commission Guernut s’autodissout en effet à l’été 1938, faute de moyens et de volonté politique (il serait trop long d’expliquer ici les tenants et les aboutissants de cet épisode). Le résultat est que la commission d’enquête parlementaire ne publie aucun rapport final et qu’à ma connaissance (épluchage de l’inventaire complet du fonds Guernut et dépouillement de plusieurs cartons), Lévy-Bruhl semble n’avoir produit aucun texte de synthèse sur ses trouvailles éventuelles. On peut même se demander si la nature des envois qu’il réclame au gouvernement général correspond véritablement aux finalités de l’enquête de la commission qui – rappelons-le – est chargée d’identifier les dysfonctionnements du système colonial et de répertorier les « aspirations » des populations indigènes. Je soupçonne même Lévy-Bruhl d’utiliser sa position pour accéder à une documentation de premier choix sur les sujets qui le passionnent depuis une bonne vingtaine d’années. On trouve trace dans la Nouvelle Revue française de 1939 d’un article (« Un procès en sorcellerie en 1929 ») qui s’inspire sans doute de la documentation aofienne.

   Il me reste donc à lire les productions lévybruhliennes elles-mêmes, quelques travaux sur son œuvre ainsi que les deux biographies récentes qui lui ont été consacrées. Quand je disais qu’il suffisait de tirer un fil de l’écheveau…

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts