Archives par étiquette : Côte d’Ivoire

50 – « Encapsulation »

 

© Delcampe

© Delcampe

   Une collègue m’a envoyé il y a quelques jours une photographie, dénichée au gré de ses pérégrinations sur les flots toujours renouvelés du Web. Voici l’image en question, avec sa légende sèche, factuelle, urticante :

Afrique occidentale – Côte d’Ivoire – Grand-Bassam –

Deux Antropophages [sic] sortant du Tribunal accompagnés de leur gardien.

[coll. L. Métayer, Grand-Bassam, date indéterminée (c. 1920 ?)]

   Deux jeunes hommes enchaînés, à peine sortis de l’adolescence à ce qu’il semble, vêtus de simples pagnes, les yeux tout droit vers l’objectif – calmes, tendus et sans révolte. À leurs côtés, en léger surplomb, un garde-chiourme du cercle, à moins que ce ne soit un gardien attaché spécialement au tribunal de première instance de la ville ivoirienne.

   Le tribunal en question est un méchant bâtiment construit par les Français en 1911. Mais avant de se lancer dans l’indispensable exposé du système juridictionnel aofien (ce qui sera fait à la faveur d’un prochain billet), laissons-nous sidérer une minute par le cliché. D’une façon saisissante, cette image emprisonne à elle seule toute cette recherche. Comme nulle autre jusqu’à présent, elle encapsulates – comme on dit si joliment en anglaisce qui a été entrepris dans ce travail.

   Ah, ce moment suspendu et jubilatoire : savoir que l’on a trouvé l’une des illustrations les plus pertinentes d’un livre encore dans les limbes !

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

21 – Une exécution capitale

   Le 16 novembre 1931, à 6 h 30, M. Paul Vazeilles, administrateur du cercle de Man, et M. Philippe Develay, adjoint principal de classe exceptionnelle des services civils, chef de la subdivision de Danané et régisseur de la prison de ce poste, accompagnés de l’interprète de 5e classe Mori Sidibé et du brigadier-chef de 1re classe Betchéké Kona, se sont fait présenter les détenus Kloué Toba, 55 ans environ, et Do, 48 ans environ, condamnés à la peine de mort pour cannibalisme.
   Leur recours en grâce ayant été rejeté, ils ont été conduits les yeux bandés, devant deux pelotons d’exécution composés chacun de douze gardes de cercle.
   Pendant qu’on attachait les condamnés aux poteaux d’exécution, lecture et traduction des attendus du jugement les condamnant à mort leur ont été faites à haute voix.
   L’exécution a suivi immédiatement après, à 6 h 40.
   Les coups de grâce ont été tirés par les soins (sic) du brigadier-chef Betchéké Kona ; l’infirmier Dogbo Baté, mandé sur place à cet effet avant l’exécution, a constaté la mort des condamnés.

Jean Perrigault, L’enfer des Noirs. Cannibalisme et fétichisme dans la brousse, Nouvelle Librairie française, 1932, p. 75.

   Lu le 18 novembre 1931, soit deux jours après les faits, dans les registres officiels du poste de Danané, cercle de Man, colonie de Côte d’Ivoire, par le journaliste et polygraphe colonial Jean Perrigault, lors d’un voyage en Afrique occidentale. La relative sobriété de ce passage — qui tranche avec le style volontiers fleuri de Perrigault — laisse à penser qu’il s’est contenté de recopier sans modification le compte rendu d’exécution consigné, comme il était de règle, dans le registre du cercle. 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts