Archives par étiquette : coniagui

24 – Le retour de l’homme-léopard

   Je sors tout juste de la lecture de l’excellent livre de David Pratten, The Man-Leopard Murders. History and Society in Colonial Nigeria, Indiana University Press, 1998. L’ouvrage est consacré à une « épidémie » de meurtres perpétrés dans le sud-est du Nigeria entre 1945 et 1948, près de deux cents assassinats imputés à des sociétés secrètes d’hommes-léopards [N.B. Dans l’Afrique coloniale, ces derniers ont été couramment accusés d’être plus ou moins ouvertement anthropophages, buveurs occasionnels de sang, dévoreurs de foies, consommateurs de graisse humaine, etc. cf. le billet inaugural de ce carnet : L’homme-léopard est dans l’escalier]

  David Pratten dispose d’un beau matériau documentaire : des sources écrites d’une richesse exceptionnelle, compte tenu de la date tardive des faits examinés (archives judiciaires, presse) ; et de nombreux entretiens oraux, collectés dans les années 1990 auprès de témoins nigérians et britanniques encore vivants. Il inscrit son étude dans une analyse des bouleversements induits par la colonisation au sein d’un groupe socio-culturel bien particulier, celui des Annang. Ces populations ont connu, à partir de la fin du XIXe siècle, une fragilisation de leur assise économique et un brouillage progressif de leurs repères culturels, religieux, sociaux et politiques. Perte de légitimité des chefs « traditionnels », concurrence accrue pour le pouvoir, rupture des équilibres entre hommes et femmes, entre jeunes et anciens. Avec une telle mise en contexte, les meurtres perdent leur caractère d’irréductible altérité exotique, et prennent peu à peu sens – dans la mesure où la violence s’enracine toujours dans une histoire sociale et culturelle.

  Il ne reste plus qu’à tenter de faire la même chose pour « mes » cannibales. Ce qui supposera de s’intéresser de plus près aux travaux ethnographiques sur les Coniagui, les Guerzé, les Fang, etc. – tous ces anthropophages présumés dont les pratiques, si tant est que l’historien parvienne à les cerner, se sont certainement lestées de significations nouvelles en contexte colonial. Plus que. Y’a qu’à.

Cliché : Patrick Giraud (CC BY-SA 3.0)

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts