Archives par étiquette : Centrafrique

17 – Le dîner de c…

Extrait de Georges Guille-Escuret, Sociologie comparée du cannibalisme,  t. 1. Proies et captifs en AfriquePUF, 2010, p. 10-12.

  [La scène se passe dans les années 1980, quelque part en République centrafricaine. Georges Guille-Escuret vient de débarquer en RCA pour une enquête auprès de populations de la Lambaye.]

    Il y eut en premier lieu le dîner de coopérants. Les expatriés [français] ont l’habitude d’accueillir un nouvel arrivant en l’invitant à une série de repas, certains à la bonne franquette, d’autres nettement plus conventionnels, qui permettent de lui fournir une multitude hétéroclite d’informations utiles (les impairs à ne pas commettre, les « trucs » commodes de la vie quotidienne, etc.), puis de l’inscrire dans le réseau établi des solidarités qui unissent puissamment les Européens dans telle grande ville ou telle région d’Afrique. Le dîner en question réunissait sept ou huit personnes chez un personnage éminent de la communauté française autour d’une nappe blanche avec des couverts rutilants : bref, une présentation officielle. Dans un tel cadre, le visiteur fraîchement débarqué peut être assuré, si le cannibalisme imprègne un tant soit peu l’héritage colonial local, que, bon gré mal gré, il se verra infliger une leçon d’histoire à ce sujet. Truffée, bien entendu, de détails sanguinolents.

   Je m’attendais à ce bizutage officieux où s’infiltre un désir de faire comprendre au novice qu’il ne devra jamais se leurrer sur sa capacité à pénétrer le milieu autochtone : l’anthropophagie symbolise à merveille la persistance d’une barrière infranchissable. En revanche, malgré un parti pris de docilité, je ne pus réprimer totalement ma surprise devant la kyrielle d’invraisemblances qui m’étaient assénées. Le professeur improvisé évoquait ainsi l’installation de villages entièrement composés d’esclaves, lesquels étaient engraissés par de terribles voisins qui les saisissaient les uns après les autres pour les besoins périodiques de festivités carnassières. Le fantasme provoque un trouble insondable en associant le pénitencier et l’élevage, le geôlier et le fauve, le mirador et l’abattoir, la sauvagerie du prédateur et la domestication de la proie, bref en imaginant la conjonction cauchemardesque de contraires également terrorisants. J’émis donc sur un ton très neutre un doute sur la compatibilité d’un système répressif aussi puissant avec une organisation sociale acéphale fondée sur l’horticulture itinérante.

   Le déferlement de rage qui répondit à ma timide objection embarrassa tous les convives tant la haine larvée qui l’animait s’était soudain dépouillée de toute enveloppe argumentaire. Affirmations martelées d’une voix cassante qui refusaient à l’avance de se soumettre à l’insanité d’un examen. L’enseignant s’était métamorphosé en procureur intraitable. Prenant finalement conscience du malaise ambiant, il acheva sa diatribe en baissant le nez sur son assiette et en marmonnant un verdict auquel la récente “affaire des diamants” donnait en Centrafrique une tournure quelque peu surréaliste :

   “Ils en croquent, quoi, c’est tout.”

[J’ai graissé les passages révélateurs de la persistance des représentations et des pratiques sociales en vogue, de l’époque coloniale à l’ère post-coloniale, au sein des milieux d’expatriés européens en Afrique.

 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts