Archives par étiquette : castellani

42 – Il voit des cannibales partout

   

   Voici un bel exemple de journal de voyage (1898) truffé d’a priori et de poncifs. Sous couvert de proposer un récit de première main, l’auteur reproduit les topoi habituels et présume, à partir d’indices peu décisifs, l’existence effective de cannibales en Afrique centrale. Un film français de série Z, sorti en 1982, était intitulé Elle voit des nains partout ; en ce qui concerne Castellani, ce sont les cannibales qu’il imagine à chaque détour du sentier. Quant à l’illustration qu’il propose  croquée par ses soins , elle est remarquablement indigente (jusqu’à l’orthographe fantaisiste du mot « cannibale »).

   
 » Et les anthropophages, me direz-vous ? Patience, on nous en promet sous peu. En attendant, je constate subitement un changement marqué dans l’aspect du pays : la monotonie paraît vouloir se rompre, et partout apparaissent de riants villages qui respirent la paix et le bonheur ; les cases y sont bien construites et ombragées de palmiers. Les habitants, hommes, femmes et enfants, groupés sur le rivage, nous regardent passer en poussant des cris joyeux. 

   Est-ce que, par hasard, on m’aurait trompé ? Dans tout ceci, je ne vois pas trace de mangeurs d’hommes. Le capitaine Lindholm me rassure et m’affirme qu’avant trois jours nous verrons de vrais cannibales ; mais il ajoute qu’ils n’ont pas l’air farouche et qu’ils sont plus intelligents, plus sociables que les autres noirs. […]

   À Balouï, se place un petit intermède qui aurait, s’il l’avait connu, fait bondir Marchand, lui qui, vous le savez, m’avait toujours prédit que je me ferais sagayer et absorber par les indigènes, pendant que je serais en train de faire un croquis quelconque. Figurez-vous que je m’étais arrêté et assis pour crayonner la case aux crânes. J’avais bien entendu le sifflet de la Ville-de-Bruges, mais sans trop y prendre garde et j’avais simplement continué mon travail. À un moment, surpris par le silence qui régnait autour de moi,  j’avais hélé à haute voix mes compagnons qui s’étaient bien gardés de me répondre, étant tous partis et remontés sur le steamer. Inutile de vous dire que cette constatation me fit lestement plier bagage. Je repris la direction du bateau de toute la vitesse de mes jambes. J’arrivai sur la berge pour recevoir un galop du capitaine Lindholm, qui se préparait à descendre pour me faire chercher. 

   Décidément, nous naviguons en pleine anthropophagie et les crânes humains ornent les cabanes dans tous les villages, dont les naturels sont armés jusqu’aux dents et nous montrent des airs plutôt rébarbatifs. J’observe chez ces malheureux cannibales un mélange de férocité et de frayeur vis-à-vis de nous : ainsi par exemple, nous les voyons au premier coup de sifflet de la machine prendre une fuite désordonnée, comme une volée d’oiseaux ; mais ils reviennent vite ; nous finissons même par les apprivoiser et faire des échanges. Dans le village de Hypembôs un de nos tirailleurs disparut et ne fut jamais retrouvé.
   Je remarque que ces indigènes n’ont aucune arme à feu, ce qui démontre combien peu ils sont en rapport avec les blancs. Nous sommes décidément chez des barbares, de vrais sauvages et je pense que les hommes que j’ai sous les yeux occupent le dernier degré de l’échelle humaine. C’est là en effet que se retrouvent les instincts des animaux qui se mangent entre eux. Mais en somme, je ne vois pas, comme je l’ai fait pressentir au commencement de ma relation, de différence très marquée entre les peuples du haut-Congo et ceux du haut-Niari : mêmes usages, mêmes moeurs, mêmes superstitions, mêmes féticheurs, même manque d’unité, même absence de gouvernement. C’est le triomphe de l’anarchie ; c’est de l’existence à cet état de nature dont je voulais acquérir la certitude. Et je ne saurais trop le redire d’un bout à l’autre de mon récit, la partie arrosée par le Kuilou ou Niari, partie très peu explorée, recèle dans ses forêts des peuples qui ne sont ni plus, ni moins barbares que ceux du centre : un voyageur qui visiterait consciencieusement ces contrées y trouverait des documents complets sur les us et coutumes, caractères et tempéraments de tous les noirs de l’intérieur, qui sont les mêmes partout, étant donné sans doute le mélange dû à l’esclavage qui a toujours régné chez ces peuples ; ils se montrent plus ou moins belliqueux, plus ou moins pillards et féroces, suivant qu’ils ont été en relations commerciales avec les blancs, qui depuis des siècles ont remonté les grands cours d’eau. Partout je retrouve la même tête de vieux chef féticheur, à barbe pointue, avec ou sans perle au bout. L’oeil est à la fois féroce, égrillard et rusé. Ce sont ces mêmes paillards charlatans qui gouvernent en réalité tous les noirs : empoisonneurs de profession, prêtres, fabricants d’amulettes et de gris-gris, ils font suite à la longue série de malins qui depuis des siècles dirigent l’espèce humaine à tous les échelons sociaux. Chose bizarre, ils ont presque toujours l’aspect de boucs ou de satires.  »
       
Ch. Castellani, Vers le Nil français. Avec la mission Marchand, Paris, Flammarion, 1898.

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts