Archives par étiquette : carnet de recherche

9 – Blogueurs de tous les pays, unissez-vous !

   Trois textes passionnants sur les blogs de recherche, signalés par Fabrice (que mille bienfaits retombent sur sa tête et sur celle de ses descendants !) :

    J’aime tout particulièrement ces réflexions de la chercheuse (et blogueuse de fond) Jill Walker Rettberg :

Research happens in blogs, and in the conversations between blogs. Blogs aren’t about documentation, they’re about doing, thinking and discussing. And they’re about catching fleeting thoughts and making them explicit.

Traduction libre :

  C’est de la recherche qui émerge dans les blogs, et dans les conversations établies entre blogs. Les blogs n’ont pas pour objet de se documenter ; ils ont pour objet d’agir, de penser, de discuter. Ils servent aussi à attraper au vol les pensées flottantes, à les rendre explicites.


Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

5 – Sans blague, tu blogues ?

   « Tu veux publier ton journal de recherche sur Internet ? » « Quelle bonne initiative ! » « Ah bon ? Mais pour quoi faire, et pour qui ? » « Et tu n’as pas peur de te faire voler des idées ? » Les réactions ont été plutôt positives, souvent amusées, parfois dubitatives quand j’ai annoncé autour de moi l’ouverture de ce bloguscule.

   Visiblement, il n’est pas si fréquent chez les historiens «professionnels » (du moins chez ceux de ma génération bientôt quinquagénaire) d’exposer sa tambouille intime, de décrire au jour le jour la récolte des ingrédients qui vont composer le ragoût. Pas si courant, en d’autres termes, de dévoiler ses batteries avant d’avoir atteint le saint Graal de la publication d’un article dans la bonne revue à comité de lecture ou d’un livre chez l’éditeur ad hoc.

   Je me souviens pourtant avoir été passionnée, il y a déjà presque vingt ans, par le petit journal de recherche que Philippe Lejeune avait eu l’excellente idée d’annexer à son ouvrage ô combien vivifiant, Le moi des demoiselles. Enquête sur le journal de jeune fille (1993). Plus récemment, en parcourant le beau livre d’Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus (2012), j’ai été impressionnée par la dignité de la démarche à la fois professionnelle et personnelle de l’auteur – une démarche qui en dit long sur la nature profonde du travail d’historien : la lente avancée de l’auteur vers la connaissance de ses aïeux, morts en déportation, y est consubstantielle à sa progression dans le labyrinthe des archives et des témoignages.

   Est-ce que je me hasarde encore à rechercher des devanciers trop intimidants? Il ne me semble pourtant pas incongru de proposer à mon tour, au gré d’une recherche dont les enjeux resteront circonscrits et modestes, de faire participer de potentiels lecteurs à la construction, pièce à pièce, de cette enquête historique.

   Alors pour qui, ce blog anthropophagique ?

   Pour les étudiants d’abord, ceux de Licence et de Master, ou ceux engagés dans un Doctorat, qui pourraient y trouver peut-être matière à se rassurer en voyant fonctionner, dans sa dimension artisanale, mon work in progress. Patience, lectures, découvertes et déconvenues, joies et doutes tissent le quotidien du chercheur et j’aimerais aussi montrer, tout bêtement, combien de temps il faut pour construire son objet.

    Ce blog sera également à usage personnel, avouons-le sans faux-semblants. Avec ce carnet connecté, ma grande ambition serait de pouvoir dialoguer avec des collègues, avec des chercheurs connus ou inconnus, proches et lointains – ceux-là même dont les commentaires pourraient contribuer à infléchir, guider, aiguillonner ce travail. Un séminaire virtuel, interactif et pérenne, en quelque sorte, où les objections, les encouragements, les indications bibliographiques, le signalement de sources intéressantes alimenteraient à jet continu la réflexion en construction. Avis et appel  –  plus spécifiquement, mais non exclusivement – aux spécialistes d’histoire et d’anthropologie de la colonisation : je m’abreuverai avec avidité à tous vos commentaires ! Et oui, l’on peut rêver un peu à sa petite abbaye de Thélème sur le Web…

   Et si des lecteurs simplement (?) amoureux d’histoire s’aventuraient sur ces pages, je serais absolument comblée.

   Enfin, à qui ce blog n’est-il pas – mais alors vraiment pas – destiné ? A Claude Guéant, bien sûr, ce chantre de l’inégalité des civilisations, ou à ses éventuels thuriféraires ! La fascination exotique pour le sauvage, la nostalgie d’une pseudo-mission civilisatrice, ce n’est pas dans ces parages qu’on en humera les relents…

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts