Archives par étiquette : bibliographie

10 – À livre ouvert

   Construction brique à brique de la bibliographie de recherche. Douce infusion des lectures spécialisées. Lente absorption de la pensée d’autrui… Cette phase est délicieuse au point que l’on s’engage parfois dans une fuite en avant pour la prolonger indéfiniment — il y a toujours un autre livre, un autre article à découvrir.

Photo-couverture-2.jpg © S. Dulucq

   La pile de ce qu’il faudra lire au plus vite pour cadrer cette recherche est déjà impressionnante, et je rendrai compte de certaines de ces lectures dans les prochaines semaines. Il y a d’abord des travaux d’anthropologie à assimiler. Un peu de sociologie. De la critique littéraire. Et de l’histoire, bien sûr : sur les thèmes et objets qui retiennent mon attention, sur des thématiques voisines ou des méthodologies comparables, plusieurs travaux historiques balisent déjà cette enquête : études sur les hommes-léopards au Nigeria dans l’entre-deux-guerres, sur la sorcellerie en Afrique subsaharienne, la justice coloniale, les chasseurs de têtes en Asie du sud-est, etc., etc.

   Une coïncidence est frappante dans ces premières traversées livresques. Presque toutes les études sur le cannibalisme s’ouvrent sur une citation du célèbre passage de Montaigne intitulé “Des cannibales” (Essais, livre I, chapitre 33). Rien de très étonnant à cela : comme le souligne Laurence Goldman dans Anthropology of Cannibalism, ce texte est considéré comme un locus classicus de la représentation de l’Autre — et Montaigne comme l’un des précurseurs éclairés du relativisme culturel. Le philosophe de la Renaissance n’a pas choisi son sujet par hasard, mais justement parce qu’il engageait une réflexion sur sa propre culture, et sur l’humain en général. Depuis des siècles, en effet, l’anthropophagie constitue pour l’homme occidental un symbole quintessentiel de l’altérité ou, comme l’écrit Georges Guillet-Escuret dans sa Sociologie comparée du cannibalisme, un antipode culturel.

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

3 – L’anthropophage au village

   Il est des références écrasantes : Robert Muchembled, La sorcière au village (1978) ; Alain Corbin, Le village des “cannibales” (1990)… Et bien d’autres sur la liste (ouverte) des ouvrages de référence qui jalonneront cette enquête.

   Car on n’entre pas, bien sûr, dans une recherche historique sans s’adosser à une bibliographie déjà bien ébauchée. Pas de travail sans problématique – la fameuse histoire-problème de Lucien Febvre – ou sans un début de réflexion sur la « position » du chercheur. Et cette exigence est d’autant plus forte que le sujet est épineux ou qu’il peut prêter à malentendus et à controverses. La question des lectures préalables est donc fondamentale, et le contact avec les travaux des grands historiens une condition sine qua non pour aborder, avec un minimum de munitions, des terrains potentiellement minés. Je reparlerai de bibliographie d’ici quelque temps, mais arrêtons-nous un instant sur les deux ouvrages emblématiques évoqués ci-dessus.

   Pour envisager l’anthropophagie aux colonies, la lecture de La sorcière au village constitue un prérequis indispensable, une boussole, un vade-mecum. Pour Robert Muchembled, la question n’était pas de croire (ou de ne pas croire) au sabbat des sorcières et à l’efficacité de leurs sortilèges. De même, mon problème ne sera pas de savoir s’il y avait véritablement des anthropophages en AOF et en AEF, mais  d’étudier le fonctionnement d’une société coloniale où tous – les communautés villageoises africaines, les administrateurs coloniaux et, semble-t-il, les accusés eux-mêmes – croyaient au cannibalisme, au meurtre rituel, à la sorcellerie, à la magie. Dans ces conditions, l’anthropophage existait puisque tout le monde était persuadé qu’il existait. En d’autres termes, et pour paraphraser Sartre, l’existence de l’anthropophage précède son essence… Ce sont les contours de cette réalité culturelle et sociale que je dois tâcher de saisir – et non la réalité (ou l’irréalité) des repas de chair humaine.

   Mon deuxième instrument de navigation, fourni par Alain Corbin, sera tout aussi précieux que le premier. Le fait divers d’Hautefaye, en 1870, est certes en complet décalage avec mon sujet : ces « cannibales »-là ont bien peu à voir avec ces « anthropophages »-ci. Mais l’idée forte de Corbin – à ne pas perdre de vue ! –, c’est que derrière l’incongru, le repoussant, le difficile-à-penser, se cache du sens social, culturel, anthropologique, et parfois même politique.

 

Muchembled.gif

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts