Archives par étiquette : Australie

32 – L’exhibition du sauvage

Male and female Australian cannibals - 1885 (c) S. Dulucq

   Reproduction d’une affiche de 1885, aperçue au musée du Quai Branly en visitant l’exposition Exhibitions. L’invention du sauvage (mai 2012).

Cartel

Troupes d’aborigènes d’Australie :

« Cannibales australiens, hommes et femmes »
Leo Krause et Ewerlien (éd.), 1885
Affiche lithographiée
N° Inv. C3470
Historisches Museum Frankfurt, Frankfurt-sur-le-Main.

   Il s’agit vraisemblablement d’une publicité pour un « village indigène », une de ces mises en scène réalisées dans la plupart des expositions coloniales de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Le spectacle était assuré par d' »authentiques sauvages », recrutés et salariés par des entrepreneurs ès spectacles exotiques. Le texte accompagnant l’affiche était sans nul doute destiné à faire frémir le chaland :

   MALE AND FEMALE AUSTRALIAN CANNIBALS — The first and only obtained colony of these strange savages, disfigured and most brutal race ever lured from the remote interior wilds, where they indulge in ceaseless bloody feuds and forays, to feast upon each others flesh.  The very lowest order of mankind, and beyond conception most curious to look upon.

   [CANNIBALES AUSTRALIENS, HOMMES ET FEMMES — La première et unique colonie de sauvages étranges — race hideuse et extrêmement brutale — à avoir été attirée du fin fond des lointaines contrées de l’intérieur où ils se livrent à des raids incessants et à des combats sanglants, se repaissant de la chair les uns des autres. L’ordre le plus bas de l’espèce humaine, excessivement curieux à observer.]


Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

20 – Consuming doubts

   Les sources historiques sont par essence opaques. De fait, le chercheur n’a accès au passé qu’à travers des documents construits dans un temps donné, avec des préjugés et une vision du monde révolus, et pour des finalités qui sont tout autres que celles de la connaissance historique : lorsqu’ils évoquent le cannibalisme dans leurs écrits, le greffier du tribunal, le voyageur-écrivain ou le savant anthropologue se moquent comme d’une guigne du futur historien qui viendra les lire quelques décennies plus tard. En matière d’anthropophagie comme dans bien d’autres domaines, il est parfois malaisé de prendre du recul face à des phénomènes anciens, mal documentés et, last but not least, produits par des Européens dans un contexte de domination. Tout concourt à biaiser la perception que l’on peut avoir des faits eux-mêmes, de leur réalité, de leur occurrence, de leur nombre, et de leur signification éventuelle.

   Dans un article de 1998 intitulé Consuming Doubts – traduction possible : Des doutes dévorants, Dévoré par le doute… – et consacré au cannibalisme supposé des Aborigènes australiens, l’anthropologue Michael Pickering (alors conservateur au musée des cultures indigènes de Victoria) évoque précisément la fragilité de cette base documentaire coloniale :

   « L’une des caractéristiques de toutes les études portant sur le cannibalisme (y compris celle-ci), c’est qu’elles reposent sur les sources décrivant l’anthropophagie plutôt que sur celles qui n’en font pas mention, voire qui en contestent l’existence. C’est particulièrement visible lorsque la documentation est produite en réponse à des questionnaires d’enquête – un moyen habituel pour collecter des données à la fin du XIXe siècle et au début du XXe […]. De tels questionnaires étaient envoyés aux éleveurs, aux forces de l’ordre, aux missionnaires, etc. Un exemple typique est le questionnaire de Curr (1886), qui demandait explicitement :

35 – Est-ce que vos noirs sont cannibales ? Indiquez s’il vous plaît les éléments sur lesquels s’appuient votre opinion ou vos croyances sur ce sujet.

36 – S’il y a des cannibales, dans quelle proportion ? Et quelles sont leurs pratiques en matière de cannibalisme ?

37 – Prière de relater tout fait que vous connaîtriez sur le sujet. » 

[Ma traduction]

   Or, poursuit Michael Pickering, pour la plupart, les réponses à ces questionnaires coloniaux sur le cannibalisme présumé des aborigènes australiens étaient soit négatives, soit inexistantes (les personnes pressenties ne prenaient pas la peine de répondre). Pour autant, les autorités australiennes restèrent persuadées de l’existence d’une anthropophagie endémique chez les Aborigènes, conviction partagée par les anthropologues eux-mêmes – et pour certains d’entre eux jusqu’aux années 1970-80. Et ne parlons même pas de la presse et de la littérature populaire australiennes, qui associèrent durablement Aborigènes et cannibalisme…

   Sans aller nécessairement jusqu’au scepticisme intégral de Pickering, l’appel à une critique serrée de la documentation ne peut que sonner agréablement aux oreilles des historiens. 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts