Archives par étiquette : Arens

43 – Le cannibalisme, entre essence et existence (1/2)

   L’existence effective (ou pas) d’anthropophages en Afrique coloniale continue de me poser un problème. Je croyais pourtant l’avoir réglé une bonne fois pour toutes en décrétant, au début de cette recherche, que ce ne serait pas mon souci : après tout, dans l’AOF des années 1900-1930, le cannibale existe puisque tout le monde est persuadé qu’il existe (voir L’anthropophage au village). Mais alors, que répondre aux collègues ou aux étudiants qui, à un moment ou à un autre, me demandent presque immanquablement : « ça existait vraiment ? », « c’est un pur fantasme ? » ?

   Et puis zut !, je suis historienne et pas anthropologue ! Je ne travaille pas sur des pratiques sociales éventuellement observables. Mon but est de restituer une construction sociale, politique et juridique de l’anthropophagie en situation coloniale – pas la réalité (ou l’irréalité) cannibale elle-même. Comment les archives, d’ailleurs, pourraient-elles en rendre raison ? Pourtant la question – petit caillou coincé dans ma chaussure – continue de m’agacer sans que j’entrevoie de solution autre que celle, banale et artisanale (pour ne pas dire pifométrique), de la critique serrée de la documentation.

  C’est une piètre consolation que de constater des difficultés similaires et récurrentes chez les anthropologues eux-mêmes. La « controverse cannibale » des années 1980, déjà évoquée dans ce carnet (voir Les mangeurs d’autres) a agité le landernau des sciences sociales pour des raisons que l’on qualifiera rapidement de politico-psychologiques (le cannibale comme pure invention de l’Occident prédateur), mais aussi pour des motifs plus épistémologiques ou méthodologiques. Comme le souligne Merrilee H. Salmon (in Scientific Controversies, Oxford University Press, 2000), l’anthropologie sociale, de Boas à Malinowski, s’est construite sur le principe de l’observation participante, le terrain constituant en quelque sorte le laboratoire du chercheur. Il ne s’agit pas pour Salmon de discuter l’imperfection évidente de cette analogie, mais de montrer comment l’anthropophagie constitue une pierre d’achoppement pour les chercheurs en soulevant le problème central des « preuves » (evidence). C’est d’ailleurs sur cette absence de preuves tangibles que William Arens a bâti en 1979 sa théorie d’un cannibalisme purement fantasmé, évoqué exclusivement dans des sources partiales, exogènes et de seconde main.

   Notons incidemment que cette position sonne de façon bien séduisante à l’oreille d’un(e) historien(ne) du fait colonial. Adopter le scepticisme arensien pourrait m’offrir un bon repli tactique à partir ma position n°1, qui consistait simplement à évacuer le problème de la « réalité » du cannibalisme. Mais n’est-ce pas un tropisme un peu commode que de succomber aux sirènes d’Arens ? Continuons avec Salmon, qui reconnaît que bien des anthropologues ont accepté le « fait cannibale », sans grand esprit critique, en se basant sur des « preuves » (archéologiques, documentaires, médicales…) parfois ténues. Les débats ont en effet davantage porté sur l’interprétation des pratiques que sur l’authenticité desdites pratiques. Au moins quatre grands types d’anthropophagie ont ainsi été distingués : l’ingestion de chair humaine serait pratiquée 1) à des fins nutritionnelles (gastronomic cannibalism) ; 2) à des fins curatives (medical cannibalism) ; 3) afin de maintenir le contact avec les défunts (mortuary cannibalism) ; 4) dans un but religieux, propitiatoire, et souvent guerrier (sacrificial cannibalism)  (N. B. : Peut s’ajouter à cette typologie le cannibalisme de crise (survival cannibalism), du type « accident d’avion dans les Andes enneigées »). Des classifications ont raffiné et complexifié l’approche, opposant par exemple endo-cannibalisme (on mange seulement les siens) et exo-cannibalisme (on mange seulement les étrangers).

  On le voit, la question des preuves est restée largement extérieure à ces débats, qui se sont focalisés sur des approches fonctionnalistes en partie déconnectées de la question des « réalités ». Pourtant, les indices forts attestant de pratiques réelles sont rares. Alors que tous les groupes humains – ou à peu près – ont été accusés de cannibalisme (les Européens n’échappant pas au lot commun), les témoins oculaires ne courent pourtant pas les rues, que ce soit dans l’Antiquité, lors de la conquête du Nouveau monde ou à l’époque contemporaine. Un seul anthropologue prétend avoir constaté de visu de telles pratiques en Papouasie-Nouvelle Guinée – et les rares chercheurs faisant état d’un contact direct soulignent toutefois que l’acte lui-même s’est accompli loin de leur regard. 

   Or la question du témoin oculaire est cruciale en anthropologie, rappelle Salmon. Comment se dépêtrer du problème ? 

Papouasie, carte postale (vers 1910). Source: http://www.oceania-ethnographica.com/mel108.htm

 

 

 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

31 – Les mangeurs d’autres

 

Cahiers de l'Homme, mars 2012

 La réflexion sur le cannibalisme connaît une belle moisson bibliographique récente. Pour preuve supplémentaire, la parution en mars 2012 du nouvel ouvrage du sociologue Georges Guille-Escuret  (gentiment signalée par Laurent D., mille grâces lui soient rendues !). Le titre en est particulièrement bien trouvé : Les mangeurs d’autres

  On y trouvera, entre autres choses, une présentation de la célèbre controverse sur la réalité du cannibalisme, lancée par l’ouvrage de l’anthropologue William Arens, The Man-Eating Myth (1979) — cet auteur tient l’anthropophagie pour une pure fiction — et les vives réactions des pourfendeurs des thèses arensiennes. 

  Sur la 4e de couverture, l’éditeur rappelle le durable enfouissement (le systématique refoulement ?), par les sciences sociales elles-mêmes, de la problématique anthropophage :

  L’anthropologie tente fréquemment d’évacuer le cannibalisme en niant sa pertinence d’un point de vue théorique, voire en contestant la réalité historique de l’acte (qui se réduirait à un fantasme de colons malveillants). Mais alors, comment expliquer que cette discipline n’a jamais produit de discours capable de dissoudre le mépris et la hargne suscités par l’évocation d’une anthropophagie exotique ? Comment comprendre cette phobie dans la civilisation occidentale ? Refuser l’anthropophagie ne suffit pas pour accéder au titre de « civilisé » ; en revanche, il suffit d’être cannibale pour se voir exclu de ce monde-là et qualifié de « primitif ». On attribue alors le fait de manger des hommes à des mobiles réducteurs : la faim ou la religion. En soulignant les permanences des récits rapportés par les missionnaires et les explorateurs depuis Christophe Colomb et Marco Polo, se dessine une épistémologie portant sur le rapport entre la culture des gens observés et celle des observateurs. De même, l’auteur met en parallèle des débats du XIXe siècle au sein de la Société d’anthropologie de Paris et les controverses parfois sanglantes qui agitent les anthropologues américains à la fin des années 1970. Ce livre répond à la fois à la volonté de constituer le cannibalisme en véritable sujet anthropologique et à celle de prendre position contre l’ethnocentrisme et le mépris du « sauvage » dans les sciences sociales. 

  Et hop, commande est passée à mon libraire habituel…

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts