Archives par étiquette : archives

2 – Une expédition de pêche

     Aix-en-Provence, Archives Nationales d’Outre-Mer, un beau jour ensoleillé de février.

   Ce jour-là, c’est mon premier contact avec les archives dans le cadre de cette toute nouvelle recherche. Je me lance dans un travail d’histoire sociale et politique sur un sujet mal connu, épineux, potentiellement délicat : l’histoire de l’anthropophagie dans l’Afrique coloniale de l’entre-deux-guerres. Mais avant de s’étendre sur les tenants et les aboutissants de ce projet, commençons pas quelques aspects très matériels du métier d’historien.

   Le travail aux archives s’apparente, par bien des côtés, à une partie de pêche qu’il convient de préparer dans ses détails les plus triviaux. D’abord, se munir d’une musette, accessoire indispensable : la journée va être longue et l’on devra « tenir le coup », n’avoir ni trop faim ni trop soif, ni trop chaud ni trop froid, dans un centre d’archives où il n’est pas permis, en théorie, d’entreposer de la nourriture dans les casiers mis à notre disposition. Un sandwich et deux clémentines seront donc des passagers clandestins que j’irai discrètement récupérer à 13 heures, quand mon estomac criera famine. Et dans la musette encore, on enfournera pêle-mêle un ordinateur portable, un appareil photo numérique et quelques piles de rechange, trois crayons à papier bien taillés (le stylo est interdit), des feuilles volantes,  bref, tout l’attirail – canne à pêche, épuisette, boîte à mouches – nécessaire  à l’amateur de grands fonds (archivistiques).

   Filons la métaphore hauturière. Tout chercheur doit apprendre à voguer sur une mer étale de cotes sibyllines, de pages d’inventaires hors d’âge et de numéros de microfilms dignes des placards du MI5. Il lui faut ensuite lancer le filet dans les meilleurs coins, ceux que connaissent tous les vieux habitués (sans jamais vouloir les révéler au profane ?). Au cours d’une journée de recherche, le moral fluctue tout autant que celui du pêcheur ordinaire : une belle prise fait monter l’adrénaline et permet de tenir plusieurs heures, immobile, dans l’excitation de l’attente ; une demi-journée de déconvenues, et le chercheur bredouille a le moral dans les chaussettes.

   Heureusement, cette matinée-là a commencé sous d’heureux auspices. Un brin de chance et un peu de flair m’ont fait débuter par un gros carton plein de ressources. Dans la série « Affaires politiques », trois cents dossiers de recours en grâce datant des années 1920, présentés à la présidence de la République par une succession de ministres des Colonies. Chaque dossier rappelle les circonstances de l’affaire, la peine dont a écopé le condamné, les arguments accompagnant la demande de commutation. Sur ces trois cents cas, vingt-cinq affaires environ concernent des « meurtres suivis de faits d’anthropophagie ». C’est un peu gênant de le reconnaître, mais à chaque fois que les mots « anthropophagie », « meurtre rituel » ou « cannibalisme » sont apparus, j’ai eu un petit sursaut de joie – aussi déplaisant que soit mon objet de recherche. Je touchais au but.

   En attendant d’en dire davantage sur le fond du projet, je signalerai enfin la redécouverte de ce plaisir un brin naïf : celui du contact matériel avec les sources. Durant cette journée aux ANOM, j’ai touché du doigt – au sens littéral – les signatures pâlies d’Albert Sarraut, d’Édouard Daladier, de Gaston Doumergue, de Millerand, de Maginot, de Paul Reynaud… Petit frisson délicieux qui ne lâche pas celui ou celle qui a le « goût de l’archive », comme l’écrivit si joliment Arlette Farge.

Daladier.jpg

© S. Dulucq

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts