Archives par étiquette : AEF

4 – La fiancée du cannibale

J’ai remonté une belle prise en dépouillant un dossier de recours en grâce de la fin des années 1930.

   Nous sommes en Afrique équatoriale française. Le 6 avril 1929, un dénommé Momha a été condamné à l’emprisonnement à perpétuité par le tribunal au 2e degré d’Édéa (Cameroun) pour meurtre, complicité et association de malfaiteurs (il a été accusé d’être le chef d’une société secrète). La justice lui reproche d’avoir commis, en bande organisée, un crime rituel sur un garçonnet de sept ans – le fait d’anthropophagie n’a pas été retenu, mais le dossier laisse peser le soupçon sur les intentions cannibales de Momha et de ses co-accusés.

   En 1937, l’épouse de Momha forme un recours en grâce auprès du gouverneur général de l’AEF. La lettre, sans doute rédigée sous la dictée par un écrivain public, est poignante et comique à la fois (j’en ai respecté les formules et l’orthographe) : rare moment où s’exprime, directement, une colonisée de condition modeste. C’est une source dont pour l’instant le sens m’échappe en partie – plusieurs angles d’analyse sont en effet possibles et je suis preneuse de toute suggestion –, source ici livrée brute de décoffrage :  

Edéa ce jour
Mai 1937
Monsieur le Gouverneur Général 
Brazzaville
AEF

   J’ai grand honneur de vous sollicitant ma requête suivante au sujet de mon mari nommé Momha originaire du village de Bilko [peu lisible] subdivision de Babimbi circonscription d’Edéa.

   Cher Honoré mon mari étant condamné au Tribunal du 2e degré d’Edéa dans une peine d’un condamné à vie. Motif réconnu : Brigand ou Meurtrier. Ayant supporté sa peine 9 ans. C’est pourquoi je vous envoie monsieur la prière pour demander une Recour en grâce concernant mon mari !

   Nous sommes au n° de 3 femmes et 4 enfants. Il n’a ni frère ni père qui doivent nous aider. Il est à l’âge de 50 ans. Moi aussi à l’âge de 48 ans. Les enfants réclament toutes choses de la jeunesse, mais ne reçoivent de rien, car ils sont les horphélins du père.

   Veuillez agréer monsieur car une faute avouée est à moitié pardonnée.

                                                                                       Toujours votre veuve misérable 

                                                                                                                                  Ngo Tjeg

                                                       Vu le Procureur général Chef du Service judiciaire

lettreépouse© S. Dulucq

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts