Archives de catégorie : Sources imprimées

42 – Il voit des cannibales partout

   

   Voici un bel exemple de journal de voyage (1898) truffé d’a priori et de poncifs. Sous couvert de proposer un récit de première main, l’auteur reproduit les topoi habituels et présume, à partir d’indices peu décisifs, l’existence effective de cannibales en Afrique centrale. Un film français de série Z, sorti en 1982, était intitulé Elle voit des nains partout ; en ce qui concerne Castellani, ce sont les cannibales qu’il imagine à chaque détour du sentier. Quant à l’illustration qu’il propose  croquée par ses soins , elle est remarquablement indigente (jusqu’à l’orthographe fantaisiste du mot « cannibale »).

   
 » Et les anthropophages, me direz-vous ? Patience, on nous en promet sous peu. En attendant, je constate subitement un changement marqué dans l’aspect du pays : la monotonie paraît vouloir se rompre, et partout apparaissent de riants villages qui respirent la paix et le bonheur ; les cases y sont bien construites et ombragées de palmiers. Les habitants, hommes, femmes et enfants, groupés sur le rivage, nous regardent passer en poussant des cris joyeux. 

   Est-ce que, par hasard, on m’aurait trompé ? Dans tout ceci, je ne vois pas trace de mangeurs d’hommes. Le capitaine Lindholm me rassure et m’affirme qu’avant trois jours nous verrons de vrais cannibales ; mais il ajoute qu’ils n’ont pas l’air farouche et qu’ils sont plus intelligents, plus sociables que les autres noirs. […]

   À Balouï, se place un petit intermède qui aurait, s’il l’avait connu, fait bondir Marchand, lui qui, vous le savez, m’avait toujours prédit que je me ferais sagayer et absorber par les indigènes, pendant que je serais en train de faire un croquis quelconque. Figurez-vous que je m’étais arrêté et assis pour crayonner la case aux crânes. J’avais bien entendu le sifflet de la Ville-de-Bruges, mais sans trop y prendre garde et j’avais simplement continué mon travail. À un moment, surpris par le silence qui régnait autour de moi,  j’avais hélé à haute voix mes compagnons qui s’étaient bien gardés de me répondre, étant tous partis et remontés sur le steamer. Inutile de vous dire que cette constatation me fit lestement plier bagage. Je repris la direction du bateau de toute la vitesse de mes jambes. J’arrivai sur la berge pour recevoir un galop du capitaine Lindholm, qui se préparait à descendre pour me faire chercher. 

   Décidément, nous naviguons en pleine anthropophagie et les crânes humains ornent les cabanes dans tous les villages, dont les naturels sont armés jusqu’aux dents et nous montrent des airs plutôt rébarbatifs. J’observe chez ces malheureux cannibales un mélange de férocité et de frayeur vis-à-vis de nous : ainsi par exemple, nous les voyons au premier coup de sifflet de la machine prendre une fuite désordonnée, comme une volée d’oiseaux ; mais ils reviennent vite ; nous finissons même par les apprivoiser et faire des échanges. Dans le village de Hypembôs un de nos tirailleurs disparut et ne fut jamais retrouvé.
   Je remarque que ces indigènes n’ont aucune arme à feu, ce qui démontre combien peu ils sont en rapport avec les blancs. Nous sommes décidément chez des barbares, de vrais sauvages et je pense que les hommes que j’ai sous les yeux occupent le dernier degré de l’échelle humaine. C’est là en effet que se retrouvent les instincts des animaux qui se mangent entre eux. Mais en somme, je ne vois pas, comme je l’ai fait pressentir au commencement de ma relation, de différence très marquée entre les peuples du haut-Congo et ceux du haut-Niari : mêmes usages, mêmes moeurs, mêmes superstitions, mêmes féticheurs, même manque d’unité, même absence de gouvernement. C’est le triomphe de l’anarchie ; c’est de l’existence à cet état de nature dont je voulais acquérir la certitude. Et je ne saurais trop le redire d’un bout à l’autre de mon récit, la partie arrosée par le Kuilou ou Niari, partie très peu explorée, recèle dans ses forêts des peuples qui ne sont ni plus, ni moins barbares que ceux du centre : un voyageur qui visiterait consciencieusement ces contrées y trouverait des documents complets sur les us et coutumes, caractères et tempéraments de tous les noirs de l’intérieur, qui sont les mêmes partout, étant donné sans doute le mélange dû à l’esclavage qui a toujours régné chez ces peuples ; ils se montrent plus ou moins belliqueux, plus ou moins pillards et féroces, suivant qu’ils ont été en relations commerciales avec les blancs, qui depuis des siècles ont remonté les grands cours d’eau. Partout je retrouve la même tête de vieux chef féticheur, à barbe pointue, avec ou sans perle au bout. L’oeil est à la fois féroce, égrillard et rusé. Ce sont ces mêmes paillards charlatans qui gouvernent en réalité tous les noirs : empoisonneurs de profession, prêtres, fabricants d’amulettes et de gris-gris, ils font suite à la longue série de malins qui depuis des siècles dirigent l’espèce humaine à tous les échelons sociaux. Chose bizarre, ils ont presque toujours l’aspect de boucs ou de satires.  »
       
Ch. Castellani, Vers le Nil français. Avec la mission Marchand, Paris, Flammarion, 1898.

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

40 – Niam Niam

Encyclopaedia Britannica (1911) :

   “NIAM-NIAM (Zandeh, A-Zandeh), a people of Central Africa, of mixed Negroid descent. With kindred tribes, they stretch from the White Nile above the Sobat confluence to the Shari affluent of Lake Chad, and from the Bahr-el-Arab, about 10°N., nearly to the equator. Their political ascendancy, weakened by the incessant attacks of the Arab-Nubian slave-raiders before the rise of the Sudanese mahdi in 1882, was afterwards broken by the forces of the Congo Free State and the Anglo-Egyptian Sudan.

   The term Niam-Niam appears to be of Dinka origin, meaning in that language “great eaters” with reference, as is supposed, to their cannibalistic propensities.”

 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

39 – Le repentir de Leiris

   L’Afrique fantôme (1934) de Michel Leiris – alors membre de la mission ethnographique Dakar-Djibouti, mandatée par le muséum d’Histoire naturelle et dirigée par l’ethnologue Marcel Griaule – est la version publiée du journal de bord que l’écrivain a tenu durant les longs mois du périple. À l’entrée du 17 juillet 1931, il note à l’occasion de la traversée du Soudan français :

   « Cocktail chez l’administrateur. L’administrateur qui a offert très gentiment à Griaule de venir habiter chez lui jusqu’à ce qu’il soit mieux portant, raconte comment, sergent pendant la guerre, il convoya comme recrues de Douala à Dakar un groupe d’anthropophages du Tchad qui, sur le bateau, quand on leur apporta pour leur repas la première gamelle de riz, se battirent au sang, croyant qu’il n’y avait que celle-là pour eux tous, furent très longs à comprendre que les gamelles ne venaient pas toutes à la fois, subirent une épidémie de grippe et claquèrent comme des mouches, à tel point qu’on dut jeter les corps à l’eau par groupes de plusieurs. »

   En 1951, pour la réédition de l’ouvrage, Leiris ajoute une note de bas de page, dont l’appel est accroché au mot « anthropophages » :

   « Aujourd’hui, je me vois mal reproduisant sans sourciller une expression aussi sommaire que “un groupe d’anthropophages du Tchad”. »

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

38 – Un Suédois au Congo

   Théodore Westmark, un militaire suédois engagé dans les troupes de l’AIA — l’African International Association créée par le roi des Belges Léopold II qui, dans les années 1880, mit tout en œuvre pour se tailler un empire personnel en Afrique Centrale — participa de 1883 à 1886 à diverses expéditions dans le bassin du fleuve Congo.

   Il en tira un ouvrage au sous-titre émoustillant (Séjour chez les Bangallas, cannibales du Haut-Fleuve,  1887), publié par la Société de géographie de Lille. Il entama par la même occasion une tournée de conférences en Europe. 

  La lecture de l’opuscule de 108 pages est on ne peut plus décevante. Aucun anthropophage à l’horizon, à part à l’occasion quelques allusions de xe main. En vérité, l’insertion du mot magique « cannibale » semble n’avoir été conçue (par l’éditeur ou par l’auteur-conférencier avisé ?) que pour appâter un public amateur de sensations fortes. 

  Une fois de plus, c’est l’histoire de l’homme qui a vu l’homme…

(c) Bnf Gallica

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

37 – Labouret et les sacrifices humains (2/2)

Suite du billet précédent — n° 37 : Article d’Henri Labouret, « Les sacrifices humains en Afrique occidentale », Journal des Africanistes, 1941.

   […] «  Troisième fait — mai ou juin 1920. Le nommé Ankorogo Wologuemi, frère ou cousin ou peut-être seulement client ou serviteur du brigadier des gardes de cercle, Yambo Wologuem, disparaît mystérieusement. Toutes les recherches opérées pour le retrouver restent vaines, elles sont d’ailleurs sérieusement entravées par l’action de ce gradé, de Nayéré Tembeli, déjà cité, et des parents de ces deux hommes. L’affaire est classée.

  Quatrième fait — 13 juillet 1925. Le vendredi 13 juillet, le garde de cercle de 1re classe Sagaba Taraoré, se rend dans la soirée du camp des gardes à la place du marché. Il disparaît. L’enquête, ouverte dès le lendemain à la première heure, révèle qu’il est entré dans la maison de Nayéré Tembeli et n’en est pas sorti. Nayéré et ses parents essaient par tous les moyens en leur pouvoir de dénaturer les faits et de corrompre les témoins. Le chef de famille, ses neveux et son gendre sont arrêtés sous l’inculpation d’assassinat et de complicité. On fouille la maison de Nayéré ; son champ, situé à 600 m. de la ville, est retourné. Près d’un rocher, cette opération met à jour, à une profondeur d’une quarantaine de centimètres, de nombreux ossements humains, identifiés sans peine par le médecin auxiliaire du poste, qui les attribue à une douzaine d’adultes et d’enfants des deux sexes. Nayéré reconnu coupable est condamné à la prison perpétuelle, ses complices sont incarcérés pour 10 et 5 ans. Cette sanction ne devait pas porter ses fruits.

© Coll. partic.

Cinquième fait — 2 juin 1927. L’hivernage de 1927 fut tardif et les Diseurs de Choses Cachées annoncèrent que les divinités protectrices réclamaient des sacrifices particuliers qui devaient êtres offerts aux dieux du village de Sokolo, dont l’autel se trouve non loin de Bandiagara, à proximité du camp des gardes de cercle. Le bruit se répandit aussitôt qu’il était dangereux de sortir après le coucher du soleil.

   Le 2 juin à 6 h du matin le brigadier des gardes annonce à l’administrateur que le garde de cercle Dian Sidibé a quitté le camp la veille au soir vers 18 h. 30 ; il était habillé en civil, il se dirigeait vers le village. Depuis ce moment il a disparu. L’administrateur connaissait parfaitement son cercle, ses ressortissants et leurs habitudes, il avait lu les archives. Faisant preuve d’une initiative et d’une autorité également remarquables, il décide :

  1° d’isoler et de mettre en surveillance les gardes, les fonctionnaires et domestiques de langue dogon en service dans le poste ;

  2° de mobiliser sur l’heure tous les cavaliers Foulbé disponibles, il leur donne l’ordre de s’armer et de rallier au plus vite les bâtiments administratifs.

   Deux heures après, il dispose d’une cavalerie assez nombreuse pour cerner la ville indigène de Bandiagara. Il réunit alors les notables, s’assure de leur personne et déclare qu’il entend retrouver le garde Dian Sidibé. Ils serviront d’otages jusqu’au retour de ce dernier. Ayant pris ces dispositions, l’administrateur fait opérer dans toutes les maisons des recherches minutieuses qu’il conduit en personne. À 18 h., au moment du coucher du soleil cette gigantesque perquisition n’a donné aucun résultat, elle continue le lendemain et le surlendemain. Le 4 dans l’après-midi un messager annonce que Dian Sidibé a été retrouvé aux environs du village de Songo à 8 km. de Bandiagara. Peu après, le garde lui-même paraît. Il est au dernier degré de l’épuisement, semble hébété et ne répond pas aux questions qui lui sont posées. Envoyé à l’hôpital, il en est sorti guéri, mais s’est toujours refusé à dire ce qui lui était arrivé du 2 au 4 juin. Sans l’action rapide et énergique de l’administrateur, il aurait subi le sort de Sagaba Taraoré.

   Conclusions — Si l’on interprète ces faits avec la prudence qui s’impose en pareille matière, on constate que les attentats contre les personnes dont il est question ici se sont tous produits entre le mois de mai et le mois d’août, c’est-à-dire en saison de pluies. De plus les informateurs signalent que l’on a redouté la sécheresse en 1904, 1907, 1920, 1925 et 1927.

   Sauf les deux individus de 1904, la mère et l’enfant sur lesquels on possède peu de renseignements, sauf la disparition de 1920 qui porte sur un Dogon, toutes les autres personnes enlevées sont étrangères. Or les Dogon reconnaissent sans trop de peine que leurs ancêtres sacrifiaient autrefois des hommes à leurs dieux. Ils choisissaient leurs victimes parmi les Foulbé et les Mossi établis dans leur pays ou le traversant. On peut penser qu’ils agissent encore ainsi, lorsque les circonstances l’exigent et qu’ils le peuvent.

   Le cas du jeune Amet Si, capturé, puis relâché, illustre la position très particulière des membres de la caste des forgerons parmi ces populations. On sait que ces artisans, considérés partout comme des frères, sont les intermédiaires obligés en cas de guerre pour conclure la paix, en cas de rixe pour rétablir l’harmonie entre les adversaires. Ils font figure de bienfaiteurs dans la collectivité, on ne saurait les insulter, les molester sans péril et à plus forte raison les mettre à mort.

  Quant aux trois Dogon (un homme, une femme, un enfant) présumés, sacrifiés en 1904 et en 1920, il s’agit peut-être d’individus coupables et expulsés de la société. »

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

36 – Labouret et les sacrifices humains (1/2)

    Henri Labouret (1878-1959), ancien militaire et ancien administrateur colonial en Afrique occidentale française, devient en 1926 directeur de l’École nationale de la France d’Outre-Mer – la fameuse « École coloniale » où il assure aussi des cours de civilisation africaine – et enseignant de langues soudanaises à l’École des langues orientales (« Langues O »). Il dirige également, à partir de 1927, l’Institut international africain puis participe en  juillet 1930 à la création de la Société des Africanistes.

   Labouret incarne à merveille l’« africanisme » de l’entre-deux-guerres, ce champ scientifique hybride aux contours très flous, dont les principaux animateurs portent souvent la casquette (le casque colonial…) de l’homme d’action tout en maniant la plume du savant. De fait, Labouret est l’auteur de nombreux ouvrages salués par les cénacles de l’ethnographie européenne : Le royaume d’Arda et son évangélisation au XVIIe siècle (en collaboration avec Paul Rivet, 1929), Les tribus du rameau Lobi (1931), Les Manding et leur langue (1933), Paysans d’Afrique occidentale (1941), Histoire des noirs d’Afrique (1946), La langue des Peuls ou Foulbé (1955), Nouvelles notes sur les Lobi. Migrations et évolution (1958), etc., ainsi que de nombreux articles dans des revues scientifiques. Il rédige par ailleurs à l’intention des administrateurs coloniaux une grille d’enquête détaillée afin que soient réalisées des monographies ethnographiques dans les différents cercles (circonscriptions) de l’Afrique française.

   C’est donc en spécialiste internationalement reconnu, et jouissant d’une position institutionnelle inexpugnable, qu’il publie en 1941 un article sur les sacrifices humains dans une revue ethnographique qui fait autorité dans le petit monde des africanistes. Henri Labouret s’appuie sur son expérience de terrain, à partir de cas repérés dans le registre des jugements du tribunal indigène de Bandiagara entre 1904 et 1927.

   Pourtant, malgré toutes les apparences de sérieux déployées par l’auteur, on est frappé par le flou artistique du texte. Les affaires judiciaires évoquées ne semblent pas avoir de fondements assez solides pour que l’on puisse les faire entrer à coup sûr dans la catégorie des « sacrifices humains » – ceux-là même qui donnent leur titre à l’article. L’affaire n° 1 relève visiblement de l’acte suicidaire ; l’affaire n° 2 s’arrête à l’étape du kidnapping ; l’affaire n° 3 est peut-être une simple disparition (en tous les cas, aucun corps n’a été retrouvé) ; quant à l’affaire n° 5, elle a un épilogue des plus énigmatiques. Mais on le verra (cf. billet n° 39),  la logique du « pas de fumée sans feu », même en l’absence de preuves tangibles, prévaut très souvent en défaveur des colonisés…

Henri Labouret © webpulaaku.net

 Henri Labouret, « Sacrifices humains en Afrique occidentale » 

Journal de la Société des Africanistes, 1941, tome 11, p. 193-196.

   Dès le XVIe siècle, les voyageurs européens signalèrent en Afrique occidentale la pratique des sacrifices humains. Elle est attestée jusqu’à une époque récente dans la zone guinéenne, notamment chez les Agni, les Ashanti, les Yoruba, les Ibo ; on l’a observée chez certains peuples voltaïques, chez les Manding. Des légendes, comme celle du « Serpent du Wagadou », bien connue parmi les Soninké ou Sarakollé du Sahel en détaillent les péripéties ordinaires.

   Les sacrifices humains dans cette partie de l’Afrique semblent correspondre à deux besoins. Dans certains cas, ils sont offerts aux ancêtres défunts pour les honorer et leur procurer des serviteurs dans l’autre monde ; ils interviennent alors à l’occasion des funérailles. Mais le plus souvent ils ont pour but de se concilier les puissances surnaturelles afin d’en obtenir fertilité et fécondité dans le pays, et ils sont accomplis en principe au moment de l’équinoxe de printemps; au contraire, s’ils représentent un don de remerciement pour une bonne récolte, ils ont lieu au cours des fêtes encadrant celle-ci. Nous ne nous occupons dans cette note que des sacrifices humains de la seconde catégorie.

   La documentation qui existe à ce sujet représente volontiers les futures victimes comme satisfaites de leur sort et entourées de soins et d’honneurs. On peut ajouter à ces traits particuliers qu’au Soudan occidental, la victime est toujours un étranger. Ce choix est imposé, aux dires des informateurs, par le désir de ne pas irriter la Terre qui reçoit cette offrande, on sait que cette divinité interdit et sanctionne le meurtre, commis sur un membre du groupement qu’elle protège. C’est pourquoi un pasteur peul ou bien un colporteur étranger est généralement choisi pour jouer ce rôle.

   Les sacrifices humains ont certainement été pratiqués de façon régulière parmi toutes les populations du Soudan occidental ; ils se produisent encore aujourd’hui dans certaines circonstances exceptionnelles, malgré la surveillance exercée par les autorités administratives, comme le montrent quelques faits relevée par nous au cours d’une enquête chez les Dogon du cercle de Bandiagara (Soudan Français). Ces recherches ont été provoquées par la lecture du registre des jugements du tribunal indigène, elles permettent de reconstituer certains événements caractéristiques au cours d’une période de vingt-trois années (1904-1927).

Premier fait — mai 1904. La rumeur publique et une dénonciation formelle avisent le commandant du cercle qu’une femme et un enfant ont été mis à mort dans le quartier, du nommé Nayéré Tembeli, prêtre et sacrificateur du Hogon Saydou Tembeli. Un administrateur stagiaire, envoyé sur place pour établir les causes de ce double décès, est mis en présence du cadavre d’une femme âgée de vingt-cinq ans environ et du corps d’un enfant de deux ou trois ans. Tous deux portent à la gorge une blessure profonde. Des assistants nombreux et prolixes expliquent comment la morte, jalouse du mariage de son mari avec une nouvelle épouse, a tué son enfant puis s’est coupé la carotide. Les témoignages concordent. L’affaire est classée.

 Deuxième fait — juin 1907. Un jeune forgeron de race peule, nommé Aimet Si, âgé de huit ans, joue avec ses camarades dans le quartier de Nayéré Tembeli à Bandiagara. Il est enlevé par deux inconnus qui l’emmènent dans une caverne, située à deux heures de marche de la ville. Des vieillards y sont réunis autour de plusieurs autels en glaise modelée, couverts de sang, de plumes, et surmontés de crânes d’hommes et d’animaux. Ils interrogent l’enfant qui se nomme et se réclame de la caste des forgerons à laquelle il appartient. Sa déclaration provoque un trouble marqué dans l’assemblée, les assistants se consultent longuement et finissent par relâcher Amet Si. Les parents de ce dernier sont invités à garder le silence. Ils se taisent.

[à suivre…]

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

34 – Flagrant délit

 Je trouve particulièrement amusante la légende de l’image ci-dessous, dénichée parmi les trésors du site de la BnF : 

"Cannibales en flagrant délit", François Coppée, Journal des voyages et des aventures de terre et de mer, 1896, p.201 (illustrateurs : Vintraut et Le Clerc) © BnF, Histoire, philosophie, sciences de l'homme, FOL-G-14

 

 

 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

32 – L’exhibition du sauvage

Male and female Australian cannibals - 1885 (c) S. Dulucq

   Reproduction d’une affiche de 1885, aperçue au musée du Quai Branly en visitant l’exposition Exhibitions. L’invention du sauvage (mai 2012).

Cartel

Troupes d’aborigènes d’Australie :

« Cannibales australiens, hommes et femmes »
Leo Krause et Ewerlien (éd.), 1885
Affiche lithographiée
N° Inv. C3470
Historisches Museum Frankfurt, Frankfurt-sur-le-Main.

   Il s’agit vraisemblablement d’une publicité pour un « village indigène », une de ces mises en scène réalisées dans la plupart des expositions coloniales de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Le spectacle était assuré par d' »authentiques sauvages », recrutés et salariés par des entrepreneurs ès spectacles exotiques. Le texte accompagnant l’affiche était sans nul doute destiné à faire frémir le chaland :

   MALE AND FEMALE AUSTRALIAN CANNIBALS — The first and only obtained colony of these strange savages, disfigured and most brutal race ever lured from the remote interior wilds, where they indulge in ceaseless bloody feuds and forays, to feast upon each others flesh.  The very lowest order of mankind, and beyond conception most curious to look upon.

   [CANNIBALES AUSTRALIENS, HOMMES ET FEMMES — La première et unique colonie de sauvages étranges — race hideuse et extrêmement brutale — à avoir été attirée du fin fond des lointaines contrées de l’intérieur où ils se livrent à des raids incessants et à des combats sanglants, se repaissant de la chair les uns des autres. L’ordre le plus bas de l’espèce humaine, excessivement curieux à observer.]


Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

30 – L’anthropophagie selon Larousse (2/2)

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique littéraire, artistique, scientifique, 17 volumes, Paris, Larousse, 1866.

[Suite. Voir les billets 28 Semé à tout vent et 29 L’anthropophagie selon Larousse (1/2)]

III. Origine et caractères divers de la coutume anthropophagique.

   L’anthropophagie, chez les divers peuples où elle a été observée, se présente avec des caractères variés et quelquefois fort différents. Il est probable que partout son origine a été toute physiologique. L’homme est un être omnivore ; pour se nourrir, il lui faut des aliments tirés et du règne végétal et du règne animal ; il lui faut de la chair. Or, sous un climat rigoureux qui ne laisse croître spontanément qu’un petit nombre de plantes alimentaires, et où la chasse n’offre que des ressources tout à fait insuffisantes, on comprend que le besoin de manger de la viande, exalté jusqu’à la frénésie, ait fini par vaincre la répugnance instinctive de l’homme pour la chair de l’homme. Du reste, quand, remontant le cours des âges, on suit la décroissance successive de l’idée de fraternité humaine, et qu’on arrive, en traversant le vasselage le servage, l’esclavage, à cet état de nature où de misérables tribus, en guerre continuelle les unes contre les autres, se disputent la place à ce qui est alors le banquet de la vie, on s’explique facilement que, dans cet état, l’homme n’ait vu que bien peu de différence entre son ennemi de la tribu voisine et la bête qu’il poursuivait. « Il est évident, dit spirituellement M. Toussenel, que l’anthropophagie est née d’une excessive fringale combinée avec l’habitude du régime de la viande. Il arriva que deux hordes de chasseurs se rencontrèrent à la poursuite du même animal, un jour que la proie était rare, et que la faim mugissait dans leurs entrailles, et il y eut guerre entre elles. On se battit, on se tua, et les cadavres des vaincus remplacèrent naturellement au foyer les cadavres du gibier absent. Puis la fureur de la vengeance sanguinaire s’en mêla, l’ivresse de la victoire aussi ; le fait consacré par la tradition s’incrusta dans les mœurs, et l’on sait ce qu’il en coûte pour déraciner les mauvaises habitudes. »

   Ici se place une observation ingénieuse de l’écrivain que nous venons de citer. L’état pastoral est incompatible avec l’anthropophagie, parce que le lait et la chair des troupeaux préservent les peuples pasteurs des tentations criminelles de la faim. Or pas de chien, pas de troupeau, pas d’état pastoral, donc l’anthropophagie est incompatible avec la possession du chien. Vous ne rencontrez pas l’anthropophagie chez le Chaldéen, l’Égyptien, l’Arabe, Le Mongol, le Tatare, c’est-à-dire chez tous le peuples à qui le chien a fait le don du troupeau, et qui ont cessé d’être réduits de demander toute leur subsistance à la chasse. Vous la voyez, au contraire, déployer ses fureurs sanguinaires chez tous les peuples privés du chien, chez les indigènes de l’Amérique, dans les îles de Bornéo, de Célèbes, de Timor, etc. « La preuve, dit M. Toussenel, que c’est l’absence du chien qui a livré les populations de l’Amérique au démon de l’anthropophagie, c’ets que l’horrible coutume n’a jamais envahi la hutte de l’Esquimau, qui habite cependant la contrée la plus septentrionale, le climat le plus rigoureux du nouveau continent.  Je ne vois qu’une raison pour expliquer l’anomalie monstrueuse que présente la comparaison des mœurs de l’Esquimau avec celle du Caraïbe : L’Esquimau a joui de l’existence du chien de temps immémorial, le Caraïbe n’a pas eu le bonheur de le connaître. »

   Née de la faim, l’anthropophagie a dû, chez plusieurs peuples, tout son développement à l‘esprit de vengeance et au goût contracté pour la chair humaine. Certaines tribus ne mangent que les ennemis faits prisonniers ; les vaincus que le sort livre aux plus heureux sont rôtis vivants et déchirés par la dent du vainqueur. Ailleurs, les voyageurs ont remarqué que la gourmandise jouait le principal rôle ; la chair humaine est préférée à celle des animaux, la chair du blanc à celle du nègre, celle des enfants à celle des adultes, et certaines parties du corps, telles que la plante des pieds et la paume des mains, à toutes les autres. « On assure, dit M. Bory de Saint-Vincent, que chez la race africaine des Jagas, des quartiers d’hommes et de femmes, des membres proprement dépecés, se voient fréquemment exposés en vente, comme de la viande de boucherie, sur les places qui servent de marchés dans leurs campements. » Le même goût pour la chair humaine a été observé dans les îles Viti ; naguère encore, les habitants de ces îles, qui savent cependant demander à la terre d’autres aliments, étaient dans l’usage de cuire ouvertement la chair de leurs semblables dans des fours communs, et de la distribuer en public ; ces fours étaient dressés sur la place avec un assortiment de vases de diverses grandeurs, lesquels ne devaient plus servir qu’à cuire des porcs. Ajoutons que, tandis que toute autre nourriture se prenait avec les doigts, la chair humaine ne se mangeait qu’avec des fourchettes de boit, conservées dans les familles de génération en génération. Il faut noter que l’hygiène ne paraît pas, comme la gourmandise, trouver son compte à l’anthropophagie. La chair humaine est, dit-on, indigeste ; elle produit des maladies de peau.

   Une fois entrée dans les habitudes, l’anthropophagie devait naturellement et promptement devenir une des manifestations du droit de la force, une forme monstrueuse du despotisme et du privilège. Chez les peuples anthropophages, c’est toujours parmi les pauvres et les faibles que les victimes sont choisies. Les missionnaires ont pu remarquer aux îles Viti, que ce sont, en général, les chefs, les riches, les forts, ceux qui appartiennent à ce qu’on peut appeler les classes élevées, qui renoncent le plus difficilement aux repas de chair humaine. Attachés au vieil usage, ils forment le parti de la résistance à l’adoucissement des mœurs. Autre considération : la fureur de la guerre a produit l’anthropophagie ; voilà qu’à son tour l’effet devient cause, et la cause effet ; l’anthropophagie donne à la guerre un but, et en lui donnant un but, l’éternise, en fait une chasse à l’homme, la constante préoccupation de la tribu (homo homini lupus), le mode unique de l’activité sociale. On mangeait des prisonniers afin de satisfaire les passions féroces qu’avait allumées la guerre ; on fait la guerre afin d’avoir des prisonniers à manger. On peut, sous ce rapport, rapprocher l’anthropophagie de l’esclavage, qu’elle précède dans la série des crimes sociaux.

Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Larousse, 1866-1878.

   Dans certains pays, nous voyons l’anthropophagie s’étendre et se consolider par la superstition, prendre une forme religieuse ; elle n’est plus seulement un fait physiologique ; elle n’est plus une passion, elle devient une idée. Les habitants de la Nouvelle-Zélande pensent, en mangeant l’œil et le cœur de l’ennemi, s’assimiler sa vie, s’approprier ses qualités, sa force son courage, lui voler jusqu’à la protection des ses dieux, et par là rayer tout à la fois son nom du livre de vie et s’y inscrire en double. Chez les Capanaguas (Amérique du Sud), l’anthropophagie remplace, pour ainsi dire, l’enterrement : c’est un mode de sépulture ; chaque famille fait rôtir ses morts et les mange. Les Rhinderwas (Inde), pour se rendre agréables à la déesse Kali, tuent et mangent ceux de leurs parents qui sont attaqués d’une maladie grave et incurable, ou que la vieillesse a rendus infirmes. Membres de la famille et amis sont, dans ces occasions, invités à partager le festin.

   Chez les Battas de Sumatra, l’anthropophagie fait partie du système judiciaire : c’est une sanction. Le code de ce peuple condamne à être mangé vivant 1°) ceux qui se rendent coupables d’adultère ; 2° ceux qui commettent un vol au milieu de la nuit ; 3°) les prisonniers faits lors des guerres importantes ; 4°) ceux qui étant de la même tribu se marient ensemble ; 5°) ceux qui attaquent traitreusement un village, une maison ou une personne. Quiconque a commis un des ces crimes est condamné par un tribunal compétent. Après les débats, la sentence est prononcée, et on laisse passer deux ou trois jours pour donner au peuple le temps de s’assembler. Au jour fixé, le condamné est amené, attaché à un poteau les bras étendus ; la partie offensée (le mari, quand il s’agit d’adultère) s’avance et choisit le premier morceau, ordinairement les oreilles ; les autres viennent ensuite dans l’ordre que leur assigne la hiérarchie sociale, et coupent eux-mêmes les morceaux qu’ils préfèrent. Quand chacun s’est servi, le chef de l’assemblée s’approche de la victime, lui coupe la tête et l’emporte chez lui comme un trophée. C’est sur le lieu même du supplice que la chair du condamné doit être mangée ;  le supplice est public pour les hommes, mais les femmes ne doivent pas y assister, la chair humaine leur étant interdite. Ces monstrueuses exécutions se font d’ailleurs, paraît-il, avec le calme de la justice et non avec la fureur de la vengeance.

   II nous reste à parler du rapport que présente l’anthropophagie avec les sacrifices humains. Ces deux pratiques se montrent liées l’une à l’autre, « et si bien, dit M. Ch. Renouvier, que cet antique rapport a laissé des traces jusque dans des cultes de formation très avancée, et qu’au premier abord on croirait exempts de toute barbarie. » Dans tout sacrifice, il y a la manducation de la victime qui, consacré par l’acte du sacrifice et partagée, pour ainsi dire, avec le dieu, devient un aliment précieux auquel l’imagination accorde toutes sortes de propriétés bienfaisantes. La manducation de la victime dans les sacrifices humains n’a-t-elle point été souvent le point de départ des habitudes anthropophagiques ? En d’autres termes, n’est-ce pas en imaginant, en adorant des dieux anthropophages que telle ou telle peuplade l’est devenue ? Une preuve, dit-on, que chez plus d’un peuple cette origine peut être assignée au cannibalisme, se trouve dans les cérémonies religieuses des Taïtiens. À Taïti, on ne trouva point l’usage de l’anthropophagie, mais les sacrifices humains y existaient et l’on put remarquer dans ces sacrifices l’oblation simulée de l’œil de la victime humaine au grand prêtre, qui ouvrait la bouche comme pour la manger. La manducation réelle avait évidemment dû précéder cette manducation fictive. « Le simulacre de l’anthropophagie, dit M. de Quatrefages, s’était conserve là où l’anthropophagie avait pris naissance. » Nous croyons qu’on peut voir dans les sacrifices tout aussi bien l’effet que la cause de l’anthropophagie. L’homme se fait toujours des dieux à son image ; ses conceptions religieuses ne sont autre chose que ses habitudes et ses passions idéalisées ; l’homme anthropophage a dû naturellement se faire des dieux anthropophages. Nous ajouterons que si la religion n’a pas produit l’anthropophagie, elle a dû en prolonger la durée, en lui donnant une sorte de consécration, en lui communiquant la stabilité, la longévité propre aux institutions religieuses. On comprend que les sacrifices humains aient survécu à l’anthropophagie, et que celle-ci se soit conservée dans le culte, d’abord réelle, puis à l’état de fiction, longtemps après avoir disparu du régime habituel.
   Terminons ce chapitre un peu grave par l’anecdote suivante : Un général, qui revenait de la Nouvelle-Calédonie, avoua que, dans un moment d’extrême nécessité, il avait mangé de la chair humaine, et même qu’il n’avait pas trouvé cela mauvais. « Quelle horreur ! s’écria quelqu’un, de la chair humaine ! – Sans doute, de la chair humaine, reprit le général. En avez-vous mangé, vous ? – Moi ? Jamais ! – Eh bien ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas. »

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

29 – L’anthropophagie selon Larousse (1/2)

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique littéraire, artistique, scientifique, 17 volumes, Paris, Larousse, 1866.

ANTHROPOPHAGIE
s. f. (an-tro-po-fa-jî — rad. anthropophage).

Habitude de se nourrir de chair humaine. Sans aller chercher en Chine des exemples d’ANTHROPOPHAGIE, nous en avons un dans notre patrie ; il est est attesté par notre vainqueur, par notre maître, Jules César. (Volt.) L’ANTHROPOPHAGIE se rencontre au berceau de presque tous les peuples. (Barbaste.) La famine a conduit plus d’une fois à l’ANTHROPOPHAGIE (Barbaste.) L’ANTHROPOPHAGIE a existé et existe encore comme moyen de subsistance. (Mich. Chev.) L’anthropophagie n’est pas une invention des temps fabuleux. (Mich. Chev.) L’anthropophagie et la fraternité sont les deux extrêmes de l’évolution économique. (Proudh.) Abstiens-toi de l’oisiveté comme du vol et de l’anthropophagie, car tout homme qui consomme sans produire exploite et mange son prochain. (Ch. Fauvety.)

— Encycl.

I. Faits accidentels d’anthropophagie. Quand on parle de l’anthropophagie, il convient de distinguer tout d’abord le fait particulier, accidentel, et le fait social, la coutume. Pendant certains sièges, tels que ceux de Jérusalem, de Paris, etc., on a vu des parents affamés dévorer leurs enfants. On sait l’histoire d’Ugolin, celle des malheureux naufragés de la Méduse, etc. De semblables faits doivent inspirer autant de pitié que d’horreur. « J’excuse tous les coupables qui ont faim, dit M. Toussenel, parce que la première loi pour tous les êtres est de vivre. » D’autres actes particuliers d’anthropophagie, commis au sein d’une société civilisée mais corrompue, dans un temps de décadence morale, s’expliquent ou par une férocité monstrueuse, ou par un raffinement horrible dans le luxe de la gourmandise. Galien rapporte qu’au temps de l’empereur Commode, des Romains allèrent jusqu’à goûter de la chair humaine. Védius Pollion, qui engraissait les murènes de ses viviers de la chair de ses esclaves, n’aurait sans doute pas eu de scrupule à s’en nourrir lui-même. Rappelons enfin, avec Virey, ces dépravations criminelles ou plutôt maladives du goût, qui portent des personnes nerveuses, la plupart aliénées, à des actes forcenés d’anthropophagie. La médecine légale et les annales judiciaires ont recueilli de sanglantes pages sur des faits de ce genre.

II. Coutume anthropophagique. La manducation de l’homme par l’homme, élevée à l’état de coutume, et même, on peut le dire d’institution, a régné et règne encore chez un grand nombre de peuples sauvages. Les relations unanimes des voyageurs et des missionnaires qui ont connu les races indigènes des deux Amériques, constatent que cette coutume était en pleine vigueur dans tout le nouveau monde. Rien de plus connu que le cannibalisme des Hurons, des Iroquois, des Caraïbes. En nous apprenant que les Acadiens n’étaient pas anthropophages, Charlevoix cite ce peuple au milieu des Peaux-Rouges comme une exception. Les navigateurs modernes ont trouvé l’anthropophagie dans la Nouvelle-Zélande et dans toute la Polynésie. On l’a observée dans les îles de la Malaisie, dans l’intérieur de l’Afrique, et même dans l’Inde.

Ici des questions intéressantes se posent à l’esprit. L’anthropophagie appartient-elle à la fatalité, c’est-à-dire à la nature humaine, ou au libre arbitre, c’est-à-dire qu’a l’homme d’agir sur sa propre nature, soit l’élever, soit pour la dégrader ? Si c’est un fait d’ordre fatal, devons-nous accuser la fatalité ethnique, c’est-à-dire les instincts particuliers à certaines races inferieures, ou la fatalité générale du développement humain ? L’état des peuples ou règne l’anthropophagie peut-il s’expliquer par une sorte d’arrêt de développement ? Nous présente-t-il comme un échantillon conservé sous nos yeux, de l’humanité primitive ? Est-ce là le point d’où nous sommes partis ? Quelques philosophes, sans en être humiliés, acceptent ce démenti à la noblesse de notre origine. L’âge d’or, disent-ils, est devant nous, non derrière nous ; non dans ses ancêtres, dans son avenir, non dans son passé ; l’humanité a commencé par l’anthropophagie, elle doit finir par la justice et la fraternité. « Si nous nous « portons vers les monuments de l’antiquité, dit l’Encyclopédie nouvelle, nous trouvons l’existence et les traces de l’anthropophagie chez presque tous les peuples qui renversèrent l’empire romain. Pline la constate chez les peuplades des Scythes et Sarmates ; Strabon chez les Massagètes. Les Scandinaves buvaient l’hydromel dans le crâne de leurs ennemis. Saint Jérôme nous dit qu’il a vu une horde bretonne tonne, qui s’était jetée sur la Gaule, manger les cuisses des bergers et les mamelles des femme, quand ces prisonniers leur tombaient dans las mains… Si l’anthropophagie ne se trouve pas dans l’histoire des Juifs et des Grecs, elle a retenti dans leur tradition. Le livre d’Enoch, cité par Saint Jude, dit que les géants issus du commerce des anges et des filles des hommes furent les premiers anthropophages. On connaît  les Lestringons et les Cyclopes de l’Odyssée ; on se rappelle l’histoire de Lycaon, rapportée par Ovide ; celle de Tantale, qui servit aux dieux les membres de son fils Pélops. Les vers attribués à Orphée disent qu’avant lui les hommes se dévoraient les uns les autres… Ainsi l’anthropophagie n’est pas particulière à telle ou telle race, elle a régné chez toutes les races d’hommes noirs ou blanches, basanées ou cuivrées. Elle a été un temps, une époque, dans le mouvement de la perfectibilité humaine. Et, d’après ce que nous pouvons remarquer chez les peuples historiques, il semblerait que cette époque est celle qui précéda à peu près immédiatement l’invention de l’écriture.

D’autres penseurs refusent d’admettre que l’anthropophagie telle qu’on l’observe dans certains pays, c’est-à-dire érigée en système, consacrée par la religion, soit quelque chose d’inhérent à la nature humaine abandonnée à ses premiers instincts. Ils y voient non la spontanéité de l’homme primitif, mais un état de déchéance morale, l’effet d’une direction perverse de la volonté par suite des premiers crimes et de leur action perturbatrice sur la conscience. « Entre les insulaires anthropophages et les animaux féroces, dit M. Ch. Renouvier, il y a cette différence, que ceux-ci obéissent à leur nature et ne se la sont pas donnée, tandis que les anthropophages se sont fait la leur. Si nous voulons contester qu’ils se la soient faite, il faudra nier la morale ou professer que l’homme est venu sur la terre non dans cet état neutre encore indéterminé, qu’on appelle l’innocence, mais avec une conscience préalablement corrompue, et des doctrines à la fois naturelles et perverses. » En d’autres termes, dans l’échelle de la moralité sociale, l’anthropophagie systématisée se place évidemment au-dessous de zéro ; or, il répugne de croire qu’il faille abaisser à ce degré négatif le point de départ de nos progrès moraux. Il est vrai que ceux qui nous montrent l’anthropophagie à l’origine de notre race ont soin de distinguer les formes successives qu’elle a prises, les influences diverses qui ont présidé au développement de cette affreuse coutume. Pour qui se place à ce point de vue, l’anthropophagie primitive ne serait qu’un effet de la disette primitive ; elle aurait constitué ensuite une habitude à laquelle les hommes, au premier éveil de la conscience, auraient appliqué leurs facultés réflexives et morales, les uns pour la repousser, les autres pour lui donner une sorte d’organisation.

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts