Archives de catégorie : Aux Archives

51 – Aux fléaux naturels qui décimaient la race noire…

Aux fléaux naturels qui décimaient la race noire, à la traite qui enlevait à l’Afrique l’élite physique de sa population, aux rivalités entre tribus qui se traduisaient par des hécatombes, s’ajoutaient encore les sacrifices humains, les crimes rituels qui, peut-être plus secrets, n’en faisaient pas moins un nombre considérable de victimes. Le prolificisme du nègre en était neutralisé et le dépeuplement de l’Afrique se poursuivait à un rythme accéléré et continu.

Dès la conquête, la France ne manqua pas de doubler son œuvre colonisatrice d’une action sociale et humaine. Ce fut partout sa méthode, mais il fallait en plus qu’elle se préoccupât ici de faire de l’homme, pour aider à la mise en valeur des territoires nouveaux.

Rapidement, l’ordre fut rétabli ; la République de 48 avait proclamé l’abolition de l’esclavage ; le  début du XXe siècle vit commencer la lutte contre la maladie et la misère physiologique.

Étude sur le fétichisme et les coutumes indigènes en AOF, 1927-1937.

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

41 – Meurtres mystérieux au Dahomey

   Exemple d’un joli document de 1937, trouvé aux archives de Dakar. La plume austère des fonctionnaires coloniaux – ici un chef de section chargé du renseignement dans la colonie – pouvait, à l’occasion, emprunter les accents du journalisme à sensation. On appréciera tout particulièrement la notion de « chaîne télédynamique ».

Des morts mystérieuses à Ouidah

   La chronique de la ville enregistre des morts suspectes… On parle sans préciser d’empoisonnements, de vengeances perpétrées avec une telle habileté qu’il serait dit-on difficile de découvrir leurs auteurs…

Ces temps derniers dans la ville de Ouidah, au quartier Tové, un nommé Cocou Sonon est mort subitement dans des circonstances qui faisaient croire à un empoisonnement. La semaine dernière, la population a été fort émue d’apprendre le décès plus que mystérieux du jeune et affable cuisinier Nicolas Wandgi, demeurant au quartier Fonsalamé.

Le père de Nicolas aurait été empoisonné il y a quelques années, et maintenant le fils reçoit dit-on les mêmes coups que son père.

Dans les milieux indigènes, il se passe des choses, des drames, des règlements, des comptes funestes.

Mais nous laissons à la police, non celle de Ouidah mais la Sûreté, elle-même, d’enlever le voile qui couvre la face de ces malfaiteurs liés par la chaîne télédynamique dont les maillons sont les hommes et les femmes qui ont contracté le pacte du sang au sein de la ville de Ouidah.

 

Pour copie conforme

Le chef de section

 

[Rapport au gouverneur du Dahomey, « Rapts d’enfants à Silinta le 13 avril 1937 – Crimes rituels au Dahomey », Archives nationales du Sénégal, Série 8G20]

 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

26 – Nous au village aussi l’on a / de beaux assassinats

   Sous la IIIe République, toute condamnation à mort prononcée par un tribunal en AOF ou en AEF donne automatiquement lieu à l’envoi d’un rapport à la présidence de la République. Des dossiers préparatoires sont expédiés au ministère des Colonies par les services judiciaires des territoires coloniaux. Au siège du ministère, rue Oudinot, cette documentation est synthétisée sous la forme de rapports relativement fournis, détaillant les circonstances des condamnations — rapports signés du ministre des Colonies puis soumis au président de la République. Ce dernier peut alors exercer, en vertu des lois constitutionnelles de 1875, son droit de grâce. Mais il n’y a pas de guère de suspense : le président se range à l’avis du ministre, lui-même réglé sur l’avis des gouverneurs généraux qui ont fait remonter les dossiers des condamnés.

   Ces rapports au président de la République constituent une source intéressante pour nos affaires d’anthropophagie : celles-ci entraînent en effet, de façon systématique, des condamnations à la peine capitale (ou, dans certaines circonstances particulières, à de longues peines d’emprisonnement). Un exemple tiré d’un dossier de rejet de grâce, en 1918, donne une idée de la relative richesse – mais aussi des limites – de ce type d’archives. J’ai respecté la ponctuation un peu hasardeuse et la graphie changeante des noms propres, mais rectifié (entre crochets) certaines erreurs flagrantes afin de rendre le document intelligible. Le ministre des Colonies est alors Henry Simon, le président de la République, Raymond Poincaré.

   Je tâcherai, dans un prochain billet, de réfléchir aux différentes façons d’exploiter un tel document.

(c) Affaire Inzao Wenda, cliché S. Dulucq

Rapport au Président de la République : Condamnation à mort des nommés Iwango Inzao et Moundounga Wenda

Monsieur le Président,

   Le 12 Novembre 1916, l’Administrateur de la circonscription de la Nyanga (Gabon-Afrique-Équatoriale-Française) était avisé qu’un crime venait d’être commis dans le village de Longo. Un indigène, le nommé N’Zamba Badinga avait été assassiné dans la nuit du 9 au 10 Novembre et son cadavre sans tête ni bras avait été trouvé le lendemain non loin de la case où il avait couché.

 L’information judiciaire immédiatement ouverte permit d’établir comment le fait s’était passé. La victime N’Zamba avait dormi dans une case en paille en compagnie de quatre indigènes, les nommés Mamfoumbi, Mayembi, Mondodo, Waba, Bolingui, Boumabica et N’Zamba Kassa. Vers 4 heures du matin, [au] premier chant du coq,  les nommés Moundounga, Wenda et Iwango-Inzao, chef du village de Longo s’approchèrent de la case. Moundounga Wenda [était armé] d’une hachette. Par un trou pratiqué dès la veille dans la paille, ces deux indigènes tirèrent M’Zamba Badinga au dehors en l’empêchant de [crier]. Puis ils l’étranglèrent et le cadavre fut retrouvé le lendemain sans tête ni  bras.

   Moundounga Wenda et Iwango Ingao [sic] furent incarcérés le 12 Novembre et le 5 Décembre 1916. Les nommés Mamfoumbi Mayembi Mondodo Waba, Bolingui Boumabica M’Zamba Kassa qui étaient présents lorsque le crime fut commis furent inculpés de complicité d’assassinat ainsi que deux autres indigènes les nommés Iguembi Inzao et M’Guembi Moucoumbi dont l’attitude était suspecte.

   Traduits devant le Tribunal indigène de la circonscription de la Nyanga Moundounga Wenda et Iwango-Ingao furent condamnés à mort par jugement du 24 Septembre 1917. Les nommés Mamfoumbi Mayembi Mondodo Waba Boulingui [sic], Boumabica, Iguembi Ingao et M’Guembi furent renvoyés des fins de la poursuite. M’Kassa Zamba [sic] était décédé en prison le 17 Février 1917, au cours de l’instruction.

   À l’audience, les dépositions des témoins du crime ont été unanimes ; ils ont vu Moundounga Wenda et Iwango-Ingao se saisir de la victime et l’étrangler. Sa tête et ses bras ont été mangés par les assassins pour alimenter le fétiche. Moundounga Wenda lui-même [qui] avait dénoncé son complice a avoué son crime. Iwango a refusé de parler.

Détail en marge du brouillon préparatoire, reporté dans la version dactylographiée envoyée à la présidence (c) S. Dulucq

   Ce jugement a été homolgué [sic] par [arrêt de la chambre d’homologation de] la Cour d’appel de Brazzaville en date du 20 Février 1918.

   Iwango Inzao et Moundounga n’ont pas formulé de recours en grâce. La commission permanente du Conseil du Gouvernement dans sa séance du 12 Septembre 1918, se railla [sic] à l’unanimité à l’opinion exprimée par M. le Procureur Général, Chef du Service judiciaire [qui] a exprimé que la justice devait suivre son cours.

   Je ne puis que partager cette manière de voir qui est également celle du Gouverneur Général de l’Afrique Équatoriale Française.

   Iwango Inzao chef du village de Longo est un féticheur dangereux. Il avait désigné son serviteur M’Zamba-Badinga comme victime parce que ce dernier était malade et incapable de lui rendre aucun service. Il inspirait d’ailleurs une véritable terreur aux habitants du village. Le crime qu’il a commis de complicité avec Moundounga Wenda était prémédité. Une répression sévère peut seule faire disparaître de nos possessions du centre africain les crimes encore fréquents dont se rendent coupables les féticheurs.

   J’ai l’honneur de vous proposer, Monsieur le Président, d’accord  avec M. le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice de vouloir bien décider que les nommés Iwango Inzao et Moundounga Wenda subiront le châtiment suprême.

   Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’hommage de mon profond respect.

    Le Ministre des Colonies

 

Décret présidentiel. Rejet de la grâce. (c) S. Dulucq

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

19 – La mentalité cannibale

  © Flammarion

   Dans la continuité du billet précédent (consacré à la nécessité de saisir l’état des connaissances anthropo-ethnographiques de l’époque coloniale), je m’attarderai un instant sur l’exemple d’un savant dont la curiosité pour le cannibalisme en Afrique occidentale est attestée par les archives coloniales. Il s’agit de Lévy-Bruhl. L’auteur de La mentalité primitive (1922), de L’âme primitive (1927) et de quelques ouvrages importants d’anthropologie de l’entre-deux-guerres – ouvrages contestés dont, soit dit en passant, il récusa une grande partie des analyses dès les années 1930 – est repérable dans les sources que j’ai consultées à Aix en février.

   Lorsque le gouvernement de Front Populaire constitue en 1937 une commission parlementaire chargée d’enquêter sur « les aspirations des indigènes » de l’Empire français, il en confie la direction à Henri Guernut. (Voir le dossier en ligne qui est consacré à la commission Guernut sur le site des Archives Nationales d’Outre-mer, dans la rubrique « Les dossiers du mois :

 http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anom/fr/Action-culturelle/Dossiers-du-mois.html#)

   Au sein de cette commission siège Lucien Lévy-Bruhl, « membre de l’Institut ». Dans un courrier en date du 25 octobre 1937, adressé par Henri Guernut lui-même au gouverneur général de l’AOF, il apparaît que « M. Lévy-Bruhl demande à consulter un certain nombre de procès dans lesquels ont été inculpés des ressortissants de votre gouvernement général pour faits de sorcellerie, d’anthropophagie rituelle ou pour des actes répréhensibles commis dans le cadre des sociétés dites secrètes ». Le gouverneur général de l’époque, Marcel de Coppet, griffonne en marge : « Il faudrait demander cela à chacune des colonies et avertir M. Guernut que les recherches seront longues ».

   Je n’ai hélas pas retrouvé (pour l’instant ?) les documents qui furent envoyés avec diligence au professeur Lévy-Bruhl, mais seulement les bordereaux des pièces expédiées en France.

   De Guinée arrivent les documents suivants :

– jugement  du 2 mars 1924 rendu par le tribunal de cercle de Boké contre Momo Soumbouyah et consorts ;

– rapport établi par le commandant de cercle sur cette affaire ;

– jugement du 26 octobre 1927 rendu par le tribunal du 2e degré de Conakry contre Bokari Camara et consorts ;

– rapport établi par le commandant de cercle sur cette affaire ;

­– PV de constations médicales effectuées par le docteur Suzor ;

­– rapport du membre fonctionnaire du tribunal colonial d’homologation de Ckry sur le complément d’enquête ordonné dans ladite affaire.

  Le 31 janvier 1938, tout un lot de dossiers est expédié à Paris par « M. le Procureur général, Chef du Service judiciaire » : il s’agit des dossiers complets de 25 affaires criminelles.

    Par missive du 28 février 1938, les services centraux de l’AOF envoient trois études à Guernut, qui les communique très certainement à l’éminent anthropologue :

– « une synthèse par l’administrateur Merlo de l’activité fétichiste au Bas-Togo et au Dahomey », « dans laquelle sont particulièrement étudiés les moyens légaux de réprimer les crimes rituels. » ;

– une « étude sur les poisons indigènes du Bas-Cavally (Côte d’Ivoire) », en date du 1er décembre 1927, « en conclusion de laquelle l’auteur, dont la signature est illisible, exprime son opinion personnelle à l’égard des pratiques d’empoisonnement réputées si répandues dans une région qu’il semble bien connaître. » ;

– « une étude plus théorique que les précédentes de M. L’Administrateur Blanc sur les crimes rituels, l’anthropophagie et les associations secrètes en Afrique occidentale française. Cet essai, rédigé uniquement sur pièces, définit objectivement la question, telle qu’elle a pu être dégagée de l’ensemble des documents centralisés, à l’époque, au Gouvernement général. » ;

– le « dossier de l’affaire Fodé Camara et autres, assassinat et anthropophagie, terminée, sur jugement du tribunal criminel de Boffa (Guinée), du 21 février 1933, par arrêt de la Chambre d’annulation de Dakar, en date du 15 février 1934. » ;

– la documentation sur « 7 jugements rendus dans les affaires Niokoto Isse, Kohouy Ala et consorts, Kourai Pierre dit Jaboro, Table Ouandie et consorts, Bedio Polianhine (peu lisible), Gnamo Pari et consorts, Petioni Koné [noms très peu lisibles] » ainsi que divers jugements datant des années 1900-1910, envoyés par le Parquet général de l’AOF.

   Le 29 mars 1938, un courrier d’Henri Guernut est répertorié dans les archives aofiennes : il renvoie 25 dossiers d’affaires criminelles. Le bordereau précise les dates et le nombre de ces affaires jugées : 1913 (1), 1922 (1), 1924 (9), 1925 (1), 1926 (1), 192, 1928 (6), 1931 (2) et 1935 (1).

   Où se trouve aujourd’hui toute cette documentation ? Dispersée entre les différents centres d’archives nationaux des pays de l’ex-Afrique occidentale française ? Accessible quelque part aux ANOM à Aix, mais sous quelles cotes, et dans quelles séries ?

   Et qu’en fait exactement Lévy-Bruhl ? C’est difficile à dire. La commission Guernut s’autodissout en effet à l’été 1938, faute de moyens et de volonté politique (il serait trop long d’expliquer ici les tenants et les aboutissants de cet épisode). Le résultat est que la commission d’enquête parlementaire ne publie aucun rapport final et qu’à ma connaissance (épluchage de l’inventaire complet du fonds Guernut et dépouillement de plusieurs cartons), Lévy-Bruhl semble n’avoir produit aucun texte de synthèse sur ses trouvailles éventuelles. On peut même se demander si la nature des envois qu’il réclame au gouvernement général correspond véritablement aux finalités de l’enquête de la commission qui – rappelons-le – est chargée d’identifier les dysfonctionnements du système colonial et de répertorier les « aspirations » des populations indigènes. Je soupçonne même Lévy-Bruhl d’utiliser sa position pour accéder à une documentation de premier choix sur les sujets qui le passionnent depuis une bonne vingtaine d’années. On trouve trace dans la Nouvelle Revue française de 1939 d’un article (« Un procès en sorcellerie en 1929 ») qui s’inspire sans doute de la documentation aofienne.

   Il me reste donc à lire les productions lévybruhliennes elles-mêmes, quelques travaux sur son œuvre ainsi que les deux biographies récentes qui lui ont été consacrées. Quand je disais qu’il suffisait de tirer un fil de l’écheveau…

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

14 – Une mystérieuse histoire d’Amour

nègreAmour

© Bibl. municipale de Toulouse

Image sur Bibliothèque municipale de Toulouse – Fonds Trutat

  C’est une photographie ancienne, tirée du fonds Eugène Trutat de la bibliothèque municipale de Toulouse. Son titre : Nègre de l’Oubangui [nègre Amour ?]. L’image de ce jeune homme bien mis, sérieux, élégant, est belle et digne. Ce qui est  mystérieux, en revanche, c’est la légende griffonnée au dos du cliché par le photographe : Nègre de l’Oubangui, domestique de M. de Poumayrac, mangé avec son maître par les anthropophages. [Merci à Francis Duranthon d’avoir rectifié ma mauvaise lecture initiale du nom de famille.]

     J’avoue mon embarras. On fait quoi, avec une source comme celle-ci ?

Bibliothèque municipale de Toulouse, Fonds Trutat
Photographie ancienne
Cote : TRU C 1245
Auteur : Trutat, Eugène
Date de création : 1859-1910 [entre]
Mesures : 12 x 9 cm
Observations : Notes de la main d’Eugène Trutat.
 
 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

8 – … ou camelote ?

       Suite de l’affaire soulevée par le père spiritain…

   Le ministre des Colonies, interpellé par le député Gailhard-Bancel, active la chaîne de commandement (le gouverneur général de l’AOF saisit à son tour le gouverneur de Guinée) — provoquant la réponse suivante qui ne manque pas de sel.

   L’affaire de Youkounkoun suscite un ensemble de questions  sur le rôle des missionnaires dans la dénonciation des meurtres rituels, sur l’amplification et la déformation de certains faits, sur la grande sensibilité politique de ces questions, sur les procédures d’enquête sur le terrain, sur la qualité des aveux extorqués à des prisonniers malmenés par leurs propres communautés, etc., etc.

Extrait d’une lettre de Georges Poiret, gouverneur de Guinée, au gouverneur général de l’AOF, 26 janvier 1924.

   Sous le n° 11 du 7 janvier vous m’avez transmis copie d’une lettre de M. le Ministre des Colonies concernant une communication faite par M. le député Gailhard-Bancel au sujet de meurtres rituels qui auraient été commis en pays coniagui et demandant quelles mesures étaient prises par l’Administration locale pour réprimer ces actes de barbarie.

   J’ai l’honneur de vous faire connaître que, tout en étant en régression, le meurtre rituel subsiste encore chez plusieurs peuplades fétichistes et même islamisées de la Guinée. Divers cas vous ont été signalés dans les rapports politiques du 3e et 4e trimestre 1922 et 3e trimestre 1923. Des sanctions impitoyables ont toujours été prononcées par les tribunaux de cercle mais, pour que la répression soit efficace, il est indispensable que la culpabilité des accusés soit nettement établie, ce qui est souvent fort délicat en raison de confusions fréquentes provoquées par les plaignants.

   Il convient en effet de distinguer les meurtres rituels généralement suivis d’anthropophagie et certaines superstitions locales attribuant au pouvoir occulte de sorciers mangeurs d’âme tous les décès résultant de maladies dont les indigènes ne savent pas déterminer l’origine, ce qui est le plus généralement le cas. Un autre motif de confusion est que le même terme désigne dans presque tous les dialectes (comme le grec, d’ailleurs) un médicament, un poison, ou un fétiche redouté quoique parfaitement inoffensif.

   Les plaignants ne font jamais ces distinctions et c’est au fonctionnaire enquêteur de discerner s’il se trouve en présence de faits criminels ou de superstitions ridicules. Il n’est pas rare, lorsque plusieurs habitants d’une localité meurent à des dates rapprochées, que le Commandant de cercle soit saisi d’une série de dénonciations auxquelles aucune suite judiciaire n’est donnée, l’origine épidémique des décès étant invariablement établie. Et cependant, sous l’influence de certaines suggestions, des indigènes ont pu en pareil cas se déclarer coupables de crimes qu’une enquête judicieusement menée a reconnus comme parfaitement imaginaires.

   Je ne veux pas douter de la bonne foi du correspondant de M. de Gailhard-Bancel ; dans le cas présent, elle semble avoir été surprise, les nombreux décès du pays coniagui signalés par lui représentant seulement une mortalité normale dans une population qui compte environ 10 000 habitants.

   En ce qui concerne plus précisément les derniers faits qui se seraient produits dans ce pays, d’une étude minutieuse à laquelle j’ai procédé depuis déjà quelques mois, il ressort ceci :

   Au mois de juillet dernier, une fillette coniagui, nommé Afolé, mourait dans le village d’Ourack pour des causes demeurées encore indéterminées. Des soupçons se portèrent sur plusieurs indigènes. Trois successivement arrêtés au début de l’enquête ouverte par l’Administrateur-adjoint, chef de la subdivision d’Youkounkoun, nièrent énergiquement avoir provoqué ce décès. Un quatrième, au préalable copieusement maltraité par les habitants de son village et conduit en assez piteux état à la résidence, s’avoua coupable et dénonça ses coaccusés comme ayant participé à une scène de sorcellerie ayant eu pour but de manger l’âme d’Afolé, et ultérieurement avoir empoisonné la jeune fille. Après diverses confrontations les trois premiers indigènes arrêtés également finirent par se reconnaître coupables.

   Telles sont les bases de l’inculpation, aucun témoin n’étant présent au moment où les faits se seraient produits. Convient-il de considérer les aveux ainsi obtenus comme ayant une réelle valeur ? La lecture des procès-verbaux permet d’en douter. […]

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

7 – Vrai diamant…

   Plus j’avance et plus j’en viens à penser qu’il sera difficile de dissocier faits d’anthropophagie et meurtres rituels dans ce travail. Les deux choses paraissent étroitement liées dans les représentations et les discours de l’époque, dénoncées avec la même horreur comme les deux faces de la même monnaie, et réprimées avec la même fermeté. Souvent, les condamnés pour meurtres rituels sont aussi soupçonnés de faits d’anthropophagie, et vice versa. Dès la fin du XIXe siècle, la plupart des études  portant sur la sorcellerie et sur les « sociétés secrètes » africaines considèrent que les deux phénomènes se recoupent. Il me semble de plus en plus évident que cette enquête a tout intérêt à s’élargir.

   L’affaire suivante, datant de 1923-24, ne met pas en cause une affaire d’anthropophagie stricto sensu, mais des « mangeurs d’âme ». En voici le premier épisode, avec deux protagonistes intéressants : un missionnaire spiritain et un homme politique au bras long, Hyacinthe de Gailhard-Bancel, député de l’Ardèche, tendance droite modérée et catholicisme social.

   N.B. Les amateurs du Corniaud (Gérard Oury, 1965) se souviendront que Youkounkoun était le nom donné au diamant dont Bourvil était, bien malgré lui (!), le convoyeur. Il s’agit d’une petite ville du nord de la Guinée, près de la frontière sénégalaise.

Copie d’une lettre [extrait] adressée à M. de Gailhard-Bancel, député, par un père du Saint Esprit, missionnaire en pays coniagui.

                                                                    Papier à en-tête de la chambre des Députés

                                                                                                                29 novembre 1923

   Je crois vous avoir entretenu de certaines sociétés secrètes du pays coniagui ; la condition d’admission était l’immolation de plusieurs membres de sa famille. Je les ai découvertes il y a bientôt deux ans. On doutait de mes affirmations. Or, en juillet dernier, l’administrateur de Youkounkoun, cercle de Gaoual (Guinée française) a été prévenu qu’un ancien du village d’Oural venait de sacrifier sa nièce. De leurs aveux et d’autres renseignements il résulte que, dans le seul pays coniagui, en 10 ans, ces sociétés secrètes auraient même immolé, au minimum, un millier de victimes.

   L’affaire est portée devant le tribunal de cercle, mais on semble craindre que le fameux mot d’ordre : « Pas d’histoires », qui influe trop souvent sur les affaires coloniales, ne porte ses fruits. Ce serait un désastre pour la cause de la civilisation. Tout le pays sait que les Français sont au courant et si un châtiment exemplaire ne s’ensuivait pas, si des mesures sévères n’étaient pas prises, l’audace de ces criminels en serait accrue et la vie des Européens menacée.

   La population nous serait reconnaissante si nous la débarrassions de la tyrannie de ces sectes. Si l’on savait le Ministre au courant, on donnerait à cette affaire toute l’importance qu’elle mérite et la civilisation ferait un grand pas en avant.

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

2 – Une expédition de pêche

     Aix-en-Provence, Archives Nationales d’Outre-Mer, un beau jour ensoleillé de février.

   Ce jour-là, c’est mon premier contact avec les archives dans le cadre de cette toute nouvelle recherche. Je me lance dans un travail d’histoire sociale et politique sur un sujet mal connu, épineux, potentiellement délicat : l’histoire de l’anthropophagie dans l’Afrique coloniale de l’entre-deux-guerres. Mais avant de s’étendre sur les tenants et les aboutissants de ce projet, commençons pas quelques aspects très matériels du métier d’historien.

   Le travail aux archives s’apparente, par bien des côtés, à une partie de pêche qu’il convient de préparer dans ses détails les plus triviaux. D’abord, se munir d’une musette, accessoire indispensable : la journée va être longue et l’on devra « tenir le coup », n’avoir ni trop faim ni trop soif, ni trop chaud ni trop froid, dans un centre d’archives où il n’est pas permis, en théorie, d’entreposer de la nourriture dans les casiers mis à notre disposition. Un sandwich et deux clémentines seront donc des passagers clandestins que j’irai discrètement récupérer à 13 heures, quand mon estomac criera famine. Et dans la musette encore, on enfournera pêle-mêle un ordinateur portable, un appareil photo numérique et quelques piles de rechange, trois crayons à papier bien taillés (le stylo est interdit), des feuilles volantes,  bref, tout l’attirail – canne à pêche, épuisette, boîte à mouches – nécessaire  à l’amateur de grands fonds (archivistiques).

   Filons la métaphore hauturière. Tout chercheur doit apprendre à voguer sur une mer étale de cotes sibyllines, de pages d’inventaires hors d’âge et de numéros de microfilms dignes des placards du MI5. Il lui faut ensuite lancer le filet dans les meilleurs coins, ceux que connaissent tous les vieux habitués (sans jamais vouloir les révéler au profane ?). Au cours d’une journée de recherche, le moral fluctue tout autant que celui du pêcheur ordinaire : une belle prise fait monter l’adrénaline et permet de tenir plusieurs heures, immobile, dans l’excitation de l’attente ; une demi-journée de déconvenues, et le chercheur bredouille a le moral dans les chaussettes.

   Heureusement, cette matinée-là a commencé sous d’heureux auspices. Un brin de chance et un peu de flair m’ont fait débuter par un gros carton plein de ressources. Dans la série « Affaires politiques », trois cents dossiers de recours en grâce datant des années 1920, présentés à la présidence de la République par une succession de ministres des Colonies. Chaque dossier rappelle les circonstances de l’affaire, la peine dont a écopé le condamné, les arguments accompagnant la demande de commutation. Sur ces trois cents cas, vingt-cinq affaires environ concernent des « meurtres suivis de faits d’anthropophagie ». C’est un peu gênant de le reconnaître, mais à chaque fois que les mots « anthropophagie », « meurtre rituel » ou « cannibalisme » sont apparus, j’ai eu un petit sursaut de joie – aussi déplaisant que soit mon objet de recherche. Je touchais au but.

   En attendant d’en dire davantage sur le fond du projet, je signalerai enfin la redécouverte de ce plaisir un brin naïf : celui du contact matériel avec les sources. Durant cette journée aux ANOM, j’ai touché du doigt – au sens littéral – les signatures pâlies d’Albert Sarraut, d’Édouard Daladier, de Gaston Doumergue, de Millerand, de Maginot, de Paul Reynaud… Petit frisson délicieux qui ne lâche pas celui ou celle qui a le « goût de l’archive », comme l’écrivit si joliment Arlette Farge.

Daladier.jpg

© S. Dulucq

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts