51 – Aux fléaux naturels qui décimaient la race noire…

Aux fléaux naturels qui décimaient la race noire, à la traite qui enlevait à l’Afrique l’élite physique de sa population, aux rivalités entre tribus qui se traduisaient par des hécatombes, s’ajoutaient encore les sacrifices humains, les crimes rituels qui, peut-être plus secrets, n’en faisaient pas moins un nombre considérable de victimes. Le prolificisme du nègre en était neutralisé et le dépeuplement de l’Afrique se poursuivait à un rythme accéléré et continu.

Dès la conquête, la France ne manqua pas de doubler son œuvre colonisatrice d’une action sociale et humaine. Ce fut partout sa méthode, mais il fallait en plus qu’elle se préoccupât ici de faire de l’homme, pour aider à la mise en valeur des territoires nouveaux.

Rapidement, l’ordre fut rétabli ; la République de 48 avait proclamé l’abolition de l’esclavage ; le  début du XXe siècle vit commencer la lutte contre la maladie et la misère physiologique.

Étude sur le fétichisme et les coutumes indigènes en AOF, 1927-1937.


Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *