45 – Pour les étrennes !

Dans le Grand Larousse du XIXe siècle, à l’article « Étrennes » :

   « Dans la Nouvelle-Calédonie, la veille du premier jour de l’an, la mère fait cadeau à son fils d’une jeune fille que celui-ci épouse jusqu’au lendemain seulement. Le matin on apprête la jeune femme en civet, en daube ou à la broche ; puis on la sert, entourée de cresson ou de persil, à son époux, dans un dîner de gala auquel ont été conviés les parents et les amis. C’est ce qu’on appelle “dîner avec les membres de sa famille”. »

   [Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle, Larousse, tome VII, p. 1074] (Voir :  Semé à tout vent)


Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

2 réflexions au sujet de « 45 – Pour les étrennes ! »

  1. Ifjuju

    Blog absolument fascinant ! Il y a là la matière pour plusieurs livres ! Merci Madame de montrer la complexité des représentations de l’autre à l’ère coloniale. Mais quid de la représentation des anthropophages Européens par les Africains? Il existe au moins un article (Rik Ceyssens+ Matumbula sur google) et plusieurs articles et livres de Luise White dessus, sans compter les allusions dans la littérature (« Congo Journey » par Redmond O’Hannlon).

    Répondre
    1. Sophie Dulucq Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour votre commentaire. Vous avez parfaitement raison, la question de la réciprocité des représentations se pose, tant il est vrai que l’accusation de « cannibalisme » est toujours portée contre l' »autre camp ». Les travaux de Luise White sur les « vampires blancs » au Kenya sont à cet égard très éclairants. Merci de m’avoir signalé l’article dont je n’avais pas connaissance. Il va décidément falloir que je consacre au moins un billet à cette question passionnante.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *