29 – L’anthropophagie selon Larousse (1/2)

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique littéraire, artistique, scientifique, 17 volumes, Paris, Larousse, 1866.

ANTHROPOPHAGIE
s. f. (an-tro-po-fa-jî — rad. anthropophage).

Habitude de se nourrir de chair humaine. Sans aller chercher en Chine des exemples d’ANTHROPOPHAGIE, nous en avons un dans notre patrie ; il est est attesté par notre vainqueur, par notre maître, Jules César. (Volt.) L’ANTHROPOPHAGIE se rencontre au berceau de presque tous les peuples. (Barbaste.) La famine a conduit plus d’une fois à l’ANTHROPOPHAGIE (Barbaste.) L’ANTHROPOPHAGIE a existé et existe encore comme moyen de subsistance. (Mich. Chev.) L’anthropophagie n’est pas une invention des temps fabuleux. (Mich. Chev.) L’anthropophagie et la fraternité sont les deux extrêmes de l’évolution économique. (Proudh.) Abstiens-toi de l’oisiveté comme du vol et de l’anthropophagie, car tout homme qui consomme sans produire exploite et mange son prochain. (Ch. Fauvety.)

— Encycl.

I. Faits accidentels d’anthropophagie. Quand on parle de l’anthropophagie, il convient de distinguer tout d’abord le fait particulier, accidentel, et le fait social, la coutume. Pendant certains sièges, tels que ceux de Jérusalem, de Paris, etc., on a vu des parents affamés dévorer leurs enfants. On sait l’histoire d’Ugolin, celle des malheureux naufragés de la Méduse, etc. De semblables faits doivent inspirer autant de pitié que d’horreur. « J’excuse tous les coupables qui ont faim, dit M. Toussenel, parce que la première loi pour tous les êtres est de vivre. » D’autres actes particuliers d’anthropophagie, commis au sein d’une société civilisée mais corrompue, dans un temps de décadence morale, s’expliquent ou par une férocité monstrueuse, ou par un raffinement horrible dans le luxe de la gourmandise. Galien rapporte qu’au temps de l’empereur Commode, des Romains allèrent jusqu’à goûter de la chair humaine. Védius Pollion, qui engraissait les murènes de ses viviers de la chair de ses esclaves, n’aurait sans doute pas eu de scrupule à s’en nourrir lui-même. Rappelons enfin, avec Virey, ces dépravations criminelles ou plutôt maladives du goût, qui portent des personnes nerveuses, la plupart aliénées, à des actes forcenés d’anthropophagie. La médecine légale et les annales judiciaires ont recueilli de sanglantes pages sur des faits de ce genre.

II. Coutume anthropophagique. La manducation de l’homme par l’homme, élevée à l’état de coutume, et même, on peut le dire d’institution, a régné et règne encore chez un grand nombre de peuples sauvages. Les relations unanimes des voyageurs et des missionnaires qui ont connu les races indigènes des deux Amériques, constatent que cette coutume était en pleine vigueur dans tout le nouveau monde. Rien de plus connu que le cannibalisme des Hurons, des Iroquois, des Caraïbes. En nous apprenant que les Acadiens n’étaient pas anthropophages, Charlevoix cite ce peuple au milieu des Peaux-Rouges comme une exception. Les navigateurs modernes ont trouvé l’anthropophagie dans la Nouvelle-Zélande et dans toute la Polynésie. On l’a observée dans les îles de la Malaisie, dans l’intérieur de l’Afrique, et même dans l’Inde.

Ici des questions intéressantes se posent à l’esprit. L’anthropophagie appartient-elle à la fatalité, c’est-à-dire à la nature humaine, ou au libre arbitre, c’est-à-dire qu’a l’homme d’agir sur sa propre nature, soit l’élever, soit pour la dégrader ? Si c’est un fait d’ordre fatal, devons-nous accuser la fatalité ethnique, c’est-à-dire les instincts particuliers à certaines races inferieures, ou la fatalité générale du développement humain ? L’état des peuples ou règne l’anthropophagie peut-il s’expliquer par une sorte d’arrêt de développement ? Nous présente-t-il comme un échantillon conservé sous nos yeux, de l’humanité primitive ? Est-ce là le point d’où nous sommes partis ? Quelques philosophes, sans en être humiliés, acceptent ce démenti à la noblesse de notre origine. L’âge d’or, disent-ils, est devant nous, non derrière nous ; non dans ses ancêtres, dans son avenir, non dans son passé ; l’humanité a commencé par l’anthropophagie, elle doit finir par la justice et la fraternité. « Si nous nous « portons vers les monuments de l’antiquité, dit l’Encyclopédie nouvelle, nous trouvons l’existence et les traces de l’anthropophagie chez presque tous les peuples qui renversèrent l’empire romain. Pline la constate chez les peuplades des Scythes et Sarmates ; Strabon chez les Massagètes. Les Scandinaves buvaient l’hydromel dans le crâne de leurs ennemis. Saint Jérôme nous dit qu’il a vu une horde bretonne tonne, qui s’était jetée sur la Gaule, manger les cuisses des bergers et les mamelles des femme, quand ces prisonniers leur tombaient dans las mains… Si l’anthropophagie ne se trouve pas dans l’histoire des Juifs et des Grecs, elle a retenti dans leur tradition. Le livre d’Enoch, cité par Saint Jude, dit que les géants issus du commerce des anges et des filles des hommes furent les premiers anthropophages. On connaît  les Lestringons et les Cyclopes de l’Odyssée ; on se rappelle l’histoire de Lycaon, rapportée par Ovide ; celle de Tantale, qui servit aux dieux les membres de son fils Pélops. Les vers attribués à Orphée disent qu’avant lui les hommes se dévoraient les uns les autres… Ainsi l’anthropophagie n’est pas particulière à telle ou telle race, elle a régné chez toutes les races d’hommes noirs ou blanches, basanées ou cuivrées. Elle a été un temps, une époque, dans le mouvement de la perfectibilité humaine. Et, d’après ce que nous pouvons remarquer chez les peuples historiques, il semblerait que cette époque est celle qui précéda à peu près immédiatement l’invention de l’écriture.

D’autres penseurs refusent d’admettre que l’anthropophagie telle qu’on l’observe dans certains pays, c’est-à-dire érigée en système, consacrée par la religion, soit quelque chose d’inhérent à la nature humaine abandonnée à ses premiers instincts. Ils y voient non la spontanéité de l’homme primitif, mais un état de déchéance morale, l’effet d’une direction perverse de la volonté par suite des premiers crimes et de leur action perturbatrice sur la conscience. « Entre les insulaires anthropophages et les animaux féroces, dit M. Ch. Renouvier, il y a cette différence, que ceux-ci obéissent à leur nature et ne se la sont pas donnée, tandis que les anthropophages se sont fait la leur. Si nous voulons contester qu’ils se la soient faite, il faudra nier la morale ou professer que l’homme est venu sur la terre non dans cet état neutre encore indéterminé, qu’on appelle l’innocence, mais avec une conscience préalablement corrompue, et des doctrines à la fois naturelles et perverses. » En d’autres termes, dans l’échelle de la moralité sociale, l’anthropophagie systématisée se place évidemment au-dessous de zéro ; or, il répugne de croire qu’il faille abaisser à ce degré négatif le point de départ de nos progrès moraux. Il est vrai que ceux qui nous montrent l’anthropophagie à l’origine de notre race ont soin de distinguer les formes successives qu’elle a prises, les influences diverses qui ont présidé au développement de cette affreuse coutume. Pour qui se place à ce point de vue, l’anthropophagie primitive ne serait qu’un effet de la disette primitive ; elle aurait constitué ensuite une habitude à laquelle les hommes, au premier éveil de la conscience, auraient appliqué leurs facultés réflexives et morales, les uns pour la repousser, les autres pour lui donner une sorte d’organisation.


Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *