28 – Semé à tout vent

Grand dictionnaire universel Larousse du XIXe siècle (c) Wikinade, CC BY-SA 3.0

     Feuilleter un dictionnaire encyclopédique est indispensable pour qui s’intéresse à l’histoire culturelle  moderne et contemporaine. Outil de vulgarisation, un ouvrage de ce type propose un état général des connaissances et embrasse, en un tour d’horizon ambitieux, le monde connu et l’univers scientifique d’une époque. En France, le « grand Larousse » publié entre 1866 et 1878 (dictionnaire encyclopédique en 15 volumes et 2 suppléments) constitue un point d’entrée passionnant dans les représentations — savantes et popularisées — du cannibalisme. Avec son Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Pierre Larousse, lexicographe et pédagogue hors pair, a souhaité mettre à la disposition du public une somme de savoirs sur tous les sujets possibles et imaginables, compilant les travaux, recourant aux auteurs les plus contemporains, aux études les plus récentes. C’est le tout premier tome, paru en 1866, qui nous offre, par la grâce de l’ordre alphabétique, les entrées ANTHROPOPHAGE et ANTHROPOPHAGIE. 

     Si ANTHROPOPHAGE réserve finalement peu de surprises — sauf peut-être à constater le recours fréquent à ce vocable que font divers philosophes du politique –, la longue entrée ANTHROPOPHAGIE recèle des richesses qui feront l’objet des deux prochaines livraisons de ce carnet numérique (billet n°29 et billet n°30). Mais contentons-nous pour l’instant de la première définition laroussienne :

ANTHROPOPHAGE adj. (an-tro-po-fa-ge — du gr. anthrôpos, homme ; phagô, je mange). Qui mange de la chair humaine : Peuple ANTHROPOPHAGE. Nation ANTHROPOPHAGE. Il n’existe plus que quelques peuplades ANTHROPOPHAGES dans le monde connuQuelques races caraïbes et quelques insulaires de la Polynésie sont encore ANTHROPOPHAGES. Tous les peuples de l’Amérique septentrionale étaient ANTHROPOPHAGES. (Volt.). Son maître lui donna les cavales ANTHROPOPHAGES à garder. (Val. Parisot)

— S’empl. substantiv. : Les anthropophages. Le boa est un terrible ANTHROPOPHAGE. Les géants nés du commerce des anges et des filles des hommes furent les premiers ANTHROPOPHAGES. On dit qu’il y a eu des ANTHROPOPHAGES ; je ne sais, mais cela n’a pas dû être long : ils ont dû mourir empoisonnés. (Lamenn.). Les ANTHROPOPHAGES de Sumatra et des îles, de la Sonde mangent les condamnés à mort. (Marlès.) Les Cyclopes eux-mêmes, ces grossiers et féroces ANTHROPOPHAGES, se confiaient en la providence des dieux. (Portalis.).— Par exag. : Les ANTHROPOPHAGES du peuple sont ceux qui vivent à ses dépens. (B. Const.) Jamais homme n’a été victime d’autant d’exécration que je le suis devenu pour cela seulement que je fais la guerre aux ANTHROPOPHAGES. (Proudh.).— Syn. Anthropophage, cannibale. Dans l’origine, ces deux mots avaient à peu près la même signification. Les habitants des îles Caraïbes, qui étaient anthropophages, furent nommés cannibales. Mais aujourd’hui, anthropophage signifie simplement : qui se nourrit de chair humaine, qui en a contracté en quelque sorte l’habitude. Cannibale ajoute à cette idée celle de cruauté, d’inhumanité, de férocité. Les cannibales peuvent ne pas être anthropophages entre eux, et ne l’être qu’envers des ennemis vaincus.


Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *