26 – Nous au village aussi l’on a / de beaux assassinats

   Sous la IIIe République, toute condamnation à mort prononcée par un tribunal en AOF ou en AEF donne automatiquement lieu à l’envoi d’un rapport à la présidence de la République. Des dossiers préparatoires sont expédiés au ministère des Colonies par les services judiciaires des territoires coloniaux. Au siège du ministère, rue Oudinot, cette documentation est synthétisée sous la forme de rapports relativement fournis, détaillant les circonstances des condamnations — rapports signés du ministre des Colonies puis soumis au président de la République. Ce dernier peut alors exercer, en vertu des lois constitutionnelles de 1875, son droit de grâce. Mais il n’y a pas de guère de suspense : le président se range à l’avis du ministre, lui-même réglé sur l’avis des gouverneurs généraux qui ont fait remonter les dossiers des condamnés.

   Ces rapports au président de la République constituent une source intéressante pour nos affaires d’anthropophagie : celles-ci entraînent en effet, de façon systématique, des condamnations à la peine capitale (ou, dans certaines circonstances particulières, à de longues peines d’emprisonnement). Un exemple tiré d’un dossier de rejet de grâce, en 1918, donne une idée de la relative richesse – mais aussi des limites – de ce type d’archives. J’ai respecté la ponctuation un peu hasardeuse et la graphie changeante des noms propres, mais rectifié (entre crochets) certaines erreurs flagrantes afin de rendre le document intelligible. Le ministre des Colonies est alors Henry Simon, le président de la République, Raymond Poincaré.

   Je tâcherai, dans un prochain billet, de réfléchir aux différentes façons d’exploiter un tel document.

(c) Affaire Inzao Wenda, cliché S. Dulucq

Rapport au Président de la République : Condamnation à mort des nommés Iwango Inzao et Moundounga Wenda

Monsieur le Président,

   Le 12 Novembre 1916, l’Administrateur de la circonscription de la Nyanga (Gabon-Afrique-Équatoriale-Française) était avisé qu’un crime venait d’être commis dans le village de Longo. Un indigène, le nommé N’Zamba Badinga avait été assassiné dans la nuit du 9 au 10 Novembre et son cadavre sans tête ni bras avait été trouvé le lendemain non loin de la case où il avait couché.

 L’information judiciaire immédiatement ouverte permit d’établir comment le fait s’était passé. La victime N’Zamba avait dormi dans une case en paille en compagnie de quatre indigènes, les nommés Mamfoumbi, Mayembi, Mondodo, Waba, Bolingui, Boumabica et N’Zamba Kassa. Vers 4 heures du matin, [au] premier chant du coq,  les nommés Moundounga, Wenda et Iwango-Inzao, chef du village de Longo s’approchèrent de la case. Moundounga Wenda [était armé] d’une hachette. Par un trou pratiqué dès la veille dans la paille, ces deux indigènes tirèrent M’Zamba Badinga au dehors en l’empêchant de [crier]. Puis ils l’étranglèrent et le cadavre fut retrouvé le lendemain sans tête ni  bras.

   Moundounga Wenda et Iwango Ingao [sic] furent incarcérés le 12 Novembre et le 5 Décembre 1916. Les nommés Mamfoumbi Mayembi Mondodo Waba, Bolingui Boumabica M’Zamba Kassa qui étaient présents lorsque le crime fut commis furent inculpés de complicité d’assassinat ainsi que deux autres indigènes les nommés Iguembi Inzao et M’Guembi Moucoumbi dont l’attitude était suspecte.

   Traduits devant le Tribunal indigène de la circonscription de la Nyanga Moundounga Wenda et Iwango-Ingao furent condamnés à mort par jugement du 24 Septembre 1917. Les nommés Mamfoumbi Mayembi Mondodo Waba Boulingui [sic], Boumabica, Iguembi Ingao et M’Guembi furent renvoyés des fins de la poursuite. M’Kassa Zamba [sic] était décédé en prison le 17 Février 1917, au cours de l’instruction.

   À l’audience, les dépositions des témoins du crime ont été unanimes ; ils ont vu Moundounga Wenda et Iwango-Ingao se saisir de la victime et l’étrangler. Sa tête et ses bras ont été mangés par les assassins pour alimenter le fétiche. Moundounga Wenda lui-même [qui] avait dénoncé son complice a avoué son crime. Iwango a refusé de parler.

Détail en marge du brouillon préparatoire, reporté dans la version dactylographiée envoyée à la présidence (c) S. Dulucq

   Ce jugement a été homolgué [sic] par [arrêt de la chambre d’homologation de] la Cour d’appel de Brazzaville en date du 20 Février 1918.

   Iwango Inzao et Moundounga n’ont pas formulé de recours en grâce. La commission permanente du Conseil du Gouvernement dans sa séance du 12 Septembre 1918, se railla [sic] à l’unanimité à l’opinion exprimée par M. le Procureur Général, Chef du Service judiciaire [qui] a exprimé que la justice devait suivre son cours.

   Je ne puis que partager cette manière de voir qui est également celle du Gouverneur Général de l’Afrique Équatoriale Française.

   Iwango Inzao chef du village de Longo est un féticheur dangereux. Il avait désigné son serviteur M’Zamba-Badinga comme victime parce que ce dernier était malade et incapable de lui rendre aucun service. Il inspirait d’ailleurs une véritable terreur aux habitants du village. Le crime qu’il a commis de complicité avec Moundounga Wenda était prémédité. Une répression sévère peut seule faire disparaître de nos possessions du centre africain les crimes encore fréquents dont se rendent coupables les féticheurs.

   J’ai l’honneur de vous proposer, Monsieur le Président, d’accord  avec M. le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice de vouloir bien décider que les nommés Iwango Inzao et Moundounga Wenda subiront le châtiment suprême.

   Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’hommage de mon profond respect.

    Le Ministre des Colonies

 

Décret présidentiel. Rejet de la grâce. (c) S. Dulucq


Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

3 réflexions au sujet de « 26 – Nous au village aussi l’on a / de beaux assassinats »

  1. AWA

    Bonjour,
    Je suis fille d’un Métis des années coloniales en Guinée.
    Je recherche des informations sur un gouverneur Français qui vivait à Younkounkoun en 1917 et qui serait rentré en France à Vitry le Francois avec sa fille Simone.
    Si cette histoire vous ramène à des personnes de votre entourage, merci de me faire parvenir un mail.

    Répondre
  2. François Godicheau

    Salut Sophie,
    chouette document. Mon sentiment est que les dits « indigènes » n’apparaissent même pas dans ce récit comme des sujets: ils sont les objets de la justice, au même titre que le crime. La fonction de définition, de délimitation du réel par la justice me semble bien illustrée ici. Elle saisit l’inconnu en le réduisant à ses mots. Elle aussi mange les justiciables d’une certaine manière.

    Répondre
    1. Sophie Dulucq Auteur de l’article

      Salut François,
      Ta remarque est très juste sur la réification des condamnés, mais c’est aussi le biais de ce genre de sources où la parole du prévenu n’a pas sa place. Si on avait des comptes rendus d’interrogatoire, on aurait sans doute une impression un peu différente.
      Quoi qu’il en soit, la machine judiciaire coloniale est en effet implacable et a tendance à « dévorer » les justiciables – enquêtes rapides, pas d’avocat, présence tardive d’assesseurs indigènes qui étaient, de toutes les façons, aux ordres, etc.
      Mais dire qu’elle les « mange », n’est-ce pas un peu trop métaphorique ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *