14 – Une mystérieuse histoire d’Amour

nègreAmour

© Bibl. municipale de Toulouse

Image sur Bibliothèque municipale de Toulouse – Fonds Trutat

  C’est une photographie ancienne, tirée du fonds Eugène Trutat de la bibliothèque municipale de Toulouse. Son titre : Nègre de l’Oubangui [nègre Amour ?]. L’image de ce jeune homme bien mis, sérieux, élégant, est belle et digne. Ce qui est  mystérieux, en revanche, c’est la légende griffonnée au dos du cliché par le photographe : Nègre de l’Oubangui, domestique de M. de Poumayrac, mangé avec son maître par les anthropophages. [Merci à Francis Duranthon d’avoir rectifié ma mauvaise lecture initiale du nom de famille.]

     J’avoue mon embarras. On fait quoi, avec une source comme celle-ci ?

Bibliothèque municipale de Toulouse, Fonds Trutat
Photographie ancienne
Cote : TRU C 1245
Auteur : Trutat, Eugène
Date de création : 1859-1910 [entre]
Mesures : 12 x 9 cm
Observations : Notes de la main d’Eugène Trutat.
 
 

Sophie Dulucq

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Membre du Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

More Posts

6 réflexions au sujet de « 14 – Une mystérieuse histoire d’Amour »

    1. Chardigny

      Bonjour, Léon de Poumayrac était mon arrière grand oncle, je possède des documents et des lettres de l’époque

      Répondre
  1. Sylvie M comme moderniste

    On fait quoi avec une source comme celle-ci ? Eh bien, on fouille, on gratte, on retourne la photographie en tous sens, on regarde le beau jeune homme droit dans les yeux et on tente de percer le mystère de sa terrible destinée… Bref, on se retrouve comme tout chercheur hébété par la nouvelle qu’il vient d’apprendre et qu’il ne peut interpréter… faute de sources ! A moins que le maître, M. de Poumagnac (un vrai nom de roman balzacien) n’ait lui-même laissé quelque(s) trace(s) ? « Mangé avec son maître »… Il faut chercher de ce côté, interroger les fonds familiaux s’il y en a, le notaire qui a établi la succession dudit Poumagnac et auquel la fin singulière de son client n’aura peut-être pas échappé. En bref, tu te retrouves un peu comme un-e moderniste – ou pire, un-e médiéviste ou un-e antiquiste – qui dispose d’une seule pièce du puzzle à reconstituer. Et c’est précisément cela qui est passionnant dans notre métier, non ?! Allez, bon courage, bravo pour ton blog qui est vraiment passionnant et qui donne envie de te suivre !

    Répondre
    1. Sophie Dulucq Auteur de l’article

      Modernistes de tous pays, unissez-vous avec la pauvre contemporanéiste ! Je vais remuer ciel et terre pour trouver des infos sur ce M. de Poumagnac, intraçable sur le Web.

      Répondre
      1. Duranthon Francis

        Bonjour

        Je pense qu’il y a une erreur sur la légende accompagnant cette photo. Nous avons aussi des portraits de ce personnage au Muséum dans la collection Trutat. Selon moi, il s’agit en fait du domestique de M. Léon de Poumayrac, effectivement disparu en Centrafrique sur les rives de l’Oubanghi, qui fut un contributeur des collections du Muséum de Toulouse et dont la dépouille funèbre a été retropuvée par Brazza chez les « anthropophages ».
        Vous trouverez mention de cela sur le lien suivant :
        http://www.brazza.culture.fr/fr/explorateurs/mortdescompagnons_ico2.htm
        Bien cordialement

        Francis Duranthon, Directeur du Muséum de Toulouse

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *